jeudi 3 décembre 2020

Ma sorcière bien aimée

 A une certaine époque dans ce blog, je m'étais amusée à tenir une petite chronique satirique dont voici quelques titres qu'on n'est pas obligé de consulter mais on peut..*

Pourquoi exhumer ma sorcière ? Pour rendre hommage à une sorte d'émulation: Anne Sylvestre  vient d'enfourcher son balai pour rejoindre le paradis des poètes dont elle était une fière envoyée sur terre et pour cette raison n'a été admise sous les sunlights télévisuels qu'avec circonspection. Elle s'en fichait un peu parce que ce n'était pas ce qui l'intéressait. Aux plateaux de télé elle préférait la bonne chaleur d'un public aimant qui la suivait fidèlement.

 

 


Je l'ai beaucoup écoutée à certaines époques de ma vie puis je l'ai un peu oubliée puis redécouverte. La dernière fois que j'ai eu le plaisir de l'écouter et de l'approcher (nous avons bu un verre ensemble avec d'autres après le concert), elle participait à la 1ère Edition du Festival Saison d'Elles, festival féministe  qui se déroulait les 7, 8 et 9 octobre 2016 sur la place des Pradettes à Toulouse. En grande forme, elle nous a bluffées par sa puissance (elle était âgée de 84 ans donc) et lorsque une zélée dans un silence avait soufflé la suite de la chanson, elle l'avait sèchement  rabrouée, elle n'aimait pas faire l'objet d'une quelconque allusion à son âge qui aurait entravé sa mémoire.

Depuis lundi, on retrouve sur les ondes et surtout sur les réseaux ses chansons dont celle-ci, Une sorcière comme les autres  qui m'a inspiré le titre de ce billet et qui est très connue, à juste raison.  Mais il y en a tant qui sont dans notre mémoire dont bien-sûr les fabulettes que nous avons données à entendre à nos enfants.

Vous en saurez davantage grâce à ce  très bel hommage.

Ce que je retiens de son parcours, c'est la fidèlité à  elle-même, la pugnacité, l'humour. Elle est restée vivante jusqu'au bout.

 

*Les recettes de la Sorcière du placard aux balais 14/04/ 2010 La Sorcière du placard aux balais ne prend pas de stagiaires  27/09/2010 La Sorcière écrit au Père Noyel 11 / 12 /10 LaSorcière du placard aux balais range son grenier  11/10/2010

vendredi 20 novembre 2020

Une envie furieuse de changer d'air

 


Dans les bois des Géants de Vyrnwy, au Pays de Galles, les visiteurs peuvent trouver une main tendue vers le ciel au milieu de la forêt. Cette sculpture a été réalisée par Simon O'Rourke, un artiste local.. L'oeuvre de 15 mètres de hauteur s'appelle « La main géante de Vyrnwy ». Elle a été sculptée à partir d'un arbre multicentenaire endommagé qui aurait été  abattu sans l'intervention de l'artiste.

Cette main tendue vers le ciel figure -à mes yeux- une sorte d'imploration. Sans doute mon interprétation est-elle due à cette période si confuse, si menaçante (les lois liberticides pleuvent comme à Gravelotte), si incertaine.Une main qu'on tend pour ne pas se noyer, pour ne pas mourir en l'occurrence.

J'ai lu dernièrement quelques livres qui m'ont aidé à supporter les inepties qui nous envahissent l'esprit si on n'y prend garde. J'interromps la radio dès qu'on y parle encore et encore du Covid 19.

Gloria Steinem se  raconte dans"Ma vie sur la route"*, et c'est un formidable témoignage sur les mouvements féministes et antiracistes aux Etats Unis. Elle est née dans une famille un peu bizarre avec un père qui précisément passait son temps dans sa voiture et vivait un vagabondage agrémenté de multiples métiers et inventions et une mère réduite à une forme de pauvreté et empêchée de se réaliser. Gloria se destinait à une vie "normale" mais elle voulait être journaliste et au cours d'un séjour en Inde elle rencontre la puissance des cercles de parole pratiqués par des groupes de femmes pour s'aider à trouver leurs solutions. Cette méthode deviendra pour elle un outil efficace pour les multiples campagnes qu'elle va mener toute sa vie aussi bien pour la défense du droit des femmes que des minorités.Son récit est un formidable témoignage sur les soubresauts que les Etats Unis ont connu dans la dernière partie du siècle précédent. En 1972, elle co-fonde avec la militante afro américaine   Dorothy Pitman Hughes le magazine féministe Ms. 

