dimanche 28 mars 2010

Vent des blogs 52. Avis de tempête


Le numéro 52 signifie que j'ai consacré autant de dimanches à la rédaction de ces billets, soit une année complète et même un peu plus, j'ai dû en sauter quelques uns puisque j'inaugurai cette série le 22 février 2009
de la façon suivante :
Pour lutter contre l'éphémère, je me propose de réaliser chaque semaine, le dimanche de préférence, sauf empêchement pour cause de mieux à faire, un résumé de mes coups de cœur ou de sang, au fil de ma lecture des postiers de la blogosphère. Leur ordre d'apparition n'obéira à aucune hiérarchie, voire souffrira de tête-à queue chronologique, de coq à l'âne et autres figures interdites.

Je présentais quelques uns de mes premiers complices et qui le sont restés Le Chasse -clou, Dom A et l'ami Bohren qui fut mon premier lecteur.
Chez Chr. B, (Lettres libres) j'ai glané ceci , (L' Auto-friction, 19/02, mais tout est bon chez le Christophe), un florilège de la jactance de têtes brûlées :
On s'éclate au lieu d'on s'amuse ;
on a cassé
au lieu d'on a rompu ;
je m'arrache
au lieu de je m'en vais ;
j'hallucine au lieu de c'est incroyable ;
j'y crois pas au lieu de c'est extraordinaire ;
c'est d'enfer au lieu de c'est inouï... ?
Et ne disent-ils pas que c'est clair quand plus rien ne l'est ?

On aura compris que ce rappel est ma façon de lui exprimer mon plaisir à le retrouver alerte et égal à lui-même. après plusieurs mois d'absence.

Jusqu'au numéro 7, le Vent des blogs se déclinait par son numéro. Au septième, j'ajoutais un titre en l'occurence Tout à l'égo. Zoë fait son coming out
Le 24 mai, sous l'intitulé Ni héros, ni martyr, découverte au travers des Lettres libres, Sophie K, qui partage un site avec une belle palette de talents. Strictement confidentiel ne l'est pas plus que d'autres et pas moins. Incidemment ce blog va changer complètement pour ressembler davantage à celle qui l'anime. De collectif il deviendrait plus personnel. Si vous voulez voir à quoi il ressemble avant qu'ils cassent tout, cliquez.

Le 18, Lettre sur le bonheur, Des choses plus légères donc, que j'ai pillé en fréquentant la déesse de la spiritualité (l'une des) et ses commentatrices (oui je sais, sexisme de la langue) et leurs liens. Ca donne une petite virée en poésie érotique, et d'un et de deux. Celle-ci est passablement coquine aussi, elle est d'enfer.

Etc etc...

Que les autres me pardonnent, tous ceux qui ne pourraient être cités, et qui se trouvent dans la blog liste. Certains se sont rencontrés sous l'arbre (ce qui est d'une grande banalité, c'est la règle commune), sauf peut-être que je donnais à voir un de leurs écrits, une de leur photo et les liens vers leur blog.

Au-delà de ceux que je fréquente régulièrement (aux déjà cités ajouter annadesandre, frédaime, Luc, JEA, Cactus, Clopine, Kouki, Dexter et j'en oublie encore) de nouveaux arrivent, d'anciens ne viennent plus, la vie des blogs quoi.

Cette année de vagabondage aura été très riche en découvertes (textes, musiques, images, points de vue, humour -énormément-, informations de toutes sortes). En amitié aussi.
Mais, il y a un mais, le vent des blogs m'a mobilisée tous les dimanches et partiellement les jours précédant sa réalisation. Ce rendez-vous que je m'étais imposé à jour fixe m'obligeait. Je m'étais donc donné l'échéance du numéro 52 pour plier les voiles.

Je vais continuer à publier mais peut-être à un rythme moins soutenu et surtout non contraint par une date limite. Et je ne manquerai pas de mettre en partage mes coups de coeur.

Un dernier lien pour la route ? Ce sera un clin d'oeil en écho aux billets sur l'humour au féminin. Voyez comme ma chasse est maigrichonne. je n'ai dans ma besace que ça: Les pintades La pintade est une femme qui n'a rien d'une bécasse. Qu'elle disent!

