lundi 7 juin 2021

Chronique d'une semaine ordinaire 14

 lundi 31 mai

Rangement toute la journée pour distribuer dans différents endroits ce que j'ai ramené de la maison. Visio avec JLL avec qui je vais coordonner  un ouvrage collectif. Préparation de la rencontre de Dijon (10, 11 juin)

mardi 1 juin 

je note cette citation de René Char "L'impossible, nous ne l'atteignons pas mais il nous sert de lanterne".

Tu as des projets ? me demande l'amie V. Bien-sûr lui reponds-je, plein. Je voudrais visiter les jardins du jardinier poète Gilles Clément, rassembler mes écrits éparpillés et manuscrits, visiter l'Algarve au Portugal avant que sa beauté disparaisse  et plus loin le Costa Rica qui a la réputation d'un pays préservé. Oh! me dit-elle, si tu visites le jardin de Gilles Clément, je viens avec toi.

mercredi 2 juin   

Alors que je suis en train de déjeuner, la médecin qui me suit m'appelle. Je manque m'étrangler avec la bouchée que je n'avais pas achevée lorsque je décroche quand elle me dit que mes résultats d'analyse, c'est "pas top" (sic). Après un court quiproquo qui m'a mise en alerte, je finis par comprendre qu'elle commente en fait la prise de sang "ordinaire" et non celle d'hématologie. Elle me donne rendez-vous pour soigner mon cholestérol et mon hypotyroïdie. 

jeudi 3 juin,

J'annule le rendez-vous après avoir revu ma numération. Il me semble que les taux ne justifient pas que je me gave des cochonneries qu'elle ne manquera pas de me prescrire. Je vais temporiser et la rappeler éventuellement si je ressens des signes de fatigue ce qui n'est pas le cas pour l'instant.

Le soir, je regarde Envoyé spécial dont les 3 sujets m'intéressent 

"Ma maison faite "maison". Bâtir sa maison de ses mains : l’idée séduit de plus en plus de Français. Chaque année, ils sont entre 8 000 et 10 000 à se lancer dans l'aventure, soit 5 à 6% de l’ensemble des maisons construites. Mais quelle aventure ! Et pas toujours couronnée de succès !"  

 Il semble, d'apès les candidats à l'autoconstruction que l'aventure n'est pas de tout repos et peut s'avérer très décevante. 

"Les urgences de l'enfance. A Rennes, les urgences pédopsychiatriques n'ont jamais accueilli autant d'enfants et d'adolescents en détresse. Depuis l’automne dernier, les médecins constatent trois fois plus de passage aux urgences pour des troubles anxieux sévères. Et deux fois plus de tentatives de suicides."

Pas le courage de vivre . Selon les soignants, la pandémie a déclenché chez des enfants déjà fragiles, mais qui tenaient grâce à l'école et les copains, des crises dépressives qui peuvent dégénérer en passages à l'acte suicidaires.



"Némo, la gardienne de la forêt. C’est l’histoire d’une jeune femme qui consacre sa vie à la défense de son territoire : des milliers d’hectares de forêt amazonienne, en Equateur. A 34 ans, Nemonte Nenquimo est à la tête d’un mouvement de résistance pour empêcher les compagnies pétrolières de pénétrer sur ses terres et d’y causer déforestation et dégâts environnementaux. Après des mois de combat, elle a remporté une victoire historique devant les tribunaux : elle a contraint son gouvernement à suspendre la mise aux enchères de son territoire"

Elle, au contraire est  bourrée d'énergie. Allez faire sa connaissance ici et ici

 Elle se bat pour sauver une forêt convoitée par les exploiteurs de toutes sortes et particulièrement les compagnies pétrolières. Elle a gagné mais pour combien de temps ?

vendredi 4 juin

Retour au cinéma. Le dernier film de Céline Sciamma, Petite maman a bénéficié d'excellentes critiques et j'aime bien le travail de cette cinéaste. Mais je ne suis pas parvenue à entrer dans l'univers onirique du film. J'ai un peu souffert des longueurs / langueurs. La complicité des petites filles est intéressante mais le propos est flou, peu crédible. Seule la beauté des images sauve le film


samedi 5 juin

La Tour visitée par cinq jeunes gens et deux petits enfants portés par les pères en mode kangourou.

Ils sont intéressés par la maison et son extension (actuellement occupée par le capharnaüm des différents rebuts déposés au cours du temps, des machines à tondre et de la table de ping pong, repliée car plus utilisée. Les deux jeunes hommes sont artisans, l'un tailleur de pierre, l'autre dinandier, deux activités très bruyantes. Ils ont et nous avons trois mois pour nous décider.

Dans la soirée je rejoins chez elle V. et j'y passe la nuit.  Réveillée en sursaut par la chatte qui bondit sur mon lit.

dimanche 6 juin

Petit déjeuner au jardin

Nous partons pour Lisle où se tient un vide grenier. Retour bienvenu de cette brocante populaire où on glane toujours un objet même quand on a pris la décision de ne pas en ajouter au nombre de ceux qui s'entassent dans nos antres.

