samedi 19 novembre 2022

Zoë Lucider fait son coming out


 ZL est un pseudo. La plupart de mes lecteurs le savent. Mon vrai nom apparaît sur la couverture de ce livre dont j'ai assuré avec mes deux comparses la coordination.

Pour en savoir plus, le lien de l'éditeur https://www.editions-eres.com/.../leconomie-solidaire-en...

Vous pourres passer en revue le sommaire

Tant que j'y suis, l'édito de la dernière lettre d'information du RIPESS Europe.

En ce moment en pleine préparation de la journée du 24 novembre où sera présenté l'ouvrage en compagnie d'une vingtaine d'auteurs à la Maison des Territoires du Conseil Départemental 31.

Vous comprenez pourquoi je suis si peu souvent sous l'arbre.

Photo ZL

mardi 1 novembre 2022

Ma mère

 Un jour, Jean Cocteau rencontre Charles Chaplin (avec Paulette Godard) sur un bateau vers la Chine. Il raconte leur voyage (). Lorsque Cocteau l'interroge sur ses "crises de tristesse", Charlie répond : "Je suis triste parce que je suis devenu riche en jouant un rôle de pauvre."(emprunté à Thomas Vinau).

Chaplin est mort le 25 janvier 1977.

Aujoud'hui, le jour des morts, j'ai retrouvé un poème que j'avais écrit à ma maman parce que j'étais loin, à l'étranger, que je n'allais pas revenir de sitôt, que je la savais triste et seule. Ce poème, je l'ai lu le jour où son corps a disparu dans les flammes, pour l'accompagner dans  son dernier voyage. J'avais ajouté  quelques mots de circonstance. Je le livre ici dans sa version originale retrouvée ce jour dans un calepin que j'avais égaré. Je l'illustre d'un dessin maladroit, mais que j'aime car j'y retrouve les traits de ma maman, disparue en 1993, la même année que Fellini et Ferré, Une annus horribilis.




  


Ma mère,

déjà, nichée dans ta grotte

battue des marées de ton sang,

j’écoutais le tumulte du monde,

tendrement voilé de tes membranes,

drapées autour du petit ver,

nourri de tes salives.

Tu as eu de belles mamelles, ma mère

où se sont pendus tes petits

couverts de duvets bleus.

Notre gravité accrochée à tes membres,

nous tournions dans le rayonnement de tes yeux,

tes yeux gris, verts, semés de pépites,

que le temps a cerclés de ses bagues violines,

ces sillons creusés à l’acide de tes larmes ,

au stylet de ton rire.

Ton rire, ma mère

qui soufflait le diable de la misère

comme nos brises d’ouest

lavaient l’herbe de nos champs,

ton rire intact malgré le froid

qui te coupait les jambes

quand tu partais, à l’aube,

malgré la maladie et la mort,

assiégeantes infatigables

que tu conjurais,

parfois en vain

de tes mains besogneuses,

malgré la honte et l’injustice,

le sort des pauvres,

que leurs cœurs nus

et leurs bras lourds

à offrir à l’envie.

Ta lutte, ma mère,

pour extirper tes oiseaux de ces nids englués,

pour arracher tes graines à ces terres stériles,

tu as usé ton bec contre les coucous du malheur,

tu as fumé de ta sueur et ton sang

le sol de notre première pousse.

Je t’ai mangé ma mère

avec l’horrible inconscience des chenilles

dévasté ton champ de verdure,

croqué les bourgeons de ta vie.

C’est maintenant,

maintenant que je touche

les cals et les escarres de tes luttes,

ton corps alourdi de tant de fardeaux,

maintenant,

je fonds de tendresse et de honte.

Je veux à mon tour déployer ma feuillée,

fouiller de mes racines au plus profond du monde,

à mon tour freiner la tempête,

distiller l’oxygène,

fertiliser de mes mues de saison

l’aire de ton automne.

