vendredi 2 octobre 2009

Les vases communicants. L'amour médecin

«(...) pourquoi ne pas imaginer, le 1er vendredi de chaque mois, une sorte d'échange généralisé, chacun écrivant chez un autre ? Suis sûr qu'on y découvrirait des nouveaux sites (...)».
François Bon et Scriptopolis ont lancé l'idée des Vases Communicants. Aujourd'hui Sophie K. et Zoë Lucider s'invitent réciproquement.


En rebond avec l’article précédent de Zoë, qui me fait donc l’honneur de m’accueillir chez elle pour ces échanges dont chaipuki à eu la brillante idée, en rebond donc, je me suis replongée dans L’histoire de la médecine de Roger Dachez, publiée chez Tallandier en 2004. Voilà le genre de sommes que j’achète parfois pour y voir un peu plus clair dans l’évolution humaine (par exemple, je me suis même offert l’année dernière, en soldes heureusement, toutes les planches de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, énorme ouvrage qui me prend une place dingue mais qui est formidable à consulter)(…si je vous le dis !)

Ce qui m’intéressait au premier chef, c’était évidemment la naissance de la médecine, c'est-à-dire tous les tâtonnements hasardeux de nos vaillants ancêtres en matière de soins.

Surprise : les Egyptiens de l’Antiquité, pas seulement balèzes pour construire des trucs gigantesques, étaient aussi très calés question soins, et Horus sait qu’on en avait besoin, de soins, en ces temps reculés où la moindre infection pouvait effacer des villages entiers de la carte, et où on s’usait les dents à manger tous les jours du pain plein de sable.

Vous saviez, vous, que les Egyptiens avaient découvert que le cuivre, dont ils faisaient leurs instruments de chirurgie, annihilait à lui tout seul 90 % des bactéries ? Hé oui. Du moins, ils le savaient sans le savoir, puisqu’ils avaient simplement remarqué qu’on mourait moins après avoir été opéré avec des instruments en cuivre. Les vertus de ce métal ont d’ailleurs été récemment redécouvertes, au point qu’on remplace petit à petit dans les hôpitaux modernes (en Angleterre, surtout) le plastique, l’inox ou l’acier des poignées de porte, des plateaux, des instruments et des serrureries par du cuivre, ce afin de lutter contre ces fameuses maladies nosocomiales.

Comme le rappelle Dachez, l’étude des momies l’a prouvé, le monde antique subissait déjà les plus pénibles maladies : on a retrouvé des traces de variole sur le corps de Ramsès V, on a pu établir qu’Aménophis II était probablement atteint de spondylarthrite ankylosante, et il est patent que la plupart des Egyptiens de la bonne société souffraient d’athérosclérose (artères bouchées et abîmées), là où les pauvres, avec leur rude existence, se tapaient toutes sortes de problèmes osseux.

Les premiers médecins ayant probablement été des prêtres, il y avait donc en Egypte des écoles de médecine ; les apprentis y étudiaient leur art sur des papyrus établis par leurs maîtres. La plupart des descriptions cliniques commençaient par les mots « Si tu examines un homme ayant… ». S’ensuivait une série de symptômes, et enfin venait la solution, quand il y en avait une.

Parmi les ingrédients utilisés, la graisse d’oie dont on enduisait les bandages, et le miel, bien sûr, pour ses vertus calmantes et antiseptiques. Mais on trouve aussi des recettes de toutes sortes. En voici une assez étonnante concernant les femmes enceintes. Je cite Dachez :

« Orge et blé amidonnier que la femme humectera de son urine chaque jour, ainsi que des dattes et du sable mis dans deux sacs séparés. S’ils se développent ensemble, la femme accouchera de façon normale. Si seul l’orge se développe, elle aura un enfant mâle. Si seul le blé se développe, l’enfant sera une fille. Si rien ne se développe, elle n’accouchera pas.

Une telle prédiction peut sembler a priori assez fantaisiste. Pourtant, ce jugement n’est vrai qu’en partie. On sait aujourd’hui que pendant la grossesse, l’urine de la future mère recèle une grande quantité d’hormones stéroïdes qui présentent, curieusement, une analogie structurale avec les facteurs de croissance des végétaux. A plusieurs reprises, on a vérifié que l’urine de femme enceinte permet en effet la germination plus rapide du blé, aussi bien que de l’orge au demeurant : la précision du sexe – peut-être liée à un problème de traduction – est certainement aléatoire, mais le principe de ce "test de grossesse" n’est donc pas sans fondement.