Plus tard nous assistons aux Fourberies de Scapin, librement interprêté voire détourné par la troupe qui y mèle de nombreuses anomalies temporelles. La scène est installée dans un jardin, il fait beau. Nous retrouvons le plaisir du rire partagé.


J'ai lu ces quelques jours Une enfance créole I. Antan d'enfance de Patrick Chamoiseau. 

  "Où s'achève l'enfance? Quelle est cette dilution? Et pourquoi erres-tu dans cette poussière dont tu ne maîtrises pas l'envol? Mémoire, qui pour toi se souvient ? Qui a fixé tes lois et procédures? Qui tient l'inventaire de tes cavernes voleuses3

Quelle langue savoureuse !


lundi 31 mai 2021

Chronique d'une semaine ordinaire 13

 En retard, pour cause d'épuisement, ce sera donc très télégraphique

lundi 24 mai

terminé le livre de Frédéric Beigbeder acheté en gare de Lyon "L'homme qui pleure de rire", critique de  "la dictature du rire" qui se serait installée selon lui sur "les cendres chaudes de l'éthique journalistique". Le personnage ne m'est pas sympathique mais le livre m'a tiré l'oeil et la quatrième de couverture incitée à y aller voir.   Je suis moi-même agacée par l'esprit de ricanement systématique, la manie de faire des bons mots au détriment de têtes de turcs -en leur absence bien-sûr-. FB a été chroniqueur bouffon dans la matinale de France Inter. Il est vrai que cet exercice pratiqué comme il le souligne par trois fois, à 8h55 dans la matinale d'info, à 11h00 12h30  dans  "La bande originale"de Nagui et "Par Jupiter"

Invitation de l'ami potier..  Après un déjeuner délicieux mais copieux et parce que je suis fatiguée de mon voyage et d'une nuit courte je fais une sieste ce qui m'arrive très rarement. Je reste le soir. Diner léger. Nous échangeons sur nos enfants qui sont tous les quatre (les siens, les miens) dans "l'artisterie"et nous visionnons leurs vidéos.  

mardi 25 mai

Je visite un terrain à vendre. Trop près de la route et à proximité d'un énorme bâtiment voué à la rénovation. Je vais me renseigner au service d'urbanisme pour savoir s'il est possible d'implanter un zome sur un terrain constructible. Peu probable me dit la personne qui me reçoit mais elle va se renseigner. Je me verrais bien habiter une de ces merveilles 


mercredi 26 mai

réveil nauséeux, vertiges, diarrhée, vomissements. Je ne peux rien faire, même pas lire. Je dois pourtant m'occuper des hébergements pour la prochaine rencontre et de la réservation des billets pour Dijon

jeudi 27 mai 

C. m'accompagne à Gaillac. je dois honorer mon rendez-vous vaccinal (j'ai finalement cédé à la pression et comme je reprend les voyages ...). Remarquablement organisé. presque pas d'attente. 

C. souhaitait me faire découvrir Gaillac, en particulier la librairie Etoile scintillante qu'elle affectionne.

Après un déjeuner d'une bruschetta, elle m'entraine vers ce qu'elle voulait vraiment me montrer : le mirador du camp d'internement de Brens qui jouxte Gaillac (dont Gaillac refuse toute proximité). Une histoire honteuse et oubliée, récemment exhumée. En cherchant sur Internet, je n'ai trouvé que cet article au milieu de publicité pour des chambres d'hôtes. Je prend en photo le mémorial et le mirador, seule trace de ce passé peu prestigieux 

 

Si on le le sait pas, il passe inaperçu

Cliquer pour lire ce que represente cette très modeste stèle

vendredi 28 mai

J'ai rendez-vous au service d'hématologie du Centre Universitaire de Cancérologie de Toulouse. 

J'attend les résultats en espérant que cette visite ne sera suivie d'aucune autre.

samedi 29 mai

Je finis de vider mon ancien logis qui va être investi par des co-locataires. Eprouvant.

Ils débarquent d'ailleurs pour déposer à l'avance certains de leurs objets. Leur style semble assez éloigné du mien si je me fie au seul frigo, énorme. 

Je suis aidé fort heureusement de mes enfants.

dimanche 30 mai

Suite et fin du ménage pour permettre aux nouveaux habitants du lieu de s'installer.

Nous repartons épuisés. A midi, ma fille cueille quelques roses de mon rosier favori et me les offre


. Ah! oui c'est vrai, c'est la fête des mères. Celle-ci, je ne risque pas de l'oublier!!! 