J’ai su par toi

les mains ouvertes, la générosité vraie,

le cœur offert, la tolérance immédiate,

l’humilité, pourtant la dignité,

maintenant,

que nous sommes aussi sœurs,

que je sais le prix que la vie ,

cette pie rançonneuse

exige de ses fidèles,

que je connais mieux

tes stations et tes chutes ,

que je tombe moi-même,

maintenant

que les enfants te poussent

du ventre de tes enfants

maintenant,

nous retournerons la corne d’abondance.

****************

18 janvier 1978




vendredi 14 octobre 2022

Tant de belles choses

Ce titre est celui d'une chanson que Françoise Hardy a écrit pour son fils alors qu'elle pensait s'approcher de la mort, atteinte d'un lymphome dont elle a finalement guéri. Hélas, il semblerait que le cancer a repris en s'attaquant au pharynx et elle est à nouveau menacée. Je ne sais pourquoi, ce titre m'est venu en tête ce soir. "L'amour est plus fort que la mort" dit-elle.

Dernièrement, je suis allée à l'Est, en Pologne, à Wroclaw. Nous étions accueillis par Fair Trade Poland, dans un endroit, l'Ekocentrum, qui abrite les bureaux de cette association dédiée à l'agriculture biologique et au commerce équitable

La cour d'entée de l'Ekocentrum

Nous étions une trentaine dont des membres venus de Tchéquie, de Hongrie, de Croatie, ce qui nous a valu un tour d'horizon guère réjouissant sur les régimes politiques qui règnent à l'Est. Un backlash d'envergure. 

"La scène politique attirera toujours des aventuriers irresponsables, des ambitieux et des escrocs, on ne cessera pas si facilement de détruire notre planète". Vaclav Havel, le Président philosophe a pu observer les moeurs de ses homologues, lui qui a jouï d'une indéfectible estime de ses compatriotes et a réussi avec "la révolution de velours"  à mettre un terme au régime communiste sans effusion de sang et à accompagner la partition entre Tchéquie et Slovaquie alors qu'il ne la souhaitait pas. Il a accepté la Présidence  "provisoirement" (elle aura duré 13 ans) alors qu'il ne l'avait pas briguée, et quitté de lui-même le pouvoir quand il a considéré ne plus être en phase avec la fonction. Il déplorait que la démocratie ne se soit pas vraiment inscrite dans la culture tchèque et que son économie soit encore archaïque. En effet 33 ans après la fin de l'emprise russe, le régime tchèque est autoritaire  Vaclav Havel avait signé une pétition pour que l'opposition russe s'unisse contre Poutine. Il avait perçu  tout le danger que représentait cet homme.

Nous avons visité un centre d'accueil de réfugiés ukrainien.e.s. Les femmes accueillantes déploraient que les enfants et les adultes ne fassent pas l'effort d'apprendre le polonais."Ils espèrent repartir très vite dans leur pays". Une évidence... Les dessins des enfants affichés montraient à peu près tous des scènes de bombardement et des cartes où leur village d'origine se situait.  

Pour rester dans l'Europe de l'Est, un court recueil de textes de Lola Lafon "onze textes parmi lesquels un " Eloge de la fragilité" dont les échos se font entendre dans tous les autres, que l'autrice évoque les réseaux sociaux, le féminisme , le confinement du printemps 2020 ou son enfance roumaine" (quatrième de couverture). "Le loup, l'épée et les étoiles est le titre éponyme d'un des textes du recueil, analyse lucide des dégats de Facebook et des réseaux sociaux en général. Je vous livre ici la métaphore:


 

"Des habitants de l'Artique piègent les loups en enterrant dans la neige une épée couverte de sang, dont reste visible un morceau de lame. Un loup trouve l'épée, se met à la lécher. Très vite, il se coupe la langue, trop affamé pour se rendre compte, avant de perdre connaissance, que c'est son propre sang qu'il est en train de boire ; il ne tarde évidemment pas à mourir.

