Affichage des articles dont le libellé est Royan. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Royan. Afficher tous les articles

vendredi 29 septembre 2017

Récapitulatif sommaire et totalement foutraque

L’image contient peut-être : texte 


Récapitulatif d'un été passé trop vite pour éviter de totalement oublier
 


 De Marrakech où je suis allée en mai, je n'ai gardé que la piscine qui était le seul lieu de loisir dont j'ai peu usé dans ce centre d'accueil où nous étions hébergés pour un colloque de trois jours alors que la température frôlait les 40 degrés.


 La Crête en juin où je suis allée avec mes deux copains qui souhaitaient depuis longtemps visiter cette île mythique. La Crête pleine de contraste entre le bord de mer dédié au tourisme et l'intérieur des terres austère où la comparaison avec la Corse nous venait sans cesse à l'esprit.






Plus tard, j'ai rendu visite à un ami sculpteur dans le Gers. Il créé des formes monumentales destinées  à ornementer des parcs et jardins publics ou privés. Il est très drôle et un peu sourd, ce qui donne lieu à des confusions qui nous ont valu quelques bons fous rires. 


 J'aime beaucoup ses vasques où s'épanouissent nénuphars et lotus


 Étrange bestiaire. Les perroquets ne sont pas empaillés, au contraire ils braillaient à tue-tête alors qu'une Australienne nous faisait visiter son petit château où elle et son compagnon entreposent œuvres d'art et une ménagerie composée de ces oiseaux qui vivent paraît-il en toute liberté à Sidney, de lamas et de chiens dont un d'une espèce proche du rottweiller en plus gros et qui insistait pour me démontrer sa tendresse de façon un peu envahissante.  Je n'ai malheureusement pas enregistré la danse hallucinante que deux cacatoès ont entamé en chantant à l'unisson de leur maîtresse. Les lubies des humains m'épatent toujours!

 Je suis allée faire un tour comme chaque année à Royan où se trouve ma maison d'enfance. J'y étais seule cette année, le temps n'était pas très engageant, je suis rentrée plus tôt que prévu après quelques parties de scrabble avec ma sœur (je joue au scrabble une fois par an quand je rend visite à ma sœur qui est revenue au pays comme on dit).




Fin de journée, je déguste un verre de vin assise à la terrasse de la Jabotière à Pontaillac, le café chic où je n'allais jamais quand j'étais jeune et fauchée.


 Joli concert donné tout dernièrement à Saint Lieux les Lavaur par un groupe dont je connais les musiciens qui jouent un jazz manouche très gai,  Aâlma Dili (ici avec Paloma Pradal)

Par ailleurs chantier de peinture (réfection d'un studio attenant à la maison qui accueille les amis de passage).
Lectures : deux livres entre autres : "Le sel de la vie". Françoise Héritier en parle mieux que je ne le ferais. J'ai tellement aimé ce petit livre que je l'ai offert à plusieurs amis. Et "S'émerveiller" de Belinda Cannone, cette « capacité de se tenir dans un état de présence extrême au monde qui le fait advenir dans son éclat ».

Et pour finir ce récapitulatif sommaire et totalement foutraque, 45 ans après "Pink Floyd Live at Pompeii", David Gilmour a donné deux concerts dans l’amphithéâtre voisin du Vésuve, les 7 et et 8 juillet 2016. Un an après, le film du concert est sorti dans plus de 2000 salles dans le monde pour une projection à date unique mercredi 13 septembre. Un ami anglais m'a signalé qu'il était projeté à Gaillac.Nous y sommes donc allés ensemble. Gilmour est toujours aussi beau et il joue toujours comme un dieu.







vendredi 30 mai 2014

Téoùlà?


Comme je suis très absente de ce blog et de la blogosphère en général, voici en quelques photos et quelques mots des bribes biographiques sommaires qui expliquent un peu mes intermittences
Suis allée à Rochefort, deux jours (par hasard) avant la fête de l'Hermione, bateau mythique que la ville recrée à grands frais. La frégate devrait prendre le large en 2015 vers les Amériques.













Mais Rochefort c'est aussi le Pont transbordeur du Martrou le dernier pont transbordeur encore en activité, inauguré en juillet 1900, ouvrage impressionnant, témoin de la grande époque des montages de ferrailles. Tous les autres ont été détruits ou fermés



Rochefort, c'est aussi La Corderie Royale longue de 374 mètres pour être en mesure de fabriquer des cordages d'une encablure soit 200m de long. Elle a été sauvée du dépérissement après que les Allemands l'ont incendiée dans la foulée de leur débâcle. Elle abrite désormais le Centre international de la mer.