 

 


dimanche 23 mai 2021

Chronique d'une semaine ordinaire 12

 

Une partie de ma semaine a été consacrée au travail sur un dossier Erasmus (financement européen). Je ne m'y étendrai pas. A partir de mercredi c'est plus animé

lundi 17 mai

rangements divers et variés de ce que j'ai ramené de La Tour

Travaux d'écriture

Promenade avec l'amie C. Elle me fait découvrir une autre rive du Tarn qui a une allure étrange quand nous atteignons ses berges. C. cueille des orties tout le long du chemin pour mettre au fond des trous où elle placera ses pieds de tomates

 

mardi  18 mai 

Travaux d'écriture

Je vais visiter une maison avec jardin. Je sais d'emblée que cela ne me conviendra pas. Elle se trouve au bord d'une route trop passante, à proximité d'un dépot de bus.

mercredi 19 mai

Inauguration des terrasses. Café le matin, apéro le soir. Il fait beau, tout le monde s'extasie de retrouver ce plaisir. Nous avons même droit à un petit récital que j'ai réussi à filmer avant que trop de monde n'entoure  l'artiste.


jeudi 20 mai   

Je prend le train pour Clermont Ferrand. Je dois changer à Montpellier et rejoindre la gare TGV qui oblige à prendre tram et navette. Je m'endors et loupe ma descente à Montpellier. Heureusement je peux descendre à Nimes et espérer attraper ma correspondance. Mais bien sûr le TGV ne passe pas dans la centrale (alors que d'autres y passent ) et je prend un TER pour Nimes Pont du Gare, une énorme construction au milieu de nulle part. Je m'engage dans l'escalator derrière un homme qui perd l'équilibre et me tombe quasiment dessus . Heureusement la sécurité fonctionne, l'engin s'immobilise immédiatement, une personne du service SNCF surgit pour porter secours, on relève le monsieur bien sonné avec difficulté, il est lourd et il a le bras strié de griffes dues à la ferraille des marches. Emotion.

Je devais suivre une réunion en visio entre Lyon et Clermont que le nombre de tunnels interrompt toutes les 5 minutes, je finis par renoncer et me plonge dans un article du Nouvel Observateur qui fait état des recherches récentes sur la fonction thérapeutique des hallucinogènes. Ca tombe bien n'est-ce pas puisque l'Etat songe à récupérer ce marché juteux. Un graphique intéressant montre la nocivité des différentes drogues et comme chacun le sait, l'alcool dépasse toutes les autres. Un article de Slate fait état des bienfaits des champignons hallucinogénes sur la santé. 

J'arrive à Clermont après 8 heures et deux changements, accueillie par l'ami Eric et je rejoins le groupe où m'attend le repas. Chaleur des retrouvailles. Nous allons travailler pendant deux jours ensemble.

Vendredi 21 mai

Nous ne sommes pas nombreux à avoir accepté l'invitation d'Eric qui devait accueillir 150 chercheurs comme tous les ans, avait dû reporter le colloque de 2020 et se refusait à re reporter celui de 2021. Nous avons donc rencontré l'équipe clermontoise et après nos travaux sérieux, nous avons "bamboché" au-delà des heures prévues mais ne le dites à personne. 

samedi 22 mai

Travail jusquà 17h00, après quoi le match de rugby Toulouse - La Rochelle que j'ai zappé au profit d'une petite promenade dans les rues de la ville     

Clermont Ferrand est située dans la région des volcans et la pierre des édifices en atteste


 

 Je ne pouvais pas manquer le jardin Lecoq d'autant que nous le traversions le matin pour nous rendre dans les divers lieux qui nous accueillaient. Très belle roseraie et quelques arbres impressionnants mais guère le temps de s'y attarder.


 

 

Dimanche 23 mai,

je rédige dans le train qui me ramène dans mes foyers. Une petite notation qui m'a amusée pour conclure 


dimanche 16 mai 2021

Chronique d'une semaine ordinaire 11

C'était une semaine sous le signe des commémorations. Quarantième anniversaire de l'arrivée au pouvoir de François Mittérand (10 mai) et  de la mort de Bob Marley (11 mai). Bizarrement je n'avais pas fait le rapprochement, était-il à faire ? C'est aussi, hélas le retour de la violence intensive sur les territoires palestiniens, Le Premier ministre israélien redore son blason ou plutôt le rougit plus que jamais  

 lundi 10 mai 

un article de économiste, ancien député européen publié dans une tribune de Marianne soutient que la politique économique du premier gouvernement Mauroy non seulement a contribué à parachever l'oeuvre du CNR en créant l’impôt sur les grandes fortunes, en développant l’emploi dans les services publics, en revalorisant les prestations sociales et les bas salaires, en accélérant la réduction du temps de travail tout au long de la vie (39 heures, cinquième semaine de congés payés, retraite à 60 ans). améliorant  la démocratie sociale en rendant obligatoire la négociation d’entreprise dans le respect de la hiérarchie des normes. Mais cette politique de relance a boosté l'économie avec une augmentation du PIB de 2,5% et un déficit public inférieur à 3%. Par la suite, les "conseillers de l'ombre" ont incité à la re-libéralisation de l'économie qui n 'a plus cessé avec ses dégâts sur le tissu social et l'écologie. Quand on constate ce qu'il advient du secteur culturel après l'embellie qu'il a connu grâce à Lang (soutien à la création, prix du livre, encouragement de toutes les musiques etc), on ne peut que regretter le coup d'arrêt brutal opéré après 1983 et plus encore le délitement de la gauche dans son ensemble .

mardi 11 mai

Anniversaire de la mort de Bob Marley à l'âge de 36 ans. Le reggae aura inspiré et inspire toujours un grand nombre de musiciens et Marley aura été l'ambassadeur par sa musique de la Jamaïque, Au cours de sa carrière, Bob Marley devient le plus grand musicien de reggae à travers le monde et une icône du mouvement rastafari. Il est également considéré comme un symbole mondial de la culture et de l’identité jamaïcaine, tout en plaidant également pour le panafricanisme4,3 , le tiers monde et la réduction des inégalités, de la misère (Simmer Down). 