Facebook a le mérite de refléter l'état de manque dans lequel nous nous trouvons tous et toutes, affamés que nous sommes qui déroulons le fil d'actualité sans savoir ce que nous y cherchons, menés par un besoin, mais un besoin de quoi? On n'a pas le temps d'y réfléchir. Facebook promet la satiété quand on ne sait pas de quoi on a faim, quand on a perdu jusqu'au souvenir de ce qu'on désire. Etymologiquement le mot "désir" évoque la nostalgie d'un astre disparu, du latin desiderare, "regretter l'absence de quelqu'un ou de quelque chose", lui-même dérivé de sidus, "étoile". Aucun algorithme n'a prévu de se mettre à la recherche de nos étoiles égarées, la place est libre, elle est à nous. 

 


 

La grande affaire du mois d'octobre c'est le prix Nobel de littérature  décerné à Annie Ernaux.Les commentaires les plus laudatifs ont été largement noyés sous ceux moins sympathiques  qui considéraient que Houellbecq le méritait bien davantage,  ou tout autre, du moment que ce fût un homme adoubé par les hautes sphères germanopratines. (Voir la tribune de Johan Faerber "Heureusement Annie Ernaux n'est pas un "Grand écrivain" ce titre est à prendre au second degré) 

Annie Ernaux a osé écrire sur la vie des petites gens, sur le malaise des transfuges de classe, sur la passion amoureuse, l'avortement, le viol, avec une "écriture au couteau". Elle fait partie du Panthéon des féministes mais également d'écrivains comme Didier Eribon ou Edouard Louis ou Léila Slimani. Elle a permis à beaucoup d'entre nous de reconnaître dans ses mots nos débats intimes, comme fille et / ou comme pauvre. Elle a surtout osé une langue dépouillée des affèteries dont on orne le discours littéraire, pour aller au plus près de la vérité des faits, sans jugement. "C'est le  double mouvement d'être séparée des autres et d'être traversée par les autres qui fait que j'écris" ( entretien France Culture. La grande table, 22 nov 2021).

Alors, qu'en est-il de ces "belles choses" du titre? Un long week end à Banyuls (Pyrénées orientales). C'était la fête des vendanges. Nous y étions mon amie et moi par hasard, simplement parce que c'était le seul week end où nous étions toutes deux disponibles pour une escapade et que nous avions élu ce village de la côte catalane pour voir la mer. Samedi, sous la pluie, nous sommes allées à Collioure avec l'intention de rendre visite au Musée d'Art Moderne. Pas de chance ! Le musée est fermé du 4 octobre au 21 octobre inclus afin d'installer la nouvelle exposition. Alors promenade dans le quartier des pécheurs dont les maisons sont désormais transformées en coquettes habitations  pour touristes, puis déjeuner dans un bar à anchois, la Maison Desclaux. 

 

 

Dimanche à Banyuls, c'était la fête dans tout le village. Les enfants s'en donnaient à coeur joie pour fouler le raisin aux pieds   

 Les tables réparties sur la plage accueillaient les familles et leurs plats. Le vin circulait sur place grâce aux vignerons dans leurs stands. Il y avait pléthore de brass bands



Nous avons beaucoup marché jusqu'à la fin du jour contemplé du haut du monument aux morts oeuvre de Maillol. Maillol est la gloire de Banyuls. Nous avons suivi le parcours dans les ruelles où s'affichent 15 stations de présentation des oeuvres du grand homme. En revanche nous n'avons pas visité le musée Maillol pour cause de routes fermées à la circulation.

L'escalier qui mène au Monument aux morts








Où l'on fait connaissance avec Elisabeth née Ekstein, épouse Fittko,son futur mari, et Vincent Azéma le maire de Banyuls qui créèrent une filière pour faire passer en Espagne  les candidats à l'exil pendant l'occupation allemande. Le philosophe Walter Benjamin fut le premier à emprunter ce sentier, mais se suicida en arrivant à Port BOU 
 



 Nous avons été séduites par Banyuls et nous sommes promis d'y revenir. Tant de belles choses encore à y contempler

 

 