Illustration

NB, Il existe un excellent compilateur de liens, Onc' Paul, qui réalise un mensuel "Bric à blog". celui de mars vient de sortir et il décoiffe!


vendredi 26 mars 2010

Les zéros sont fatigants



Ca recommence! Les urnes ne sont pas encore rangées dans les soutes que nos marathoniens du bulletin de vote se jettent sur la piste. Ils me fatiiiiiguent !!!! C'est abyssal ! Les journaux alignent les concurrents de notre impayable Prince du pire, ils spéculent. Le Villepin a-t-il des chances ou bien va-t-il faire capoter la droite ? Ne pas oublier le "jeune" Copé et le Bordelais et ... celui qui la boucle mais n'en pense pas moins. Va-t-on garder la Martine ou récupérer le FMIste Dominique, mais la Ségo, elle ne va pas s'asseoir sur son score faramineux et gnagnagna.
Qu'ils nous lâchent un peu! Tous, aussi bien les prétendants que nous, les électeurs éventuels. Les médias sont responsables aussi de l'abstention. Ils nous saoulent.

Dernière péripétie : Cohn Bendit lance une "coopérative politique" une structure pérenne et souple à la fois, capable d'élaborer des positions collectives et de porter le projet écologiste, sans s'abîmer dans la stérilité des jeux de pouvoir ou la folle tempête des ego en compétition". (Euh Daniel, ça va l'égo? pas trop poussif quand même!)

Si seulement on pouvait enfin se débarasser de "la folle tempête des égos en compétition ". Si on pouvait une fois pour toute éradiquer le chefaillisme qui règne partout. La Président de la République devrait être ce que Chirac fut pendant son dernier mandat : un type qui inaugure les manifestations, reçoit ses homologues pour des conversations entre gens civilisés et ne se mèle pas d'autre chose que de veiller au bon fonctionnement des institutions démocratiques.(Oui, bon, j'embellis, mais il me semble que c'est ce qu'on lui a reproché non ? Alors que moi je le trouvais à sa place).
Et pour le reste, ce sont les assemblées qui doivent faire le boulot. La démocratie n'a pas besoin d'un chefaillon qui décide mais d'intelligences qui se coordonnent et fournissent les éléments d'analyse et de synthèse. Les Régionales n'ont pas mobilisé alors que ces assemblées proches des réalités locales sont les mieux placées pour favoriser les articulations utiles au service public tout en préservant l'initiative privée (et en favorisant les féodalités locales, je sais ). De plus, c'est un niveau politique qui actuellement s'est efforcé (ou plutôt a été contraint )à la parité. Alors qu’en 1998, 27,5% des conseillers régionaux étaient des femmes, elles sont un peu plus de 47,6% six ans plus tard dans les mêmes assemblées. En imposant des listes paritaires où doivent alterner une femme / un homme, la loi a contribué à féminiser les assemblées régionales mettant ainsi à mal la discrimination quantitative dont sont victimes les femmes. Bon, ne rêvons pas leurs attributions sont surtout dans le social, la culture. L'aménagement du territoire, l'économie etc c'est encore les hommes qui captent.
Ce niveau devient pertinent pour donner à la démocratie les moyens du débat à condition de l'aménager c'est à dire d'organiser les façons dont le citoyen peut secouer ses représentants quand ils oublient leurs engagements ou susciter les débats, voire des votes sur des sujets qui les concernent. C'est à partir de ces assemblées que les citoyens pourraient désigner leurs porte-parole dans les assemblées nationales. Ministres et premiers ministres devraient être sous le contrôle des assemblées et non désignés par un individu et un seul avec tous les risques d'effet de cour auxquels nous assistons actuellement. La composition de cet exécutif serait donc le reflet de la diversité des opinions au lieu de cette règle militaire "tous derrière le chef". Quand le chef délire (étymologie, sort du sillon), il n'existe actuellement pas de moyen réel de le démettre.