C'est une figure, voire une icône de la lutte des femmes pour leur liberté. Agée de 86 ans, elle est toujours active même si j'ai cru lire sur ses traits pendant sa prestation à la Grande Librairie une certaine lassitude.

Voici ce qu'elle dit en conclusion du récit de ses tribulations sur les routes.

"Ce n'est qu'à cinquante ans révolus que j'ai accepté de regarder la vérité en face : je souffrais moi aussi d'une forme d'instabilité. Je me plaignais de ne pas avoir de foyer, mais je me cachais toujours derrière ma  méfiance et mon amour de la liberté. (...) Je devais me construire un foyer si je ne voulais pas finir comme lui (son père). La maison est le symbole du moi. Prendre soin de sa maison c'est prendre soin de soi.

Peu à peu les pièces qui me servaient avant tout de bureau et de placard se sont remplies d'objets que j'étais heureuse de retrouver lorsque j'ouvrais la porte . (...) Après quelques mois passés à décorer mon nid, (...) je me suis rendue compte que j'appréciais encore plus de voyager. (...) Je peux partir parce que j'ai une maison qui m'attend . Je peux rentrer parce que je suis libre de partir. C'est l'alternance qui donne toute sa saveur à chacun de ces modes de vie. Cet équilibre est à la fois très ancien et très moderne. Nous avons besoin des deux."

Inutile de dire que je me retrouve parfaitement dans  cette analyse. Mais le confinement après m'avoir permis de me reposer de mes nombreux voyages me pèse désormais surtout en ce mois de novembre qui, heureusement nous fait la faveur de ne pas être trop rigoureux. J'avais prévu quelques échappées. Elles sont remises à on ne sait quand.

Autre lecture, totalement différente, "Vers la beauté toujours" ** un petit opus dans lequel Pascal Dessaint  livre une ode au plaisir de marcher, en montagne de préférence, pour y rencontrer la faune et la flore, se coltiner les montées et les descentes et parfois avoir la chance de contempler un des princes du ciel,  un aigle gypaète.

Pascal Dessaint nous gorge d'appelations ornithologiques, c'est un grand amoureux des oiseaux, mais aussi de l'ours dont le retour dans les Pyrénées semble enfin consolidé, Il marche avec ses amis, ses amours ou seul. . Il marche en philosophe dit-il en ne cherchant pas l'exploit, seulement le plaisir de l'effort récompensé par la beauté du monde, tellement menacée même à très haute altitude par la négligence coupable des promeneurs inconscients.  Marcher un bonheur tellement simple

Marcher, voyager, j'en ai furieusement envie.

*Ma vie sur la route: Mémoires d'une icône féministe, HarperCollins, , 416 p. (ISBN 979-1033902874) (trad. de My Life on the Road , Random House, 2015). Préface de Christiane Taubira

** Vers la beauté toujours Salamandre Pascal Dessaint EAN : 9782889583997 134 pages

Éditeur : Salamandre (03/06/2020)

dimanche 1 novembre 2020

Un monde de dingue

 

 

La lumière d'automne adoucit le confinement (Photo ZL)

 Je participe à une liste où se sont échangés des invectives enflammées à propos des événements récents. Chacun y va de son analyse. Je réagis rarement . Mais je trouvais les propos très guerriers comme d'habitude et ça m'a incité à réagir, pour une fois. Je le reproduis ci-dessous

Il me semble qu’une fois encore nous participons à la frénésie générale qui s’empare d’un acte odieux, certes, mais analysé uniquement par le prisme de cette idée de guerre larvée entre les Français de souche » (je récuse la pertinence d’un terme largement pollué par ceux qui à l’extrême droite l’ont popularisé) et la « communauté » musulmane (comme si tous les Musulmans se revendiquaient membres d’une telle communauté.  Il y a beaucoup de gens nés dans une famille dite musulmane qui sont aussi laïques que moi qui suis née dans une famille chrétienne. Ils sont fatigués qu’on leur demande de renier les leurs parce que l’un d’eux, pas même français d’ailleurs en l’occurrence, a assassiné un homme au prétexte qu’il aurait une fois de plus bafoué le Prophète. Depuis la nuit des temps il existe des assassins parmi les hommes qui trouvent pour justifier leur penchant délétère des arguments tous plus fallacieux les uns que les autres.