 

vendredi 16 septembre 2022

Le tendre narrateur

 Je viens de découvrir Olga Tokarczuk, écrivaine polonaise qui a été nobélisée en 2018*. je n'avais pas eu la curiosité d'approcher ce qu'elle a écrit. Je viens de réparer cet oubli en lisant le petit opuscule qui rassemble, sous le titre que je lui ai emprunté pour ce billet, son discours de reception  du Nobel,  suivi de deux autres textes. "Les travaux d'Hermès, ou comment, chaque jour, les traducteurs sauvent le monde",  un éloge de ceux "grâce auxquels les esprits parviennent à franchir les frontières entre différents mondes, et eux, par leur talent, leur savoir-faire, ils ont la possibilité de dépasser les frontières, de les abolir pour créer, dans les alambics de leurs ordinateurs, la pierre philosophale de notre temps: l'universel. Le troisème texte "La fenêtre"est une analyse très fine de cet événement inédit, la pandémie due au covid 19, ce qu'il a affecté de notre façon d'être au monde et en quoi il a inauguré une nouvelle ère dont on ne sait rien pronostiquer sauf qu'elle est à inventer puisque " telle de la fumée, nous voyons se dissiper notre conception de la civilisation, celle là même qui nous a structurés ces deux cents dernières années". 


 

Dans son adresse au public du Nobel (mais au-delà à tout lecteur),  Olga s'interroge sur le rôle de la littérature dans un monde sursaturé d'informations, un monde qui devient "une compilation de choses  et d'événements, un espace inerte dans lequel nous nous déplaçons, solitaires et perdus, bousculés par les décisions d'on ne sait qui, aliénés par une fatalité incompréhensible, avec le sentiment que des agents puissants de l'histoire ou du hasard se jouent de nous"  (...) Comment écrire, comment construire mon récit pour qu'il puisse porter cette immense constellation qui forme le monde? (...) un mode de narration juste qui éveillerait dans l'esprit du lecteur la perception d'une totalité, une capacité à réunir les fragments en un unique schéma, à découvrir des constellations dans les myriades d'événements. L'histoire serait tissée de sorte que soit évidente l'appartenance de tous et de toute chose à un imaginaire commun produit consciencieusement par nos esprits à chaque rotation de la planète."

Il s'agit d'inventer une quatrième personne du sujet, à la fois ancrée dans un vécu incarné et regardant le monde avec "tendresse", la forme la plus modeste, la plus désintéressée de l'amour qui porte une attention empathique à tout ce qui vit et participe du mouvement du monde.

Il se trouve que je pars dans quelques jours pour Wroclaw où habite cette belle personne. Je ne sais pas si j'aurais l'occasion de la rencontrer mais je vais entreprendre la lecture de ses ouvrages. Féministe, défenseuse des minorités,  elle n'est pas en odeur de sainteté dans son pays, gouverné par le très conservateur parti "Droit et Justice", mais est une autrice très aimée dans son pays et la plus traduite à l'étranger.

 

Un peu de beauté, en transition entre l'éloge du vivant et l'artiste mort

Peut-on  dire que Jean Luc Godard qui vient de mourir en choisissant son heure fut un tendre narrateur ? Il cherchait en tout cas à dépasser tout ce qu'il considérait comme le convenu du cinéma. C'était un chercheur halluciné. Mais l'homme ne m'était pas sympathique. J'ai gardé en mémoire le chagrin d'Agnès Varda qu'il a laissé à sa porte alors qu'il avait accepté de participer à son très beau film Visages Villages. Il avait sans doute ses raisons mais c'est un acte de vieil ours égoïste.

Pour un hommage à l'artiste, je passe la main à l'ami Dominique Hasselmann

Jean-Luc Godard et Anna Karina photographiés par Raymond Cauchetier, 1960

*Olga Tokarczuk reçoit son Nobel avec un an de retard, mais s'excuse de l'avoir annoncé deux heures trop tôt », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)


dimanche 4 septembre 2022

Miscellanées

 

J'ai un peu de temps pour me remettre à lire des blogs, ce que j'ai peu pratiqué dernièrement . J'y retrouve ce plaisir de la découverte que je cultivais avec bonheur lorsque je tenais ma rubrique hebdomadaire du "vent des blogs". Bien entendu le choix de ces extraits est le reflet de leur résonance avec le cours de mes pensées. 