Rochefort possède de jolies maisons bordées de roses trémières ou de buissons fleuris

Retour à Royan et son port gavé de bateaux en attente de leurs propriétaires qui reviendront au joli temps des vacances



L'eau était tentante mais bien trop froide pour aller au delà de la trempette d'orteils. J'ai ramassé quelques bois flottés qui sont allés s'échouer auprès de ma collection de figures improbables sculptées par le hasard.




Celles-ci sont restés en bonne place, sculptures éphémères dont les auteurs se sont éclipsés.

 

Par la suite j'ai poursuivi vers Caen, pour une réunion de travail. Je n'ai pas visité le mémorial. Outre que je n'ai pas grand goût pour les choses de la guerre, je n'ai fait que passer deux jours très occupés dans la cité normande non sans avoir goûté la fameuse "tourgoule", dessert à base de riz au lait.



Le centre ville a été préservé des bombardements,  Caen s'est trouvé sur le trajet des bombes du débarquement, plus de 2000 personnes en sont mortes.
Étonnant tous ces pointus non ?
Quelques jours plus tard, j'étais à Lille. Même pas eu le temps de prendre quelques photos
Au retour, je me suis posée un peu. Suis allée voir le magnifique Tabac Rouge  avec ma fillote. Enthousiasme partagé : performance des acteurs-danseurs, univers poétique, baroque, trouvaille des accessoires, du décor, métaphores du pouvoir, de l'addiction, du désir, une pure merveille !
Et hier soir Orlando King Kong Power Kintet en concert à l'espace Job, l'ex manufacture de papier à rouler reconvertie (après un long combat) en centre culturel. Aîda et Christelle en plus d'avoir un talent fou,  sont des amies, c'est dire si nous étions heureux.
Entre temps, oui j'ai voté, sans illusions et sans surprise pour le résultat. Heureusement que le monde est plus généreux que ces misérables fantoches.
J'oubliais : en passant par Paris, je suis allée voir l'expo de Martial Raysse à Beaubourg. Prolifique,étrange. et parfois prophétique.

mardi 28 mai 2013

En mai, va te promener.

Je bouge beaucoup en ce moment. j'ai peu de temps à consacrer à ce blog et aux blogs amis.
Remplacer les mots par quelques images commentées



 Week-end de Pentecôte. Mes neveux jouent les conquérants sur la tourelle d'un blockhaus enfoui dans le sable de la plage de la Grande Côte, à Saint Palais, pendant que nous foulons, ma sœur et moi  le sable pour rejoindre un horizon bien tourmenté.




Il fait un tel vent, il est si froid, que nous ne marchons qu'un petit quart d'heure avant de nous replier.
 



 Ici, nous sommes au Platin, un endroit où se trouve le Pont du Diable et le puits de l'Auture, qui m'évoquaient, au temps de mon enfance de sombres histoires de désespérés qui s'y  jetaient  et   mettaient ainsi fin à leurs jours.

J'ai ensuite traversé la France dans l'autre sens  pour aller à Cluny où se déroulait le Festival de la transition. La neige dans le Quercy, des trombes d'eau dans les jardins de l'abbaye, une température frisant le zéro le matin.

 

L’abbaye de Cluny a été saccagée après  la révolution de 1789, dépecée de tous ses biens et transformée en carrière de pierres. Il n'en reste plus que 10%. On peut évaluer l'ampleur du désastre grâce à la reconstitution numérique présentée dans le musée, qui donne à voir la magnificence des hautes colonnes de marbre qui soutenaient la nef.


Il ne reste plus que le petit et le grand transept. Et des bâtiments qui accueillent l'école des Arts et Métiers;




J'ai dormi dans un gîte "Accueil paysan". Le petit déjeuner -délicieux-, était  servi par une jeune fille fermement décidée à reprendre la ferme. Elle aime cette vie proche de "ses bêtes", dont de très belles photos ornent les murs, réalisées par une de ses sœurs, photographe à Lyon. 

J'aime beaucoup les vaches et elles paissent alentour, dispersées dans les champs généreux en herbe et en fleurs de toutes les couleurs. J'en capture une au lasso de mon objectif.

Après un arrêt à Balaruc les Bains, pour déguster une énorme marmite de moules à la rouille, retour enfin chez moi, où pendant mon absence le rosier a explosé.


 et les petites bêtes continué leur ouvrage.


Photos ZL, mai 2013