Dans ce domaine, et malgré l’amour légendaire des Egyptiens pour les enfants, les médecins du Nil ont même inventé la contraception, notamment à l’aide d’un tampon vaginal imprégné d’un broyat de coloquinte, d’acacia et de dattes, le tout mêlé de miel, comme le mentionne le papyrus Ebers. »

Le médecin Egyptien s’appelait le sounou, en plus des praticiens spécialisés dans des domaines précis, comme le remarquait en son temps Hérodote. Tous étaient rémunérés en nature, un peu comme nos anciens médecins de campagne. L’art pharmaceutique Egyptien était élaboré et c’est dans ce pays que sont nés les apothicaires chargés de préparer et de doser les médications. Certains remèdes sont toujours actuels, notamment pour les problèmes oculaires :

« Un remède pour chasser le trachome des yeux : antimoine, ocre rouge (riche en cuivre), ocre jaune (argile riche en oxyde ferrique), natron rouge, sont appliquées sur les paupières. »

Dachez le compare à un remède des années 1930 de notre ère :

« Chez soi, on emploiera des enveloppements d’argile avec une solution boratée ou acétique ; le soir, on appliquera une pommade de cuivre. »

Enfin, comme le souligne encore l’auteur, « les Egyptiens n’ignoraient pas les effets narcotiques et anti-spasmodiques du pavot, administré sous forme de jus, et si la mandragore n’est pas explicitement citée dans les papyrus, elle figure sans équivoque dans les bas-reliefs, et il est donc peu douteux que ses propriétés antalgiques et anesthésiques aient été utilisées dès cette époque. »

Il y aurait encore beaucoup à dire… Attelles pour les fractures, plaies recousues grâce à du fil fabriqué à partir de boyaux de chat (« catgut » en Anglais moderne), cautérisation au fer rouge, circoncisions, trépanations, voilà qui faisait de l’Egypte, outre ses structures avancées, un endroit hautement civilisé, là où nous n’en étions, nous les futurs Franchouilles, qu’aux villages lacustres et aux invocations aux dieux. Inutile de souligner que cette avance orientale dans le domaine de la médecine ne sera pas rattrapée en Europe avant un temps considérable, ce que prouvent entre autres les récits des croisades.

La prochaine fois, tiens, je vous parlerai des croisades - vous ai-je dit que je m’étais acheté « L’Histoire des Croisades » de Steven Runciman ?


Sophie K. pour Zoë Lucider.

Anna de Sandre et Tor-ups

Ligne de vie et Arf

Frédérique Martin et Désordonnée

Tiers livre et la vie dangereuse

A chat perché et Mahigan Lepage

C’était demain et Petite racine

Les lignes du monde et Paumée

36 poses et Arnaud Maisetti


46 commentaires:

Zoë Lucider a dit…

C'est pas parce que c'est une copine, mais je trouve le texte de Sophie excellent. Et si vous ne connaissez pas ses œuvres et sa bande (ils sont plusieurs à publier sur le site) eh bien je vous invite à lui rendre visite. "Strictement confidentiel", c'est même pas vrai, on y entre comme dans un moulin à paroles

mon chien aussi a dit…

Sophie, égale à elle-même... J' vois quand même qu'elle préfère faire la roue chez les copines que chez elle. Là, elle ose pas la déverser sa culture ! Hein ?... Bon, j'vais aller voir c' que la Zoë a pondu (pardon !) de l'aut' côté... J' parie qu'elle a causé de Rosa...

JEA a dit…

@ "malgré l’amour légendaire des Egyptiens pour les enfants, les médecins du Nil ont même inventé la contraception"

remarque masculine donc peut-être abscone en ce domaine (encore que la contraception représente elle aussi un partage)
mais sauf à vous lire avec du brouillard dans les yeux, il semble
dans cette phrase qu'amour des enfants soit opposé à contraception ?
si je ne déforme pas, alors autant confirmer que je ne partage pas...
car choisir le moment d'offrir la vie, donc ne pas laisser le seul hasard remplacer notre responsabilité, ce qui est quelque peu recourir à une contraception digne de ce nom, c'est aimer l'enfant déjà espéré, voulu, désiré, attendu...

Frédérique M a dit…

Dites Sophie, est-ce bien raisonnable de vous décaniller le porte-monnaie en encombrantes encyclopédies, alors que vous en êtes une fort complète à vous toute seule ? Je partirai moins sotte aujourd'hui, et je vais de ce pas commander deux ou trois bobinos de cuivre, avec tout ce qui traîne comme maladies en ce moment...