L’ange gardien de nos lectures, si grand, si expéditif économiseur de notre temps. Celui qui, devant un compte rendu enthousiaste, un titre qu’on nous vante, un livre qu’on hésite à acheter, nous souffle à l’oreille, gentiment, décisivement, toujours obéi: “Non. Pas celui-là! Laisse. Celui-là n’est pas de ton ressort. Celui-là n’est pas pour toi.”

Quand il m’est arrivé par la suite de me trouver dans l’obligation de le vérifier, je n’ai guère eu à revenir sur le bien-fondé de cette abstention spontanée. D’autant plus difficile à expliquer qu’elle se détermine sur des indices aussi dérisoires que capricieux: le titre du livre tout autant que la photographie de l’auteur, le créneau que la critique lui assigne dans la production littéraire, le ton de cette critique, la personnalité de ses thuriféraires et de ses ennemis. Tout volume mis dans le circuit semble être le lieu d’une émanation sui generis qui guide vers lui, en aveugle, toutes antennes alertées, un certain public et en écarte un autre, par l’effet d’une étrange sexualité littéraire.

Julien Gracq, Carnets du grand chemin, Éditions José Corti, 1992, pages 253/254.

déniché  sur le site le Cowboy et la Comtesse

 

Marilyn lisant Ulysses

Vu dernièrement sur France 4 "le doc stupéfiant " Marilyn femme d'aujourd'hui  "Cinq ans après le début de Me Too et soixante ans après sa disparition tragique, Le doc Stupéfiant affirme que Marilyn Monroe est une femme d'aujourd'hui. " Derrière le mythe hollywoodien du sex-symbol mondial, de la victime écorchée et ingénue, se cache une femme moderne, qui s'est emparée de son destin, a construit sa propre image et n'a pas hésité à balancer avant l'heure certains producteurs. Une femme émancipée, puissante et libre." 

Le mythe de la ravissante idiote, image plus conforme au stéréotype féminin des années 50, évidemment totalement stupide (le mythe, pas l'actrice). Marylin, au contraire fort intelligente, assoifée de savoir et sachant parfaitement utiliser son "corps outil", un corps qu'elle a façonné, décorseté, sexualisé à l'extrème. Mais c'est aussi Marilyn qui a imposé Ella Fidzgerald au Mocambo en pleine époque de ségrégation raciale. Le documentaire montre comment elle a dû se bagarrer pour faire pièce à la misogynie crasse qui régnait alors dans le milieu du cinéma. Est-ce que ça a progressé tant que ça ?  Interrogée, la réalisatrice Céline Sciamma n'en est pas convaincue. On se prend à rêver du rôle qu'elle lui aurait donné si elles avaient été contemporaines.

Voir l'article de Vanity Fair
   

Je suis d'une humeur mélancolique, la fin de l'été, un épisode de vertiges, qui semble être, ma foi très banal,  mais qui me handicappe (ne peux me pencher ou tourner la tête sans cette impression que la terre se dérobe), bref les mots de Christiane Singer, extraits de son dernier ouvrage, où elle rend compte des sa dernière année de vie m'ont paradoxalement redonné un peu d'énergie. Je les ai glanés sur le site de Jean Lavoué "L'enfance des arbres"  

Il n'y a qu'un crime, c'est de désespérer du monde.Nous sommes appelés à plein poumons à faire neuf ce qui était vieux, à croire à la montée de la sève dans le vieux tronc de l'arbre de vie. Nous sommes appelés à renaître, à congédier en nous le vieillard amer ! ! ! 