 Legend : Marley, Bob: Amazon.fr: Musique

   

J'ai eu l'occasion d'aller en Jamaïque en 1988, juste après le passage du cyclone Gilbert qui a dévasté la zone. Le spectacle des arbres déracinés et des toits valdingués un peu partout était impressionnant. Dans les rues de Kingston beaucoup d'emblèmes rastafari et le reggae non stop. Bob a eu 12 enfants de 7 femmes différentes dont plusieurs sont également musiciens. Belle performance en si peu de temps!

mercredi 12 mai

Séance de "déblayage" à la maison avec les enfants désormais adultes qui ont regardé partir à la benne beaucoup de traces de leur enfance. Assez difficile et renouvelant pour moi le souvenir de la déception que j'avais eu quand revenant dans ma maison d'enfance j'avais constaté qu'une de mes soeurs avait opéré un "nettoyage"qui avait fait disparaître -de la même façon- mes cahiers de classe et autres vestiges. 

jeudi 13 mai

Mes jeunes voisins m'ont demandé de veiller sur leur chaton en leur absence. Je me suis acquittée avec plaisir de la mission. Il est minuscule et s'est un peu méfié au début mais a accueilli avec un délicieux ronronnement les calins que je lui prodiguais. J'ai dû rassurer les jeunes gens qui découvraient leur toute nouvelle responsabilté avec un rien d'inquiétude : par  sms je leur ai confirmé que la petite bête supportait l'absence en semant un peu le souk.

Entamé enfin "Les femmes aussi sont du voyage" (voir post précédent). L'ensemble du livre, extrèmement documenté montre de quelle façon les femmes ont été exclues du droit à voyager, soit par l'interdiction pure et simple, soit par la déconsidération dont l'entreprise des "aventurières " était entachée, soit encore par l'injonction à ne pas prendre le risque du viol. 

Outre que l'espace public est réservé aux hommes, Lucie Azéma montre que colonialisme et partriarcat se conjugue pour organiser cette horreur, le tourisme sexuel.

Cela m'a rappelé une anecdote -si on peut dire-. A Dakar mon amie Geneviève et moi, nous avions loué une "suite" (très modeste) dans un hôtel de Ngor ( un quartier de Dakar situé sur la plage du même nom). En rentrant un soir nous trouvons le gardien de nuit aux prises avec un "couple" un homme âgé et bedonnant et une jeune fille noire. Le gardien refusait que la jeune fille se rende dans la chambre du monsieur au prétexte "de recharger son portable". Le gardien a tenu bon, la jeune fille est repartie  tandis que l'homme continuait ses arguties et on pouvait lire dans les yeux de l'Africain tout le mépris et le dégoût que lui inspirait le prédateur.

Les pécheurs de Ngor

"Les stéreotypes occidentaux qui érotisaient la femme indigène et les rapports de pouvoir qui dans les faits la mettaient à disposition des colons ou des visiteurs blancs faisaient de celle-ci une prostituée potentielle. La décolonisation n'y a pas changé grand chose, les représentations étant marquées par une forte inertie et les touristes actuels disposant d'un pouvoir et d'un statut qui n'est sans doute pas inférieur à ceux des anciens colons" (Jean François Staszak cité page 139)

vendredi 14 mai

L'autrice évoque les butins de ses voyages. Elle a vécu au Liban, en Inde avant de s'installer à Téhéran. Ses conquêtes pacifiques sont les livres de grammaire. Car étudier la grammaire, c'est craquer le code d'un pays, et tâtonner pour déchiffrer celui de ses voisins (...) Dans le langage, il y a tout : l'histoire, la géographie, la politique, la sociologie, la religion.

samedi  15 mai

re-déblayage, cette fois avec seulement mon fils. Ce sont toutes mes archives qu'il faut stocker pour libérer l'espace en attendant que je les trie, ce que je n'ai pas fait depuis mes études de linguistique. Les bras m'en tombent à l'avance.

Le soir mon fils me dit que la question des rapports de genre ocupe quasiment toutes les conversation entre trentenaires. Il me donne des exemples de comportement machiste de la part de ses congénères tout à fait conforme au modèle ancestral. Mais aussi d'autres qui montrent une évolution. Allons, soyons optimistes.

dimanche 16 mai

repas avec mon nouveau club. Au cours du repas très (trop) arrosé, j''échange avec un Rémi sur le voyage, notamment le Népal et le lac Pokhara. Il aurait fallu un auditeur attentif pour déceler les différences entre ma façon et la sienne de raconter nos aventures, il semble en effet que les hommes en font des exploits, les femmes des découvertes intérieures .