Clopine a dit…

Je m'inscris donc pour un vase communicant avec Zoé Lucider, en novembre, à sa convenance...

Cochon qui s'en dédit

Clopine

Cactus , ciné-chineur a dit…

attention CLopine , vous risquez la censure !
choquons pas cochon , voyons !

Sophie K. a dit…

Hello, tous ! C'est rigolo de vous répondre ici, haha !

@ MCA : je fais pas la roue, je cause un peu d'Egypte, juste. Ca me prend de temps en temps (je voulais être égyptologue petite, comme Blake et Mortimer dans "Le mystère de la Grande Pyramide")... :-)

@ JEA : bien sûr, d'accord avec vous : c'est mots sont de Dachez, l'auteur du livre, en fait. Moi j'aurais dit : "Comme les Egyptiens étaient futés, z'avaient d'jà inventé la contraception". Mais chus pas historienne, hahahahaha !

@ Frédérique : ben si, c'est pour nourrir et me souvenir... Ce sont aussi mes vacances mentales, tous ces livres, au fond. ;-)

@ Clopine : hâte de lire ça ! :-)

@ Cactus : bisou, tiens.

Sophie K. a dit…

@ Zoë : merkitoua !

Zoë a dit…

@Clopine, en novembre j'ai déjà été détournée par Anna de Sandre, donc toi ta place est réservée (VIP) le premier vendredi de décembre. te le rappelerai si t'oublie.
@Sophie, avec plaisir, comme on dit ici (Sud)
@Cactus, chut! soyons discret, l'ennemi rode

Cactus , ciné-chineur a dit…

j'ai déménagé provisoirement !
http://lebarathym.blogspot.com/

Cactus , ciné-chineur a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anna de Sandre a dit…

Je connaissais leur contraceptif (efficace plusieurs mois de suite me semble-t-il), mais alors là le coup du test de grossesse, c'est génial !
(Zoë tu peux me rajouter en échange avec Pascale Petit (Tor-up) sur ta liste)

D. Hasselmann a dit…

Peut-être que les Egyptiens étaient aussi de grands romanciers ?

Sur leurs tablettes, ils écrivaient déjà les aventures d'Osiris, celles d'oiseaux au bec courbe survolant les pyramides éclairées au couchant...

Leur peau cuivrée était forcément rebelle aux atteintes du temps : il te reste à imaginer le roman à succès qui fit, un jour lointain, la gloire du Goncourt local décerné à un médecin que Martin Winckler connaît sûrement.

Cactus , ciné-chineur a dit…

moi j'aime quand Sophie K. me bisouille ainsi ; finalement c'est pas comme quand c'est Zoë , c'est ....
Stop , man , la censure Huguette !

Cactus , ciné-chineur a dit…

"Sur leurs tablettes, ils écrivaient déjà les aventures d'Osiris, celles d'oiseaux au bec courbe survolant les pyramides éclairées au couchant..."
c'est trop beau D.H. !
puis-je vous appeler Lawrence ( prénom de mon humoureuse depuis 72 , d'ailleurs ) ?

Sophie K. a dit…

Hello, Dominique !
Aaaaah, un roman sur l'Egypte... Le rêve, oui, d'autant que le premier vrai livre que j'ai lu était "Le roman de la momie". Après, il y a eu les "Her-Bak Pois Chiche"... c'était bien.
Le problème, c'est que depuis, Christian Jaque à kidnappé l'Egypte ancienne, et pas pour le meilleur, à mon avis.

Sophie K. a dit…

Oui, Anna, test de grossesse épatant (et bio) !
:-)

Re-bisou, Cactus ! :-)))

mon chien aussi a dit…

Ce que j'aime bien dans ce genre de billet, à part l'érudition qui me permet d'apprendre quelque chose, c'est le relativisme implicite de notre société qui s'inscrit presque malgré lui, et la permanence de l'esprit humain à travers le temps et à travers l'espace. On se rend compte que quel que soit l'endroit, les hommes s'échinent à découvrir des stratagèmes pour se hisser à un niveau de "confort" de survie. Le but est toujours pareil même quand les moyens sont apparemment différents...
Joli texte, Sophie. Mââzette, quelle Kulture !!!