Pour commencer à modifier le paysage politique, il faudrait changer d'imaginaire, cesser de se représenter le peuple comme une meute qui demande un chef de meute, dégager le chefaillisme et instituer la prise de décision ascendante, abandonner la culture du château fort pour enfin adopter celle du réseau. Nos structures sont archaïques, le parti est une vieille chose. Alors quoi à la place ? Une coopérative ? Mouais.
Illustration Charlemagne et son armée contre les sarrasins en Espagne (miniature d'un manuscrit du XVe, bibliothèque nationale de Turin)

mercredi 24 mars 2010

La belle mine de Germinal et la pianiste amoureuse des loups



Le jeune homme à l'image m'a séduite immédiatement quand je l'ai découvert dans les Carnets de JLK qui lui consacre un article chaleureux.
J'ai bien évidemment cherché sur le web Germinal Rohaux, (c'est son nom) et j'ai été très impressionnée par ses photographies, notamment celles d'adolescents . Il a réalisé deux films dont je n'avais jamais entendu parler Icebergs et Des tas de choses. Je vais essayer de voir ces deux oeuvres sensibles.
Je n'ajoute rien et vous laisse le soin de vous intéresser si comme moi, ce visage vous a émus.


Autre talent et touchante beauté Hélène Grimaud. La pianiste aime les loups, portrait de cette jeune femme lumineuse.

dimanche 21 mars 2010

Le Vent des blogs 51. Insoutenable légèreté de l'air

(Paolo Pellegrin, Magnum)

J'emprunte cette photo au blog de Pascale Clark. J'aime bien le ton de la journaliste, je ne connaissais pas le blog. Voilà qui est fait avec, de façon inaugurale, cette photo de l'envol en illustration d'un billet intitulé Apesanteur. Ils me font penser aux personnages de Folon ces deux rêveurs -nageurs de l'azur. C'est le printemps.
En contraste total la vidéo qui suit : Une démolition inachevée. Je crains une comparaison oiseuse avec un certain parti qui ce soir risque de ressembler à ce spectacle, les rires au moins aussi bruyants.
Ce serait préférable plutôt que d'assister à un concours d'ignominies telles que dépeintes par Celeste. Vont-ils s'en laver les mains ?
En attendant, on assiste à une gentrification des quartiers qui, grâce à la loi Borloo, vont revenir dans le giron de la classe moyenne. Il faut reconnaitre que certains quartiers sont vraiment trop proches du centre ville et des commodités pour être durablement dévolus au logement social. On fait sauter quelques immeubles pour éclaircir, on applique de "la mixité sociale " et le tour est joué. (Où sont passés les anciens habitants ? Secret défense!).
Je ne regarde pas la télé mais je n'ai pu échapper à l'information : la télé tue. Le zapping de Canal + en date du 21 mars a sélectionné quelques morceaux du remake de l'expérience de Stanley Milgram, au milieu d'autres infos comme celle de la femme qui a décidé de battre le record de poids (400 kilos et des brouettes) tandis qu'en Italie, un concours de pouffes sévit pour sélectionner des candidates à la célébrité. Etc. Je ne regrette pas d'échapper à ces horreurs.

Un blog a attiré mon attention, Mes relations textuelles. Sous l'intitulé Aquoibonnisteries, une certaine Laure K (je collectionne les K* ) se demande pourquoi on finit par ne plus croire en rien.
Pourquoi, oui pourquoi ?

Des fois, en période de léthargie ou de stupeur, je me jetterais dans l'accélérateur de particules pour forcer la collision de mes atomes personnels. Capituler de plaisir, c'est bien la seule capitulation qui vaille. Ce lien je l'ai glané chez le "chasseur cueilleur d'étincelles " et je lui ai emprunté la photo ci-dessous. J'ai trouvé que le personnage là qu'on aperçoit et qui semble se ratatiner à la chaleur ressemblait à not' bon maître ou à son premier sinistre, on distingue mal, il est vrai. Illusion sans doute mais c'est le printemps, l'optimisme est de mise.


Eric Mc Comber.


*Pour découvrir mes K, cliquez ici, ici et ici.