Alors qu'on nous prépare le passeport vaccinal, il est utile de rappeler qu'avant 1914, on voyageait librement sur la planète. "Les passeports étaient inconnus(...) aujourd'hui les peuples sont parqués en des cages distictes en attendant le moment où ils franchiront de nouveau les clôtures qui les séparent (Alexandra David -Neel citée page 171)    

 

 


 

lundi 10 mai 2021

Chronique d'une semaine ordinaire 10

 Evidemment, certains dimanche je ne peux me placer devant mon clavier pour cet exercice que j'ai décidé de m'infliger : passer au fixateur des bribes de vie qui sinon disparaîtraient aspirées par la grande pompe temporelle. Bribes de vie minuscule.

lundi 5 mai,

Je suis en mission : mon partenaire, à sa délicieuse habitude, a pris un rendez-vous  qu'il ne peut honorer et m'a confié le soin d'accueillir le technicien qui doit faire un audit de la maison afin d'enclencher un rocessus de remplacement de notre vieille chaudière au fuel. Oui ce n'est pas écolo mais elle a 25 ans et à l'époque c'était ce qui fonctionnait au mieux et de fait elle a fidèlement rempli son office sans caprices. Donc le spécialiste a arpenté la maison, prenant mesures de toutes sortes. Une personne au demeurant affable mais c'est toujours un peu désagréable ce genre d'incursion dans le lieu d'une intimité.

Auparavant, j'étais passé à la librairie pour acquérir un livre que je n'ai pas encore entrepris (j'essaie de finir le Rochefort qui compte 500 pages et je n'ai pas le temps de lire autant que je le souhaiterais)

Voici donc l'ouvrage, j'y reviendrai.

 


mardi 4 mai 

Je m'aprête à rendre visite à mon amie C. quand mon portable sonne et le technicien Enedis me rappelle (je l'avais oublié ab-so-lu-ment). Il vient remplacer mon compteur (qui n'est pas le mien, donc je n'ai rien à dire) par ce miracle d'espionnage technologique, j'ai nommé le Linky. A la suite de sa venue, je n'ai plus d'eau chaude. Je ne m'étendrai pas sur tous les aléas. Il semblerait après plusieurs tripotages dont l'option "marche forcée" que j'ai enfin une eau propice à une douche confortable.

L'après-midi, je rend visite à Mireille pour lui annoncer que je ne viendrai pas m'installer chez elle. Nous sommes sur la terrasse, les oiseaux chantent à tue-tête, je vois bien qu'elle est déçue mais je lui dis que je suis trop farouchement indépendante, que je voyage souvent et que tout ça est incompatible avec une régularité espérée. Je lui ai promis cependant de venir de temps à autre jouer avec elle.

mercredi 5 mai   

Promenade avec C. qui me fait découvrir les bords du Tarn à la hauteur du barrage .C'est un rendez-vous pour les homosexuels me dit  C,.elle vérifie toujours qu'elle ne risque pas de les déranger en y abordant


Sur le chemin du retour je capture quelques couleurs  

Le soir je regarde le filme "Les beaux jours": Dans une ville balnéaire du nord de la France. Caroline, dentiste à la retraite, accepte, un peu réticente, l'offre de ses enfants qui l'ont inscrite au club de loisirs pour seniors Les Beaux Jours où se rencontrent des gens de son âge pour exercer diverses activités. Après un premier contact difficile, elle finit par s'y rendre avec plaisir et y fait une belle rencontre. Caroline sympathise en effet avec Julien, qui lui donne des cours d'informatique. Le jeune homme devient bientôt son amant. A ses côtés, elle retrouve une joie de vivre toute spontanée. Mouais ! Mais après une délicieuse incartade, elle renonce à cette petite folie au moment où une jeunette accroche le regard de son jeune amant. Elle revient vers son vieux mari qui pardonne. Fanny Ardant dans la splendeur de sa maturité rend crédible l'aventure. Parions que si son vieux mari avait eu l'opportunité de séduire une jeune gazelle, il n'aurait pas renoncé si facilement.

jeudi 6 mai

J'entame ma journée, avant de m'installer devant les visio du jour  par la lecture du dossier du 1 consacré à la crise de l'hopital psychiatrique.J'apprend ainsi qu'il existe une infirmerie psychiatrique de la Préfecture de police où sont conduits ceux qui sont interpellés en état de dérangement apparent avec des comportements plus ou moins violents. La contention est souvent nécessaire et les infirmiers sont des costauds qui doivent néanmoins se mettre à plusieurs lorsque le lascar est particulièrement virulent. Sans surprise on y constate la réduction des moyens et la recrudescence des demandes volontaires d'internement à la suite de la pandémie.

vendredi 7 mai

Je me rend au théâtre du Chien Blanc où mon amie Anne -Marie présente en privé sa dernière création. "Le FAUBOURG DES COUPS-DE-TRIQUE", solo théâtral, d'après le roman d'Alain Gerber,
adapté et mis en scène par Charles Gimat. 

 Un plaisir ces retrouvailles avec le théâtre vivant et avec le talent d'Anne-Marie Camus

Dans la soirée un jeune couple vient visiter la maison pour une colocation de trois mois. Ils sont enthousiastes et n'espéraient pas disent-ils dénicher un tel endroit. Je dois totalement vider les lieux donc. A suivre...

samedi 8 mai

Autres retrouvailles. je suis invitée à déjeuner chez mon ami Michel qui est potier à Levejac, spécialiste de la porcelaine. 