Vinosse a dit…

En regardant NCIS hier soir, j'ai appris qu'on retirait le cerveau des momies par les trous de nez, avec un crochet...
Donc j'arrête de me moucher... encore que je crois qu'il soit trop tard, ma fille hier me disait: t'as un truc qui pend du nez, c'est dégueulasse... Mouche toi, merde!
"Bin c'est des poils...!"

Non ! C'est gros et gluant...beurk!

C'est vrai que c'était big limace... quand j'ai tiré dessus j'en voyais pas le bout...

Je l'ai filé à un chien qui passait là...

Les chiens, c'est bien connu, en sont démunis...mais comme ils sont cons, au lieu de le sniffer, ils le bouffent...

mon chien aussi a dit…

@Vinosse. T'oublie de dire que l' chien est le meilleur ami de l'homme, même quand l'homme est con comme un balai... Ça fait un équilibre... :)

Vinosse a dit…

Te vexe pas mon chien: c'était juste pour la vanne...

J'ai jamais élevé de chien personnellement, j'ai horreur de ça: des animaux de compagnie...

Je me suffis de mes araignées domestiques, puces et autres monstres minuscules et invisibles...

Aucun ne s'en prend à moi directement!!! Nous vivons la cohabitation en parfaite harmonie!

mon chien aussi a dit…

@Vinosse. Mais moi aussi c'était pour la vanne... :D

Sophie K. a dit…

@ JEA : pardon, grosse faute d'inattention : "ces mots", pas "c'est mots", suis-je buse.

@ MCA : trop gentil, toua ! Mais bon, j'ai ouï dire (par un... AMI) que tu étais un puits d'érudition. Je pense que si on s'amusait à comparer, je ne tiendrais pas trois minutes sur certains sujets, notamment ceux sur lesquels tu virevoltes avec élégance.

@ Vinosse : tu es sûr que ce n'étais pas un bout de ta matière grise ? (gulp !) Sinon, pour les momies, ouaip, par les trous de nez, le cervelas. Bizarrement, c'est un truc qui ne leur semblait pas utile à conserver, alors qu'ils mettaient tripailles, coeur (siège de l'âme, pour eux) et autres viscères dans des vases canopes pour que le gars embaumé puisse s'en servir dans l'au-delà.

Zoë a dit…

On aura compris qu'ils sont vannants ces acolytes!

Anonyme a dit…

@ Vinosse : tu es sûr que ce n'étais pas un bout de ta matière grise ?


Bin, j'ai joué l'équivoque, sophie...
Surtout quand je dis que les chiens en manquent !!!!

Dominique Boudou a dit…

Eh oui ! On oublie trop souvent que ces gens si lointains avaient exactement les mêmes capacités à penser que nous. Leur médecine, comme leur architecture, devrait rendre humbles médecins et architectes d'aujourd'hui, et pas seulement eux. Vive le cuivre !

Cactus , ciné-chineur a dit…

des acolytes anonymes un peu anacoluthes ?

Dexter a dit…

ben oui, moi aussi mon blog c'est un blog participatif.
j'ai remarqué qu'il est même plus intéressant quand c'est les autres qui écrivent.
on appelle ça de la sous-traitance.
faire sous traiter son blog, c'est peut-être un truc d'avenir,
vous faites comme si c'est vous qui écrivez les trucs mais en fait, non, vous vous adressez à une société qui emploient des professionnels du blog.

moi, à l'époque où j'avais un blog j'avais trouver une astuce intermédiaire, je remplissais mes articles avec les commentaires.

je dis à l'époque parce qu'actuellement il est fermé pour des raisons techniques, liées à des problèmes de sous traitance.

bon je raconte ma vie mais je ne suis pas sûr que ça intéresse tout le monde,
si chacun se met à raconter ses petits soucis sur le blog des autres on est pas sortis,
le mieux est de raconter ses problèmes sur son propre blog, non ?

ils sont bien vos articles, si je vous refile les clés de mon blog vous voudriez pas aller le remplir,

les bloggueurs sont des éléments interchangeables d'un plaisir de lecture de blog toujours identique.

où alors je pourrais faire des échanges mais virtuels.

Dexter a dit…

Vinosse, NCIS ? avec l'agent Gibbs ?
mon préféré c'est Dinozzo !
le toubib c'est David McCallum qui jouait dans un vieux feuilleton où il faisait l'espion avec un autre type dont j'ai oublié le nom, comment ça s'appelait déjà cette série ? j'adorais, c'est marrant de le voir vieux.

Vinosse a dit…

Des agents très spéciaux !!!! Dexter !

