dimanche 20 juin 2021

Chronique de 2 semaines ordinaires 15 & 16

 Léger retard dû au transit entre différents points de l'hexagone, notamment dimanche, jour dédié à la rédaction de ce petit memorandum d'où le doublet du jour gagné sur l'extrème fatigue du voyage de retour après 12 jours de baguenaudes diverses et variées dont voici ci- dessous un résumé elliptique

lundi 7 juin 

visio, écriture, longue conversation avec mon fils qui s'interroge sur sa vie.

mardi 8 juin

écriture édito et réunion dite de "com com". Le bulletin de ce mois est dédié à la jeunesse. Réjouissant de constater que la relève est bien là 

mercredi 9 juin

déjeuner avec mon fils avant de prendre un train pour Dijon, déjeuner imprévu ménagé en raison de la grève qui affecte -une fois de plus la ligne qui dessert le village.

Arrivée tardive 22h30 et un peu de mal à trouver le logement qui m'était réservé rue de la Préfecture.

jeudi 10 juin

retrouvailles avec beaucoup de collègues réunis pour la première fois depuis 2 ans. Agora sur le thème "Démocratie économique, Utopie ou réalité". Bonne question mais je ne développerai pas ici, ce lieu est réservé aux "loisirs" 

Le soir nous assistons à la présentation d'un ouvrage rédigé par certains d'entre nous.

https://www.editions-eres.com/uploads/img300dpi/2021041935189782749270425.jpg 

 

Le lieu qui nous accueille est particulièrement agréable. Fondée en 2004, l’association Rézo’Fêt’Art génère du lien social dans un cadre multiculturel et intergénérationnel, par le biais d’activités créatives et récréatives. Le but est de réunir, au sein d’une structure dynamique, des membres investis dans des actions à caractère culturel, social et alternatif. Ainsi, le Rézo’ réalise des projets et mène des actions depuis plus de 10 ans dans des secteurs divers et variés. 


 Après la présentation nous dégustons un excellent repas servi avec zèle et humour par les officiants du Rézo et en cas de besoin un petit coin particulièrement beau: des toilettes sèches décorées par un artiste local

vendredi 11 juin.

Session de travail le matin et voyage vers Nimes l'après-midi où m'attend ma chère amie N. Elle m'emmène dîner au restaurant "Le Bayou" où sont déjà installés des amis qui exposent le lendemain et pour deux jours dans le cadre d'un parcours artistique de land art intitulé  "Voyage  autour du lac" dont c'est la troisième édition. 

samedi 12 juin

nous allons donc en promenade autour du lac où nous découvrons de belles choses tout en cherchant intensément l'ombre, il fait 34 °. 20 exposants, des réalisations originales, des titres amusants ou poétiques ou les deux

 

Les dames du lac. Claire Pauvarel


La tête sous les étoiles, Eric Hengl

Le totem est tabou (Collectif)  
Fontaine "Glouglou" à mécanisme solaire, Gérard Coquelin

 

 

dimanche 13 juin 

voyage vers Royan. Or donc comme notre amie la SNCF nous avait informées de la suppression de notre correspondance, j'ai recherché une solution bus, en vain, et finalement Bla Bla Car. Chance, la conductrice qui nous embarque va très exactement où nous allons. Mon amie s'installe à l'avant, le GPS est en marche, je rêvasse à l'arrière. Nous sortons de Bordeaux, je ne prête pas attention au fait que nous n'empruntons pas le pont habituel. Au bout d'un certain temps mon amie s'inquiète que nous soyons sur la rive gauche de l'estuaire où nous croisons tous les châteaux des grands crus. En alerte, nous commençons à consulter sur nos smartphones l'itinéraire. Entre temps nous sommes arrivées devant l'embarcadère   du bac qui traverse la Gironde à la hauteur de Blaye, juste au moment où il quitte notre rive. Heureusement il est censé revenir pour un dernier tour. Une petite heure plus tard nous embarquons, notre conductrice un peu fâchée de devoir payer une traversée pour sa voiture (nous nous acquittons de notre passage). Finalement nous arrivons à destination avec deux heures et demi de retard sur nos prévisions, affamées. Heureusement ma soeur avait préparé un diner mais avait craqué et diné seule. Seul bénéfice de cette bévue, la traversée de l'estuaire


  lundi 14 juin

début des vacances. Dès le matin visite du bord de mer, la petite plage  du Conseil, dans le bois des Fées, située à dix minutes à pied de la maison. La marée est basse et découvre largement toutes les infractuosités où sont accrochées les jeunes huitres que mon père pêchait et revendait aux ostréiculteurs pour implanter dans les parcs à huitres. Je doute que la méthode ait perduré.


 


Après-midi plage de Nauzan, N. se baigne, l'eau est trop froide pour moi

mardi 15 juin

Promenade à bicyclette jusqu'à Pontaillac. Bain, je participe et apéro au Calumet, un bar que j'ai toujours connu et où j'allais avec les copains du temps de ma belle adolescence.


