lundi 10 mai 2021

Chronique d'une semaine ordinaire 10

 Evidemment, certains dimanche je ne peux me placer devant mon clavier pour cet exercice que j'ai décidé de m'infliger : passer au fixateur des bribes de vie qui sinon disparaîtraient aspirées par la grande pompe temporelle. Bribes de vie minuscule.

lundi 5 mai,

Je suis en mission : mon partenaire, à sa délicieuse habitude, a pris un rendez-vous  qu'il ne peut honorer et m'a confié le soin d'accueillir le technicien qui doit faire un audit de la maison afin d'enclencher un rocessus de remplacement de notre vieille chaudière au fuel. Oui ce n'est pas écolo mais elle a 25 ans et à l'époque c'était ce qui fonctionnait au mieux et de fait elle a fidèlement rempli son office sans caprices. Donc le spécialiste a arpenté la maison, prenant mesures de toutes sortes. Une personne au demeurant affable mais c'est toujours un peu désagréable ce genre d'incursion dans le lieu d'une intimité.

Auparavant, j'étais passé à la librairie pour acquérir un livre que je n'ai pas encore entrepris (j'essaie de finir le Rochefort qui compte 500 pages et je n'ai pas le temps de lire autant que je le souhaiterais)

Voici donc l'ouvrage, j'y reviendrai.

 


mardi 4 mai 

Je m'aprête à rendre visite à mon amie C. quand mon portable sonne et le technicien Enedis me rappelle (je l'avais oublié ab-so-lu-ment). Il vient remplacer mon compteur (qui n'est pas le mien, donc je n'ai rien à dire) par ce miracle d'espionnage technologique, j'ai nommé le Linky. A la suite de sa venue, je n'ai plus d'eau chaude. Je ne m'étendrai pas sur tous les aléas. Il semblerait après plusieurs tripotages dont l'option "marche forcée" que j'ai enfin une eau propice à une douche confortable.

L'après-midi, je rend visite à Mireille pour lui annoncer que je ne viendrai pas m'installer chez elle. Nous sommes sur la terrasse, les oiseaux chantent à tue-tête, je vois bien qu'elle est déçue mais je lui dis que je suis trop farouchement indépendante, que je voyage souvent et que tout ça est incompatible avec une régularité espérée. Je lui ai promis cependant de venir de temps à autre jouer avec elle.

mercredi 5 mai   

Promenade avec C. qui me fait découvrir les bords du Tarn à la hauteur du barrage .C'est un rendez-vous pour les homosexuels me dit  C,.elle vérifie toujours qu'elle ne risque pas de les déranger en y abordant


Sur le chemin du retour je capture quelques couleurs  

Le soir je regarde le filme "Les beaux jours": Dans une ville balnéaire du nord de la France. Caroline, dentiste à la retraite, accepte, un peu réticente, l'offre de ses enfants qui l'ont inscrite au club de loisirs pour seniors Les Beaux Jours où se rencontrent des gens de son âge pour exercer diverses activités. Après un premier contact difficile, elle finit par s'y rendre avec plaisir et y fait une belle rencontre. Caroline sympathise en effet avec Julien, qui lui donne des cours d'informatique. Le jeune homme devient bientôt son amant. A ses côtés, elle retrouve une joie de vivre toute spontanée. Mouais ! Mais après une délicieuse incartade, elle renonce à cette petite folie au moment où une jeunette accroche le regard de son jeune amant. Elle revient vers son vieux mari qui pardonne. Fanny Ardant dans la splendeur de sa maturité rend crédible l'aventure. Parions que si son vieux mari avait eu l'opportunité de séduire une jeune gazelle, il n'aurait pas renoncé si facilement.

jeudi 6 mai

J'entame ma journée, avant de m'installer devant les visio du jour  par la lecture du dossier du 1 consacré à la crise de l'hopital psychiatrique.J'apprend ainsi qu'il existe une infirmerie psychiatrique de la Préfecture de police où sont conduits ceux qui sont interpellés en état de dérangement apparent avec des comportements plus ou moins violents. La contention est souvent nécessaire et les infirmiers sont des costauds qui doivent néanmoins se mettre à plusieurs lorsque le lascar est particulièrement virulent. Sans surprise on y constate la réduction des moyens et la recrudescence des demandes volontaires d'internement à la suite de la pandémie.

vendredi 7 mai

Je me rend au théâtre du Chien Blanc où mon amie Anne -Marie présente en privé sa dernière création. "Le FAUBOURG DES COUPS-DE-TRIQUE", solo théâtral, d'après le roman d'Alain Gerber,
adapté et mis en scène par Charles Gimat. 

 Un plaisir ces retrouvailles avec le théâtre vivant et avec le talent d'Anne-Marie Camus

Dans la soirée un jeune couple vient visiter la maison pour une colocation de trois mois. Ils sont enthousiastes et n'espéraient pas disent-ils dénicher un tel endroit. Je dois totalement vider les lieux donc. A suivre...

samedi 8 mai

Autres retrouvailles. je suis invitée à déjeuner chez mon ami Michel qui est potier à Levejac, spécialiste de la porcelaine. 