Christiane Singer Derniers fragments d'un long voyage

Evidemment, je ne rencontre pas que des choses agréables au cours de mes déambulations. Celle-ci par exemple m'a horrifié. Elle était dénoncée dans 50-50 Magazine 

 " Pornhub, l’un des plus grands sites pornographiques grand public au monde, a dévoilé ses « Trending Searches ». Parmi le top trois des recherches les plus courantes depuis la déclaration de guerre se trouvent « Ukrainian » et « War ». La fétichisation des femmes ukrainiennes est montée en flèche avec +110% de recherches en lien avec les Ukrainiennes, la guerre et la pornographie, comme par exemple : « refugee porn »« war porn », « Russian soldiers rape Ukrainian » (soldats russes violent une ukrainienne). Ces recherches montrent la dangerosité de l’accès non restreint à la pornographie, les contenus les plus horribles sont normalisés et même populaires !" 

Non seulement les Ukrainiennes vivent une époque d'horreur mais elles alimentent les pires fantasmes d'homoncules  navrants.

Egon Schiele. Femme avec un homoncule 1910

Les mots sont importants (lmsi) est un blog que je fréquente régulièrement. Les articles sont toujours documentés et traitent de sujets qui m'intéressent. Celui-ci par exemple sur "le féminisme universaliste"  ou comment
les forces politiques les plus réactionnaires et extrémistes, les plus étroitement et agressivement identitaires, se réclament de la « tradition française universaliste », et brandissent ces termes pour disqualifier voire criminaliser toute revendication égalitaire de la part des « racisé·e·s »,

Voir ici un article éclairant sur l'inanité d'opposer les féminismes.

A propos de féminisme, Virginie Despentes est à l'honneur avec son dernier titre "Cher connard". Les avis sont partagés, c'est normal, elle est tout sauf consensuelle. Avec un dispositif minimal, l'échange épistolaire entre une actrice déjantée, accro aux drogues dures  et atteinte de la redoutable cinquantaine qui signe en général le désamour de l'engeance masculine et donc des contrats et un écrivain en panne et alcoolique accusé de harcelement par son ex attachée de presse, VD passe en revue tous les maux de notre société. 


Elle réussit l'exploit de faire coexister la radicalité de son diagnostic sur les moeurs déglinguées d'une société addict à tous les produits autorisés
( l'alcool, les réseaux sociaux) ou interdits (dont l'héroïne)  et une empathie réelle avec chacun de ses personnages y compris le "connard" en question. L'échange s'engage dans les pires conditions, les insultes et peu à peu créé une nouvelle dépendance, le besoin réciproque de cet échange pour surnager dans une mouise qui les englue l'un comme l'autre et dont ils s'aident à se sauver. C'est une ode à la fraternité qui unit des humains même quand ils ne devraient pas se supporter, à la possibilité de la rédemption en quelque sorte. Le style de Despentes efficace mèle la délicatesse et la violence et si elle use du langage cru, c'est que c'est ainsi qu'on se parle sur le net et dans la vraie vie. 

Je vous fais grâce de la couverture du livre que je trouve hideuse. Mais il est vrai que je n'ai jamais été punk et que j'ai sans doute en moi une trace de culture bourgeoise qui distingue le bon goût du vulgaire.

Nobody is perfect!

Si vous ne connaissez pas Avishaî Cohen je vous recommande. j'ai écrit ce billet en sa compagnie


dimanche 14 août 2022

De l'eau !


L'orage est annoncé. En attendant on suffoque !

Quelques captures de rivières, lacs et autres retenues pour respirer, entrecoupées de quelques citations, autres captures au sein de livres récemment lus.  

Jardin des Martels en mai

 

Les déterminismes sociaux ne sont pas si puissants que la liberté ne puisse les contrarier . (Olivier Rolin sur FranceCulture "La salle des machines 10 avril 2022".

Lecture au bord du lac


Créations éphémères et anonymes. Le lendemain des enfants avaient tout détruit.

Petit passage au festival de Vaour, festival éclectique et joyeux où j'ai assisté à un numéro de corde époustouflant, vertigineux.   Visite à mon ami Bruno à Penne. Il se lance dans l'édition et peut-être...

Vestiges du château de Penne perché sur un promontoire


 
Baignade dans l'aveyron      


Les gorges de l'aveyron se trouvent dans le Tarn et les gorges du tarn en Aveyron. Bizarre non? 