Le soir -et il faut bien que je sois avec une amie, avec une télé à disposition alors que je n'en ai pas chez moi- pour regarder un match de foot. France Allemagne avec un beau suspense  jusqu'à la victoire finale 1-0. 

mercredi 16 juin,

nous allons au marché de Royan pour acheter des fruits de mer (huitres moules, coques, bulôts bigornaux, crevettes). Ma soeur nous offre un tour de la conche de Royan pour admirer les très belles villas qui la bordent. Nous allons jusqu'à Saint Georges de Didonne d'où nous avons un très beau point de vue sur la ville 



   

Dans la soirée éclate un orage qui nous tient sous la terrasse à admirer les zébrures qui éclairent violemment par intermittence le jardin. La chute de température nous réjouit.

jeudi 17 juin

il pleut, il pleut, il pleut. Nous empruntons un bus qui nous mène en un quart d'heure à Royan, nous avons choisi d'aller au cinéma voir "Le discours"  . Nous avions toutes deux adoré le livre de Fab Caro. Le film est fidèle au livre -trop peut-être-, les acteurs excellents et c'est un bon moment, surtout si on n'a pas lu le livre. Mais c'est souvent le cas pour les adaptations. (N'aurais-je point produit un cliché à l'instant ?)

vendredi 18 juin,

nous empruntons la voiture de ma soeur qu'elle a offert fort gentiment quand elle nous a entendu parler d'une location. J'avais envie de montrer quelques endroits que j'aime et N. souhaitait également explorer davantage le pays. 

Première étape Mornac, un des plus jolis villages de Charente Maritime qui a attiré beaucoup d'artistes et d'artisans pendant que l'activité ostréicole développée sur la Seudre perdurait. Désormais beaucoup des cabanes  sont concédées aux touristes et alternent avec les cabanes de pêcheurs. Le tourisme est devenu l'activité principale. Nous nous promenons le long de la Seudre, ce petit fleuve  (68 km) qui se  jette dans l'Atlantique en face de l'île d'Oléron. Nous choisissons un restaurant d'où nous pouvons l'admirer  tout en dégustant une mouclade.



 

 

Nous ne manquerons pas une petite visite au Phare de la Coubre après avoir sué pour franchir les dunes qui nous séparaient de la plage de la Pointe espagnole. 


Comme il n'est pas prudent de se baigner sur la côte sauvage, nous nous sommes repliées sur la plage de Saint Palais pour nous y baigner dans une mer plus tranquille puis nous sommes reparties nous installer sur la terrasse du Petit Poucet, emplacement imprenable pour admier le coucher tout en partageant un plateu de fruits de mer. Hélas les nuages ont happé le bel astre avant qu'il ne rejoigne l'ocean . Et la pluie était de retour.

Comme nous n'avons pu le capturer, j'emprunte au site du Petit Poucet sa photo


samedi 19 juin    

Journée préparatifs de départ, ranger, laisser la maison comme nous l'avons trouvée.

Dernière promenade le long de la côte. Ici la plage du Gilet la plus sauvage des criques de ce bord de mer.  


 

Le soir, nous mettons en place les moules pour la traditionnelle terrée. Mon amie découvre, je me régale de l'odeur et du goût, autant de madeleines pour revenir à mon enfance et revoir mon père disperser les cendres avec le calendrier des postes  .

On pose des aiguilles de pin sur les moules. Quand elles ne "chantent" plus on enlève les cendres délicatement en les éventant 

 

 dimanche 20 juin

la SNCF en grève me prive de la correspondance qui m'aurait permis d'arriver à temps pour me rendre aux urnes. J'ai ainsi grossi le chiffre faramineux des abstentionnistes. Trois heures d'attente pour rejoindre mon village. J'ai pu terminer le livre entrepris pendant ces vacances, je le recommande. 


 

 

8 commentaires:

patrick verroust a dit…

Bonjour Zoë,

Votre ordinaire est fatigant peut être mais passionnant ...La passion selon Zoë . Votre culte en vaut bien d'autres !

Zoë Lucider a dit…

@Patrick, merci pour ce commentaire encourageant. Lisez la suite

patrick.verroust a dit…

Un peu déprimée, Zoê...Une impression d'une itinérance mécanique avec des parcours obligés...J'ai souvenir de vos enthousiasmes pour parler de Royan, en particulier...Il y a des contrariétés plus contrariantes....je vous souhaite des valises pas trop lourdes dont vous sèmerai les encombrants au gré du temps et du vent...

Zoë Lucider a dit…

@PV, pas déprimée du tout mais peut-être que cet exercice m'oblige à aborder chaque journée de façon minimaliste. Ou peut-être le suis-je à mon insu parce que dans une période où j'abandonne beaucoup de traces de mon passé.

Dominique Hasselmann a dit…

Belle balade (je ne connaissais pas la ronde des moules...).

Abstentionnistes : "la relève est là", dis-tu en parlant de la jeunesse au début de ton "post", mais pas encore dans les urnes ! Il est vrai que le pouvoir en place n'a rien imaginé (à part, la boîte de nuit de l'Elysée qui a, le lendemain des résultats des élections régionales et départementales, fait fête à la défaite !) pour pousser la population vers cet acte civique.

Le phare est solitaire mais le soleil lui fait une concurrence sévère... :-)

la Mère Castor a dit…

Je viens d'apprendre que la belle installation "La tête dans les étoiles "a finie brisée à coups de cailloux. Impermanence des objets... Merci pour ce tour vers l'océan que j'aime tant.

Tania a dit…

S'interroger sur sa vie - qui ne le fait, en particulier depuis que le cours des choses a considérablement changé ? Chouettes vacances et rencontres, bravo.

Zoë Lucider a dit…

@D.H. la relève dans mon domaine mais elle existe chez les fachos, les jeunes identitaires font peur!

@la Mère Castor. Brisée à coups de cailloux ? Exprès ? Quel dommage !

@Tania, oui nous nous interrogeons tous mais c'est un passage un peu anxiogène que vit mon fiston et donc inquiétant pour sa mère.