C'est un généreux qui plaisante en permanence. Il m'apprend qu'il a failli mourir. Crise cardiaque alors qu'il installait une exposition au Grand Palais. Heureusement il a pu être pris en charge suffisamment tôt par des médecins compétents, dans des services fournis en matériel. Si cela lui était arrivé dans sa campagne perdue, il serait mort. Il est bien vivant et je m'en réjouis. J'ai passé quelques heures agréables en sa compagnie et les amies qui l'entouraient ce jour là. Je suis repartie avec un bouquet de roses blanches. 

dimanche 9 mai

Séance mensuelle littérature avec mes amies du groupe. Nous avions choisi Cynthia Fleury.

 

 Ci-Gît L'amer - Guérir Du Ressentiment

"Toute personne qui ne peut investir le monde par le biais de sa libido meurt à petit feu et bascule dans le ressentiment comme processus de défense"

"Retrouver une forme de santé ce sera rprendre le chemin de la création, de l'émergence possible".

9 commentaires:

patrick.verroust a dit…

Bonjour Zoë,

Votre ami Michel réjouit, à lui seul,votre chronique...Vous avez du pot de l'avoir pour ami...
Pour le reste, ainsi va la vie , des moments de joie, des déchirements, de petites cruautés pour ne pas se laisser cannibaliser...Un gentil film mais il ne faut pas voir le mâle, partout...On peut être homme et bienveillant ...si si...ne pas faire le zèbre pour séduire une
jeune gazelle...ni sauter sur tout ce qui bouge !

Hypathie a dit…

Merci pour l'idée lecture Les femmes aussi sont du voyage que je mets immédiatement sur mon étagère A lire sur mon goodreads ! L'émancipation par le départ, c'est prometteur. Et je ne l'aurais pas trouvé toute seule !
Belles photos en bas d'article ;)

Zoë Lucider a dit…

@P.V.Oui Michel réjouit. On peut être un homme bienveillant, sans doute l'êtes vous.

@Hypathie, ravie du partage.

patrick.verroust a dit…

Bienveillant , je ne sais pas ! Je ne suis plus que l'ombre de moi-même,l'ombre d'un doute...

Colo a dit…

Oui, ce livre dont je note le titre moi aussi, merci !

Le cinéma, parlons-en un peu. Les films, tant français qu'espagnols vus depuis tout un temps sont BOf,oui. Rien de neuf, aucun risque n'est pris. Espérons, mais j'en doute, que le confinement ait fait jaillir quelques lumières plutôt que la facilité qui rapporte des sous.

Nos vies, faites de tout ça, heureusement il y a de si belles amitiés.

Tania a dit…

J'avais manqué la semaine précédente - "de nouveaux amis" ai-je lu, c'est réjouissant, et aussi la floraison des iris que j'observe aussi dans les jardinets devant certaines maisons du quartier.
Regardé aussi "Les beaux jours" avec Fanny Ardant en blonde ! On se demande pourquoi on veut lui faire fréquenter ce centre. Léger...

Dominique Hasselmann a dit…

Belle photo de couverture que ce livre avec deux femmes à moto (j'entendais l'autre jour un reportage sur France Info montrant que de plus en plus elles passaient le permis ad hoc) !

Alain Gerber, c'est le critique de jazz ?

Finalement, tu vas tant regretter ta maison que tu iras la racheter un jour (comme ces gens qui se remarient après un divorce)... /_°

Zoë Lucider a dit…

@Tania, oui de nouveaux amis et c'est agréable. Fanny Ardant en blonde, c'estdéroutant et en effet on se demande pourquoi ses filles l'envoient dans un club du troisième âge et pourquoi elle accepte, même en renaclant.

@D.H. C'est en effet Alain Gerber critique de jazz. Racheter ma maison ? Pour l'instant elle n'est pas en vente. On espère que la colocation va permettre de la maintenir le temps de savoir ce que nous voulons réellement faire.

Chat Pitre a dit…

Bonjour, je voulais vous présenter mon 3ème roman félin « TROPIQUE DU CHAT » (ISBN: 979-10-348-1430-5 / Christine LACROIX), une invitation au voyage sans bouger de chez vous, qui vient de sortir chez Evidence éditions. Il est disponible en broché et en ebook en librairie, chez la boutique évidence ou sur les sites en ligne :https://www.amazon.fr/dp/B084NYFSRL/ref=dp-kindle-redirect?_encoding=UTF8&btkr=1.  C’est un voyage exotique sur l’île papillon. Vous y découvrirez les paysages, la faune et la flore de la Guadeloupe avec pour guide Toussaint Louverture, un chat créole. Un road movie antillais qui vous emporte loin de chez vous. En voici le résumé : Toussaint Louverture est un général de cavalerie né en 1743 à Saint-Domingue. En 1791 il posa la première pierre d'une nation noire indépendante en Haïti. Toussaint Louverture est aussi le héros de «Tropique du chat». Un «Cat-ribéen» qui raconte son île d’azur et de jade à travers ses yeux de félin. Blanchette est une petite chatte métropolitaine qui vit sa deuxième vie en gris, et rêve de lapis-lazuli et d’émeraudes. Sept mille kilomètres d’océan les séparent. Mais le destin se moque des distances… Un extrait est à lire sur mon blog félin : http://chat-pitre.over-blog.com Colonne en bas à droite, dans « MES ECRITS ».
Un quatrième roman :  "Les 7 vies de Surcouf", sortira en septembre prochain chez City éditions. C'est la suite des "Fantastiques aventures de Surcouf" disponible chez City éditions Fantastiques-aventures-surcouf-     Portez-vous bien. AMICHAT. CHRISTINE LACROIX