C'est un généreux qui plaisante en permanence. Il m'apprend qu'il a failli mourir. Crise cardiaque alors qu'il installait une exposition au Grand Palais. Heureusement il a pu être pris en charge suffisamment tôt par des médecins compétents, dans des services fournis en matériel. Si cela lui était arrivé dans sa campagne perdue, il serait mort. Il est bien vivant et je m'en réjouis. J'ai passé quelques heures agréables en sa compagnie et les amies qui l'entouraient ce jour là. Je suis repartie avec un bouquet de roses blanches. 

dimanche 9 mai

Séance mensuelle littérature avec mes amies du groupe. Nous avions choisi Cynthia Fleury.

 

 Ci-Gît L'amer - Guérir Du Ressentiment

"Toute personne qui ne peut investir le monde par le biais de sa libido meurt à petit feu et bascule dans le ressentiment comme processus de défense"

"Retrouver une forme de santé ce sera rprendre le chemin de la création, de l'émergence possible".

dimanche 2 mai 2021

Chronique d'une semaine ordinaire 9

 lundi 26 avril,



Le long du lac les iris se sont mises au diapason toutes ensemble. Philippe Annocque grand connaisseur des fleurs et des animaux m'a indiqué qu'il s'agit  d"Iris pseudocarus, qui inspira la fleur de lys (qui est donc un iris et non un lys). Je n'ai pas eu le loisir de vérifier si elles se maintiennent fleuries tant le temps a été médiocre toute la semaine.

mardi 27 avril,

Comme rien de bien extraordinaire n'a animé ma journée je transfère ici des post qui ont retenu mon attention et notamment celui-ci qui  remet un peu les pendules à l'heure à propos de  ceux qui sont vraiment les fraudeurs. On oublie aussi trop souvent que le chômage est assuré grâce aux contributions de ceux qui travaillent alors que les fortunes détournées sont produites par la rente et profitent donc à des gens qui ne travaillent pas mais font travailler l'argent produit par ceux qui travaillent  

 
mercredi 28 avril 
 
J'avais repéré une proposition de colocation gratuite en échange de quelques heures auprès d'une personne handicapée ayant du mal à se déplacer pour cause de maladie auto immune. Comme ma petite fantaisie est coûteuse (abandonner mon logis pour une location) et que l'idée de rendre service à quelqu'un fait partie de mon ADN, je suis allée rendre visite à la personne qui s'appelle Mireille.
C'est toujours navrant de rencontrer quelqu'un qui est passé d'une vie normale à une vie empêchée. 
Je suis donc un peu hésitante. Il y a déjà quelqu'un -un homme- qui est "en service" mais qui aurait besoin de pouvoir disposer de relais pour aller voir sa famille. L'endroit est proche de la gare (3km), en pleine campagne et la chambre potentiellement mise à ma disposition est éclairée de toutes parts, assez grande et possède une terrasse qui donne sur un jardin qui aurait bien besoin qu'on s'intéresse à lui. Mais suis-je capable d'entraver ma sacro sainte liberté. Mireille demande surtout quelques heures pour jouer avec elle à ses jeux de société favoris. Nulle corvée si on aime les jeux de société mais ai-je vraiment du temps disponible pour ça ? Même si je n'en suis plus au stade illustré ci-dessous je suis très occupée et partager l'intimité des gens ne m'est pas familier. J'ai promis de revenir mardi prochain pour mieux évaluer la situation. A suivre donc...   



Jeudi 29 avril

La routine. Visio etc...

Dans l'après -midi je me munis de mon appareil photo pour me rendre au château de Saurs afin de capter une image propre à remplir mon contrat dans le blog Défifoto où je publie avec d'autres, tous les premiers jours du mois, une photographie dont le thème est décidé au vote (je participe rarement ). C'est une sorte d'album que j'ai commencé à constituer en avril 2011 (je viens de vérifier). Ce mois -ci "château" était le thème. Je suis donc allée à la rencontre du plus proche, la région n'en manque pas. Celui-ci a la particularité de posséder une cave fameuse et un lieu de dégustation qui accueille des expositions . J'ai un peu enfreint la règle en passant de la cave au parc du château  qui n'est pas ouvert au public. Outre la photo que j'ai sélectionnée, voici quelques prises qui montrent que l'on y aime les équidés y compris les chimériques





    Il y avait une exposition d'un sculpteur Hugues Malbreil, essentiellement des nus dont certains en position très suggestive.


Vendredi 30 avril

Préparation d'un webinaire prévu lundi à 19h00. Avec ce système de visio, on travaille jusqu'à point d'heure.

A 20h00, justement j'ai assisté à la présentation du livre d'Erwan Larher dans le cadre d'une série intitulée "Un livre au coin du feu". Exercice intimiste et cependant frustrant, l'échange est limité.

Samedi 1er mai.