Dernière minute : 17%, pour le FN (en moyenne, là où il s'est maintenu) selon des estimations de début de soirée. Le chef du parti, Jean-Marie Le Pen atteint 22,5% en Provence-Alpes-Côte d'Azur et sa fille et vice-présidente Marine 22,2% en Nord-Pas-de-Calais.
Pas de quoi être optimiste finalement, même si la France s'affiche en rose (bonbon?).

vendredi 19 mars 2010

Les recettes de la Sorcière du placard aux balais

Bonsoir, votre Gracieuseté.

Il est tard. Je m'apprêtais à éteindre le feu sous mon bouillon de onze heures. Que me voulez-vous ?

Notre planète boursicote. Un nombre invraisemblable d'atomes et d'entités sociales se consacrent exclusivement à cette marotte. Pendant qu'ils pianotent et parlotent, un nombre non moins hallucinant et même extravagant d'atomes et d'entités sociales pataugent et expirent. Selon les experts patentés ou auto-proclamés, ces deux phénomènes seraient corrélatifs. Que faire, o' grande prêtresse ?

Réduire le nombre de boursicoteurs à un de ces cercles fermés et inoffensifs de joueurs de bridge ou de crapette. Et pour cela limiter la circulation d'argent et augmenter les échanges démonétisés.

Mais c'est impossible o' ineffable succube !

Pourtant il semblerait que sans vos petits ruisseaux ils ne pourraient espérer leurs riviéras. Vous êtes nombreux, ils sont une poignée.

Tout en haut une poignée mais vous ne comptez pas les intermédiaires.

Eh bien commencez par ceux-là. Raccourcissez, étrécissez, qu'ils n'aient plus d'espaces où poser leur pompe à phynance.

C'est très difficile o' subtile pythie.

Un peu de nerf, c'est ce qui vous manque et un peu d'imagination aussi. Cessez de reproduire les vieilles bévues et de baver sur les mêmes colifichets que vos prédécesseurs.

Mais comment o'délicate visionnaire ?

Changez de focus et de focale, retirez vos oeillères et détachez votre collerette.
Maintenant, excusez-moi, je dois me livrer à mes abblutions. Pour ce soir, ce sera tout.

Illustration Sorcière

mercredi 17 mars 2010

Humour féminin



Valérie Pécresse en campagne, entourée de ses colistiers. On lui demande une blague. Alors, là, au milieu de ses compères, elle sort une blague éculée sur la fainéantise corse (je vous l'épargne, elle est très connue mais elle est vraiment nulle). Elle aurait pu en profiter pour leur en placer une de ce type :
"Quelle différence y a-t-il entre un homme et un chat ? Aucune; tous les deux ont peur de l'aspirateur".
ou encore
Dans son bain un petit garçon de trois ans examine ses testicules."Maman" demande-t-il "C'est mon cerveau ? " "Pas encore" répond-elle.
Mais ça ne les aurait pas fait rire, ni les spectateurs pour qui cette scène avait été concoctée pour "détendre l'atmosphère " sérieusement plombée pour l'UMP.
L'humour féministe ne fait rire que les féministes parait-il.
Michel Tournier, dans "Le vent paraclet" classait les formes d'humour en trois catégories : l'humour rose, gaudriole, histoires de cocus etc., l'humour noir qui plaisante avec la mort et l'humour blanc, humour de l'absurde. Cette dernière catégorie a ma préférence. C'est celui de Buster Keaton, de Tati. La résistance du monde à l'obstination et à la candeur de l'homme à tenter de le domestiquer. Pour Keaton, ce sont les machines et les forces de la nature, mais aussi bien-sûr la violence des hommes. Pour Tati c'est le monde de l'artifice et de la démesure, des conventions.

Qu'en est-il de l'humour au féminin ? "Humoresques" "revue (qui) se propose d'être un lieu d'expression pluridisciplinaire des recherches concernant les différents genres du risible, introduit le numéro 11 consacré aux "rires au féminin de la façon suivante "La littérature comique est l'œuvre presque exclusive d'auteurs masculins pendant plus de 2000 ans. La pratique de l'écriture comique par les femmes, à quelques exceptions près, coïncide avec le début de leur accession à l'émancipation au tournant du 20ème siècle.