Mon préféré chez les NCIS, c'est l'agent Ziva...

Melle Del Porto !!!!

Mais j'aime beaucoup le personnage de Mac Callum...

mon chien aussi a dit…

Des agents très spéciaux avec David Mc Callum et Robert Vaughn... Napoléon Solo et Ilya Koryakine... Y a eu des films de cinéma, 2 ou 3. J'en ai vu un, un mercredi après-midi... Y a un bon bout d' temps...

Zoë a dit…

On aura compris que ces charmants sont des nostalgiques

Sophie K. a dit…

Ah , Illya Kuriakine, mon amûr de quand j'avais 8 ou 9 ans (avant c'était Zorro)...
Bon.
Z'z en foutez, z'avez raison.

Dominique Boudou, oui, vive le cuivre (j'ai toujours adoré ce métal, sans rire) ! D'ailleurs, c'est aussi ce que se disent tous les gangs qui coupent discrètos les câbles souterrains et autres (genre ceux de la SNCF) pour en revendre le cuivre à prix d'or...
;-)))

Dexter, à chaque fois que je vous lis, je ris haut et clair. C'est un compliment, et pas qu'un peu.

Sinon, moi, ma préférée de NCIS, c'est la chercheuse gothique. (Cha vous étonne ? Héhéhéhéhéhé.)

(Zoë, ces charmants sont farceurs ET nostalgiques.)
:-)))

Vinosse a dit…

Robert Vaughn!!! Voilà celui que je trouvais pas hier soir!

Et kesskondi?

Merci qui ?

Merci Mon Chien (aussi)


Heu Sophie, c'est pas des gangs comme on l'entend qui fauchent le cuivre, des gitans en général, ce sont les mieux organisés...

Zoë a dit…

@Sophie, j'en suis bien d'accord et pour Dexter, comme toi, je m'esclaffe et je le remercie pour ça. D'ailleurs son blog interactif concentre les farces d'une poignée de charmeurs nostalgiques. Il vaut mieux être des nostalgiques gais que des arrivistes sinistres, non?

Dexter a dit…

merci Sophie K. ça me touche beaucoup.

vous êtes géniaux ! les agents très spéciaux... Ilia Koriakine c'était David MCCallum et Napoléon Solo Robert Vaughn.

ça fait retour vers le futur, j'aime bien la nostalgie,

moi aussi dans ncis j'aime bien la gothique.

autre question qui m'échappe (je perds un peu la boule en ce moment)pour les pros : comment s'appelait l'acteur qui faisait le numéro 6 dans le Prisonnier ? j'adorais les décors de cette série.
on croyait toujours qu'il allait pouvoir se tirer et au dernier moment hop ils envoyaient une espèce de gros ballon en chewing-gum qui le phagocytait pour le ramenait au bercail, avec le recul je trouve ça marrant, mais sur le moment c'était hyper stressant de voir arriver le gros ballon.

Cactus , ciné-chineur a dit…

j'ai donc été mis sur les bancs de l'impur : let's spend some times to gather !
by the highway , 61 has to be revisited !
Sissi !

JC a dit…

Juste un signe d'amitié en passant ...

Zoë a dit…

@JC Merci, j'y suis très sensible

mon chien aussi a dit…

@Dexter. Patrick Mac Goohan... Qui était aussi le producteur de la série. Il est mort au début de l'année, je crois...

Sophie K. a dit…

Ah, Patrick MacGoohan, sacré lascar. Il a également joué dans plusieurs Colombo, dont certains qu'il a réalisés.

vinosse a dit…

Il faisait l'imper gris...

Saravati a dit…

Un bond dans le temps pour se retrouver finalement petit aujourd'hui, oui, on n'a (presque) rien inventé, seulement adapté ...
Un texte plein d'érudition et dans un langage accessible, Sophie.
A quand, un prochain chapitre de ton encyclopédie perso arrosée à la sauce sophiesque ?
Ça donne envie de devenir intelligent !!!!

Sophie K. a dit…

Dès que possible, ô Saravati (merki) !
:-)

jerome ken a dit…

https://cbdforsale.com.co/, https://cbdlegalshop.com/, https://cbd-nearby.com/, https://cbdpremium.com.co/, https://cbdhempoil.com.co/, https://www-cbdcapsules.com/, https://www-cbdoil.com/

hachiro sezhi a dit…

https://www.worldvision.in/, worldvision.in, world vision, sponsor a child in india, sponsor a child