J'ai lu toute la matinée

 
 
 J'aimais bien ce comédien. Ce livre acquis dans une brocante est resté en souffrance pendant deux ans . Pourquoi se décide -t-on pour une lecture plutôt qu'une autre ? Un mystère. En tout cas on revisite avec
Jean-Philippe Guérand tout une époque du cinéma français. Le livre abonde en citations de Rochefort mais aussi de P. Noiret, J-P Marielle, Y. Robert vieux complices qui tous ont trouvé leurs meilleurs rôles et tourné leurs meilleurs films passé la cinquantaine.
Je ne suis qu'à la moitié du livre mais j'y apprend que sa deuxième femme, mère de ses enfants s'est défenestrée quelques années  après leur séparation. Ca me chiffonne. Un bon acteur mais sans doute un compagnon difficile. 

"Un metteur en scène pour moi, c'est un metteur en confiance et c'est un collecteur. C'est un homme qui est en éveil et qui rassemble les couleurs que des acteurs avec imagination lui procurent, et il choisit  dans ces couleurs, bien évidemment, parce que, à priori, c'est son oeuvre aussi. Mais c'est une oeuvre indéniablement collective" (224)

Rochefort me fait penser qu'il avait tourné le Moustachu avec  Dominique Chaussois  qui fut un de mes blogueurs / blagueurs préférés avant de choisr de tirer sa réverence. So long Pluplu. 

dimanche 2 mai,

 


 

Une journée délicieuse, invitée à déjeuner avec quelques nouveaux amis dans un jardin. Il faisait beau, tout était bon et je découvrais des gens avec qui je vais sans doute me lier parce que nous avons quelques goûts en commun dont celui de la lecture. A suivre aussi.

 

 

dimanche 25 avril 2021

Chronique d'une semaine ordinaire 8

 Que fais-tu dimanche soir ? Rien. Tu ne regardes pas le film du dimanche soir. Non. J'ai rendez-vous avec ma chronique d'une semaine ordinaire. C'est quoi ? C'est rien.

lundi 19 avril,

Toute la matinée à lire, sans interruption, le bonheur! Il faut dire que "Indésirable" d'Erwan Larher n'autorise aucune distraction. Une fois qu'on a commencé à suivre l'histoire de Sam (Samantha, Samuel ? on ne sait pas) on ne peut espérer revenir à sa petite vie ordinaire avant de lever le voile sur ce qui motive, agite cette personne. Apparemment un amour immodéré pour les vieilles pierres. De passage dans ce village, Saint-Airy, géré par un maire et un conseil municipal bien velus du cerveau,  il est littéralement appelé par une maison, dite "la maison du disparu" qu'il décide illico d'investir afin de lui redonner âme qui vive. Et nous voilà embringués avec iel (oui ce pronom neutre que pratiquent les LGBT). Iel est belle /beau selon qui l'approche mais cette indécision sur son appartenance alimente toutes les conjectures au café du village. Iel est adoré.e ou haï.e. L'auteur jongle avec cette indéfinition qui est un scandale aux yeux des "honnêtes" citoyens. D'autant que par un effet spécial dont je ne dirai rien, Iel devient hyperactif.ve et ne se fait pas que des ennemis. Le village est bientôt partagé en camps opposés, le camp des amis de Sam et celui de ceux qui veulent lui faire la peau ou plutôt qui veulent découvrir ce qu'il a dans la culotte.

 


 La puissance du roman est évidemment dans le style, un mélange très efficace de langue populaire et de précision des termes frôlant la préciosité. Ce faisant, on assiste à une vraie radiographie des collusions en rase campagne entre petits notables pour se maintenir sur leurs minuscules piedestals. Par la bande on ausculte les limites de la participation citoyenne menacée par les dérives d'un mécennat "pour le bien commun". "Faire le bien ?" est d'ailleurs un des chapîtres.  Tout au long on rencontre tous les ingrédients puisés dans notre temps présent que le magicien Larher a touillé dans sa marmite. Il y a une vraie intrigue policière, ici et là des histoires d'amour ou de sexe, une réflexion de fond sur une époque qui enfouit les traces de l'histoire et de l'art passés sous des hideurs bétonnées ( toutes les entrées de village sont défigurées, personne ne peut le nier). Sam veut sauver la beauté des merveilles architecturales menacées par le cancer des centres commerciaux et autres hérésies, tandis que les notables veulent "rentabiliser" le territoire en installant un Mac Donald. Incompatible. Et celui qui s'interpose est un étranger et d'un genre indécidable. Ce sera la guerre.

Erwan Larher a sans doute nourri son roman de son expérience. Il a  rénové un lieu en lui redonnant l'aspect antérieur à sa décrépitude avec le projet d'en faire un lieu culturel, de préférence une résidence d'écrivain. Allez voir ici si vous voulez en savoir davantage, il y explique et défend sa démarche.

En tout cas, si vous aimez plonger dans de la belle littérature de notre temps, Indésirable est fait pour vous. 

mardi 20 avril    

la routine, une visio par ci, une série de mails par là. 