L'humour, a été longtemps considéré comme pouvoir masculin parce qu'il est fondé sur la distance légèrement surplombante (la hauteur) que nécessite la dérision. Sabine Melchior-Bonnet note que le rire, ce petit séisme qui défigure le visage et révélait des bouches édentées jusqu’à la fin du XIXe siècle*, offensait les canons de la beauté. Ensuite parce que, venu des entrailles, le rire contrevenait à la pudeur et à la bienséance. Enfin, parce que l’hilarité est incontrôlable et que l’hystérie, maladie longtemps réputée féminine, guette toujours la femme qui rit.

Depuis qu'elles ont enfin le droit et de rire et de faire rire, les femmes se sont emparées de tous les registres. Elles ne négligent pas la gaudriole, elles peuvent rire de la mort et exceller dans l'absurde (chère Zouc!). Il me semble qu'elle sont plus volontiers prêtes à se moquer d'elles-mêmes, notamment de cette obsession où les femmes se trouvent d'être belles à tout prix et à tous les âges (Roumanoff, les Wamps). Cette autodérision est une autre façon de combattre les préjugés qui persistent sur la "vraie" femme", sur le "prince charmant" et sur cette égalité des droits qui tarde à s'installer.
Alors vive l'humour et je ne crois pas qu'il soit si féministe, sauf à imaginer que les hommes ne sachent pas rire d'eux-mêmes. Une dernière pour conclure mais qui ne fonctionne qu'en anglais.
Un anglais sommaire suffit pour la décrypter et franchement elle est bien légère. On aimerait que les blagues machistes soient aussi délicates.
De l'importance de la virgule An English professor wrote the words, "Woman without her man is nothing," on the blackboard and directed the students to punctuate it correctly. What wrote the men ? "Woman, without her man, is nothing." And the women ? "Woman! Without her, man is nothing."

dimanche 14 mars 2010

Le Vent des blogs 50.La semaine de la journée


Je vous ai épargné le billet du 8 mars sur la journée de la femme. C'est pour mieux y revenir mais en donnant la parole à celles ou ceux qui ont pris la peine de s'exprimer sur le motif.

Notre chère Frédérique Martin, Fredaime pour les copines avec -belle découverte- un lien sur le travail iconographique de David Belin . Empoignade fournie dans les commentaires, avec un certain nombre de pépites.

Eric Poindron, le dénicheur de curiosités a mis en vitrine une gravure coquine.

L'expérience du désordre, le blog de Sophie Poirier (qui a publié deux livres) a commis un billet drôle sur le sentiment de culpabilité chez les femmes et comment le combattre.

Anne des Ocreries raconte avec un vrai talent, celui de la sincérité, son expérience douloureuse d'éleveuse de chèvres contrainte d'envoyer une partie de son cheptel à l'abattoir et au final d'abandonner son activité. Ca n'a rien à voir, mais moi je lis et je lies ce témoignage avec la lutte des femmes.

Si on veut suivre l'actu féministe, une seule adresse Olympe et le plafond de verre. Même elle, a zappé le 8 mars, elle était ailleurs, mais de retour, elle a rendu compte des "oscars du machisme" délivrés par les chiennes de garde. Premier prix au sieur Louis Nicollin, président du club de foot de Montpellier (décidément...) : "On peut se parler, se dire des choses. On est des hommes, pas des gonzesses" (Source : L'Équipe, 2 novembre 2009 ; au sujet d'un différend avec Benoît Pedretti, capitaine de l’équipe de football d'Auxerre). C'est bien connu que les gonzesses se causent pas elles cognent. Il n'est pas seul à concourir, il a des dauphins dont celui-ci qui a ma faveur pour sa finesse et sa légèreté : Alain Destrem, conseiller d’arrondissement de Paris UMP, qui a déclaré :" La photo de Ségolène en boubou me fait penser à ma femme de ménage" [à la vue d’une photo de Ségolène Royal portant un boubou, lors d’une visite à Dakar] Conseil de Paris, 8 avril 2009. Nous conseillons à sa femme de ménage de lui fourrer quelques punaises dans son lit associées à des boules puantes avant de lui renverser le saut d'eau et la serpillière sur la tronche. Pour consulter les bons mots de nos matamores d'estrades, consultez le site.