Les berges de la Garonne à Toulouse, la nuit.


Leur vieux monde prenait l'eau depuis un long moment, ils savaient qu'ils allaient disparaître et tant qu'à faire, comptaient se la jouer pharaonique, que tous les subalternes soient de la chute finale. Ils avaient réécrit l'histoire , mais leur mémoire ne flanchait pas, ils avaient de vieux comptes à régler avec la classe laborieuse .. A plusieurs reprises ils avaient failli perdre pied . Maintenant que leur vieil ordre ne tenait plus la route, ils sabordaient le plus large possible pour ne rien laisser derrière eux. Virginie Despentes. Teen spirit.  

"Serait-ce trop demander à cette espèce de poissons mis sur le sable - la race humaine- de considérer l'impensable pour le bien de l'humanité . W. Burroughs cité par V Despentes. Teen Spirit 

L'Orbieu à Lagrasse.

Patrick Boucheron et Yannick Haenel sous la Halle. Lagrasse 8 août

Je n'étais pas revenue au Banquet du livre depuis quelques années. Dernier passage 2018,  ça me paraît fou, le temps, le temps va trop vite. J'y ai fait une courte visite. A la fois plaisir et ennui de retrouver les rituels. Demain la veille, le titre de cette édition 2022.  Patrick Boucheron fidèle à son rendez-vous quotidien  a changé le scénario, il commence seul et invite chaque jour un des écrivains prévu dans l'après-midi. Ici Yannick Haenel dont j'entame tout juste le livre "Le trésorier payeur". L'infini, Gallimard.

"Nous cherchons tous un objet qui s'absente, peut-être même nous inventons-nous grâce à lui un désir: le voici en tout cas qui appelle des romans entiers, et nous les vivons jusqu'à ce que le feu s'éteigne". Yannick Haenel "Le trésorier payeur"

 

Le lac (encore) où je ne me lasse pas de nager chaque jour? Quelques nuages annoncent peut-être, enfin, la pluie.

 

Et pour finir ...

Adoptée  après la mort de sa maîtresse, mais pas encore par les deux matous de la maison  






... hommage à Sempé


Photos ZL hormis Sempé



mercredi 29 juin 2022

Quelques éclats de plaisir

 Ce post ne sera qu'une suite de photos. Je devrais retrouver un peu de temps bientôt mais ce n'est pas encore le cas. Alors, pour ne pas oublier, quelques éclats de ce dernier mois

Bordeaux 4 et 5 juin.

Le plus vieux pont de Bordeaux, le Pont de Pierre (1822) enjambe la Garonne, bien boueuse ce jour là.

Les tortues de la Place de la Victoire symbolisent la longévité du vin bordelais

Il faisait très chaud. Les enfants s'en donnaient à coeur joie et pataugeaient avec bonheur dans le miroir d'eau, tandis que des personnes plus âgées se rafraichissaient les pieds précautioneusement. 

Petite escapade à Royan 6 juin

Sur la plage de la Grande Côte, on n'évacue plus les bois flottés. Aussi des cabanes improvisées sont  parsemées au grè de la bonne volonté des architectes improvisés.   


 

Chaumont sur Loire 30è festival des jardins "Le jardin idéal" 17 -19 juin

La cour intérieure du Château


Nous avions programmé cette visite sans savoir (bien-sûr ) qu'elle aurait lieu pendant le pic caniculaire de ce mois de juin. Mais comme nous étions au milieu d'arbres gigantesques, de pièces d'eau et de verdure de toute espèce, nous n'en avons pas souffert. Sans compter les multiples salles et dépendances du château où des artistes étaient exposés. 43 jardins, merveilleux pour la plupart, 42 pièces -sculptures ou installations. 

Les quelques photos sélectionnées ne rendent que pauvrement compte de cette profusion

Les incroyables gunneras

Une oeuvre d'Eva Jospin 


Dans le château la bibliothèque cristallisé


Si vous en avez la possibilité, n'hésitez pas, c'est un pur bonheur. Toutes les infos ici