Le soir, j'ai revu le film "Le retour de Martin Guerre" de Daniel Vigne pour le plaisir de la reconstitution historique des scènes de la vie paysanne et surtout le jeu des acteurs Depardieu et Nathalie Baye sans oublier Roger Planchon dans le rôle du juge Jean de Coras. Au   XVIè siècle, Martin revient dans son village natal d’Artigat, après plusieurs années passées à la guerre. L'homme se rappelle tout, les habitants, leur histoire et jusqu'au moindre détail. Après quelque temps, des vagabonds identifient Martin comme Arnaud du village voisin de Tilh, mais les villageois rejettent ces revendications comme des mensonges. Mais quand Martin fait une demande d'argent à son oncle, l'oncle est indigné et attaque Martin. Cela mène à un procès sur son identité, mettant sa vie en jeu puisque s'il n'est pas Martin, lui et sa femme Bertrande sont des adultères et leurs enfants bâtards. 

Bertrande (Nathalie Baye) avoue à la fin qu'elle avait tout de suite compris que Martin n'était pas son vrai mari mais qu'elle avait persisté dans le mensonge parce qu'il lui avait fait "une bonne vie", aveu poignant puisqu'elle a assité à la pendaison de celui qu'elle a aimé et a retrouvé celui qui la maltraite. Le film est tiré d'une affaire qui avait défrayé la chronique à l'époque, contée par le juge qui l'avait intruite et qui fut lui même assassiné pour ses appartenances huguenotes dans la bonne ville de Toulouse.

Cette histoire a alimenté moultes recherches et adaptations. Elle est relatée ici, telle que les historiens l'ont reconstituée.

mercredi 21 avril,

routine : traduction fastidieuse d'un document.

Je vais marcher et rencontre à l'impromptu une des jeunes femmes que j'avais croisée au marché. Elle vit en co location dans une maison et me fait visiter le jardin pourvu d'une terrasse en surplomb sur le Tarn. J'aimerais bien avoir la chance de louer un petit bout de terrain de cet acabit.

jeudi 22 avril,  

routine...

je lis un hors série Télérama


Il recense les tentatives et les tentations de redonner de la fraicheur aux villes asphyxiées et notamment certaines absurdités en la matière comme la végétalisation des façades  dans un article intitulé "La forêt qui marche, ça ne marche pas". Outre que ces expériences sont d'un entretien très couteux, on y brutalise les plantes. "Les arbres en suspension sur les façades de ces immeubles sont des sujets agés. Leurs racines et leurs branches ont été amputés pour les conformer aux gabarits imposés. Cela s'apparente à de la maltraitance"  (p45). Des arbres en pot d'Ivry sur Seine (les racines prises dans le ciment outre que c'est laid c'est tragique pour l'arbre) ou les fameux murs végétalisés, de Copenhague à Monaco et Milan en passant par Paris l'article nous fait faire "un voyage au bout de l'enfer vert".  "Faut-il rappeler que tous les végétaux sont programmés pour vivre dans du bon sol naturel et non en suspension dans des mini godets alimentés par des solutions nutritives artificielles". En contrepoint on découvre "les tenaces et les coriaces" qui s'installent et résistent dans les infractuoistés si petites soient-elles. Très belle iconographie et une bibliographie attractive.

vendredi 23 avril

je suis de retour à La Tour. Retrouvailles avec les chats et le jardin. Il s'est transformé en une semaine. Il est magnifique. Mais la luzerne mangetout étouffe certaines plantes et il faudrait désherber. je m'y met un peu, mais les bras m'en tombent. 

samedi 24 avril   

Importante manif à Lavaur à la suite de l'enfumage des hectares de pommiers pour les protéger du froid par la compagnie qui exploite le domaine de Fonsorbes. Ce n'est pas la première fois que les riverains protestent contre les méthodes de l'entreprise (qui vend à l'étranger l'intégralité de sa récolte sur 300 hectares). En effet à plusieurs reprises les pesticides diffusés par grand vent quand c'est strictement interdit ont dejà fait l'objet d'une plainte. Cette fois au cours de l'épisode de gel récent des ballots de paille arrosés d'essence et enflammés ont diffusé un énorme nuage de fumée. « Huit personnes ont été prises en charge par les sapeurs-pompiers et treize personnes se sont présentées aux urgences pour des problèmes d’intoxication liés aux dégagements de fumées. Les fumées ont également provoqué une forte gêne de la circulation sur la RD 87 entre Ambres et Lavaur avec une coupure à la circulation de cet axe dans la matinée avant qu’il ne soit réouvert en milieu de matinée ».


 

A Lavaur, on n'avait jamais vu une telle mobilisation ce qui prouve que pour se sentir concernés les gens ont besoin d'éprouver personnellement les conséquences des exactions commises au nom de la rentabilité.

dimanche 25 avril,

marché joyeux avec une démonstration de rock'n'roll au son d'Ella Fitzerald.

visite du domaine Les Compayres, un projet d'habitat partagé avec un gros potentiel mais un hénaurme chantier. Vais-je y prendre part ? Rien n'est moins sûr. Mais les jeunes gens qui ont lancé l'affaire sont animés d'une belle énergie et je donnerai avec plaisir un coup de main ne serait-ce que pour préparer les repas pendant qu'eux débarrasseront les murs du ciment qui les étouffe pour leur restituer la beauté des pierres .

Terminons sur l'image paisible de ces ânes tranquilles près d'une mare alimentée d'une source dans le domaine .


 

     Photos ZL (sauf couvertures livre et magazine)