Oualà, ma séance de rattrapage est terminée. Je vous ai épargné (parce que j'ai oublié de copier le lien) une série sur les vedettes boursouflées au Botox pour " réparer des ans l'irréparable outrage" qu'une internaute avait collectées en illustration d'un texte où elle affichait sa perplexité quant à cette quête de la jeunesse perpétuelle. Elle remarquait au passage que le sort réservé aux vieilles femmes est -sans conteste et sans surprise - éminemment plus défavorable qu'aux hommes vieux. Je vais éviter le couplet sur les retraites en peau de chagrin pour des femmes souvent délaissées au profit de plus jeunes. Une seule solution les filles: autonomie financière ! Et humour toujours.

Photo Saddiakou




vendredi 12 mars 2010

Sans rime ni raison.


Elles m'agaçaient beaucoup
Ces petites jeunes filles
Luisantes comme des bonbons
Capsulées de flaflas.
Elles avaient des atours
Qui swinguaient sous la lune
Où bêlaient des bellâtres
Bleus de blêmes envies.
Je traversais leurs cours
Livide, inopportune,
Troublant leurs mises en scène,
Bousculant leur tréteaux,
Leurs enquêtes sournoises
Sous leurs franges acérées.

J'ai construit mes barrages
A petites pierres léchées.
L'errance, une autre chasse,
Liberté au fronton,
Et volonté en moelle,
Longeant des rives abruptes
Proie de flux invisibles,
Goûtant tous les cocktails
M'y saoulant sans vergogne.
Arrimages, arrimages,
Sanctions de la fatigue
Ou vaillance des rencontres.

Jeunes filles de bonne famille
Que sont vos vies devenues?
Bécasses en tableau de chasse,
Alignées en cohortes,
Pour présenter vos pieds,
Les glisser dans le moule,
Quand le Prince mate ailleurs
Le cul de Cendrillon.

Le monde, le vaste monde
Où toutes les guenilles
Finissent au terreau,
En s'ouvrant à ma faim
A guéri la blessure.
Dans le piège à mirages
On ne sait qui agriffe
Du féroce, du constant
Ou du tout déglingué.
Se parfaire un oeil cru,
Dénicher la régie
Et ses magiciens chauves.

Prunelles de mes prunelles,
Guetteurs des fonds obscurs,
Traqueurs des trucs à trac
Vigies des vents contraires,
Je vous dois d'être là,
Mes lièvres couchés au pied,
Et jouant de ma plume,
Au bord de mes amours,
Au creux de ma mémoire,
Où flotte votre essence
Qui parfume mes jours.




mercredi 10 mars 2010

Message urgent au Général Hiver

Qu'est-ce que ce délire !

Lundi

mardi

Mercredi


Trop, c'est trop!

dimanche 7 mars 2010

Le Vent des blogs 49. Embrassons nous Folleville


Je vais entamer ce florilège en écho à son titre par un lien vers un coup de gueule d'Alain Accardo. Pour ceux qui ne le connaissent pas , Accardo est un "décroissant " que la gabegie et l'iniquité du monde actuel horripilent. Il fustige ici ceux qui lui suggèrent de mettre des formes à son indignation et de se munir de patience et de pondération, le monde est ce qu'il est, pas la peine de s'énerver. Sois gai, ris donc.

Solko, lui, ce qui l'agace ce sont les anathèmes jetés à la face des abstentionnistes. A quelques jours d'une consultation électorale, c'est un point de vue. Je lui ai fait part du mien.

Changeons d'atmosphère. Quoique. Louison et Fleur vont au cocktail: Nicolaï Lo Russo, reçoit ses amis lecteurs. Si vous ne pouvez vous y rendre (c'est mon cas) vous lirez son livre, Hyrok (moi, c'est fait). Ca décoiffe, bouleverse, irrite, ça vous procure des frissons d'angoisse et des explosions de rire. Ca décrit un monde de fausses valeurs où le talent n'a aucune chance d'être reconnu, tout étant fabriqué par une petite poignée de frimeurs qui copulent entre eux. Bref, il est recommandé de déguster avec un bon verre à proximité parce que ça donne soif.

Un motif d'ébahissement (vous me connaissez, je m'étonne de tout et de rien), nous serions clavier/ écran autosuffisants, plus besoin de ces objets encombrants externes . Ceux qui comprennent l'anglo-saxon pourront savourer les détails de la démonstration, pour les autres ça s'apparente à un horror show, voyez vous-mêmes.

Bonne nouvelle, que je consulte régulièrement (un peu d'optimisme ne nuit pas) nous en informe: on va enfin pouvoir, après avoir placé son argent, vérifier à quoi il sert. La Banca Etica arrive en France, en tant que banque éthique européenne. Vous ne connaissez pas ? Excellente occasion de vous informer. Sortez vos pépettes des placards miteux où elles stagnent. Investissez dans l'avenir. Je dis ça mais je ne possède aucun dividende sur l'avenir, vous faites comme bon vous semble, comme d'habitude.

Convalescence. Joli titre pour une série dont Dexter a le secret dans son blog plein de qualités. Cette fois il s'agissait de distraire l'amie Cécile coincée chez elle à la suite d'un souci de santé. Le thème: les livres qui ont compté pour vous du plus jeune âge à ce jour. C'est très varié, vous devriez y reconnaître un favori au moins. Vous pouvez contribuer à la constitution de la bibliothèque virtuelle. C'est ici.

Pour conclure en musique, vous avez le choix entre une série hot proposée par une madame de K soit disant pudibonde et un avis de recherche lancé par les Naufrageurs. Vous connaissez Luigi Grasso et Dado Moroni ? Ils valent le détour.

Petit éclaircissement sur le titre : Embrassons nous Folleville est une comédie d'Eugène Labiche et Auguste Lefranc. Le marquis de Manicamp veut marier sa fille Berthe à Folleville. Il enfouit les timides tentatives d'opposition de celui-ci, déjà engagé par ailleurs, sous des démonstrations intempestives d'affection et d'amitié qui lui rivent le bec. L'art de supprimer la résistance en la noyant dans le fleuve tranquille de la bonne conscience.

Photo Henri Zerdoun. Des livres et vous à retrouver sur son site. Une amicale pensée à Henri en espérant que le printemps le verra revenir le nez au vent.

vendredi 5 mars 2010

En respirant


En respirant.
Parfois je respire plus fort et tout à coup, ma distraction continuelle aidant, le monde se soulève avec ma poitrine. Peut-être pas l'Afrique, mais de grandes choses.
Le son d'un violoncelle, le bruit d'un orchestre tout entier, le jazz bruyant à côté de moi, sombrent dans un silence de plus en plus profond, profond, étouffé. Leur légère égratignure collabore (à la façon dont un millionième de millimètre collabore à faire un mètre) à ces ondes de toutes parts qui s'enfantent, qui s'épaulent, qui font le contrefort et l'âme de tout

Henri Michaux. La nuit remue

Photo Clemt

mercredi 3 mars 2010

Oxygène


Regarder le sexe au fond des tropismes,

Détrôner le Dieu CAC et la déesse Pépette

Eviter de se prendre pour le centre d'un monde

Accepter la folie, rechercher la raison

Suspendre les convictions, regarder à deux fois

Minimum

Refuser la violence, rétablir la palabre

Visiter les paradis artificiels et en redescendre

Caresser et non battre, baiser et non hacher

Oindre les tout petits de mots doux pour la route

Se mêler de ce qui nous regarde

Regarder de quoi ils se mêlent

Humouriser comme on vaporise

Voyager sur la pointe des pieds

Partager tout ce qui, sinon, encombrerait

Cultiver silence et solitude

Bramer en chœur quand ça nous chante

Installer la ville à la campagne

Et vice versa

Présenter un passeport vierge aux frontières

Saluer d'un bras levé le soleil et le vent.


Oui, j'avoue tout. Ce poème sans fard, je l'ai déjà mis en vitrine, mais il y avait si peu de passants que je l'exhibe à nouveau, pour lui faire prendre l'air. J'ai si peu de temps en ce moment et la tête pleine de textes qui sont plutôt de l'impoèsie. Les mots eux aussi ont besoin d'oxygène.

Photo Bulles de savon