Appartenant à la « communauté »  des femmes je suis navrée que l’espèce soit disant si évoluée n’ait toujours pas éradiqué cette pulsion. Je déplore qu’elle s’exerce tous les jours sur des femmes (une tous les trois jours meurt sous les coups d’un mâle stupide), sur les enfants soit par meurtre ou violence ayant entraîné la mort. Les victimes ne sont pas des « héros «  qui auraient bravé les foudres islamistes, juste des innocents et par ailleurs tous les hommes ne sont pas des mâles infréquentables

On a beaucoup conspué la famille Traoré, les diverses officines de défense des racisés. Je ne vais pas les défendre ici, je serai assimilée à une islamogauchiste, un mot valise parfaitement imbécile repris à l’envi. Je voudrais simplement mettre en regard la liste des jeunes « bronzés » qui se font dézinguer en toute impunité et depuis des années. Qu’ils cultivent un certain ressentiment n’est pas vraiment étonnant. Et encore le meurtre n’est-il que la manifestation la plus grossière de la discrimination à leur encontre. Ca n’excuse pas mais ça explique. Ce qui est réconfortant c’est qu’en dépit de cette » guerre rampante » qui règne dans certains quartiers, de toutes les chicanes que rencontrent les habitants de ces ghettos, la paix sociale est à peu près maintenue malgré les discours haineux déversés par tombereaux dans des média qui ont pignon sur rue et une audience qui y trouve matière à nourrir ses propres ressentiments.  Jusqu’à quand ? Là est la question.

Nous semons la guerre à tort et à travers et nous offusquons de prendre quelques horions. Actuellement Total est en train d’expulser plus de 100 000 personnes de leurs terres en Ouganda pour y installer un énorme oléoduc. Si quelque Ougandais, pète un câble et assassine  un ingénieur, on criera au scandale.

Après le drame de Conflans qui a donné au  professeur un statut de héros, la surabondance des réactions va-t’en guerre  est la preuve même que nous ne sommes absolument pas mobilisés pour les bons motifs et personne ou presque n’a osé  remisé ce drame au rang de tous les dérangements mentaux qui arment  le bras des meurtriers. On refuse comme thèses complotistes la mise à l’index des grands ploutocrates comme les démiurges qui nous pompent l’énergie pour la déverser dans leurs comptes off shore, mais on veut nous persuader qu’à partir de leurs états majors, une poignée de psychopathes menacent nos démocraties. Nos démocraties sont surtout malades des guerres de pouvoir entre égos démesurés, de l’avidité d’une poignée de ploutocrates, de l’hubris généralisé au détriment des grands équilibres vitaux, de l’inféodation des femmes et des peuples autochtones, de la disparition de nos grands principes républicains dont la laïcité mais surtout la justice sociale et la fraternité. Bref beaucoup de causes plus sérieuses qui seront ignorées dans notre bel hexagone au profit de la chasse aux « radicalisés ».

Depuis, un cinglé "génération identitaire" a été flingué alors qu'il tentait d'assassiner un commerçant arabe à Avignon. A Nice nouvel épisode meurtrier. A Lyon c'est un prètre orthodoxe qui était visé.  Au secours ! Les fous courent en toute liberté pendant que nous sommes confinés une nouvelle fois. 

Difficile de rester sereine et gaie n'est-ce pas. 

Heureusement il  reste les livres et comme j'en ai encore beaucoup sur mes étagères qui attendent sagement leur tour, je ne serai pas en manque en dépit de cette décision absurde de fermer les librairies qui provoque une bronca inédite. Je lis actuellement un livre que je ne saurai trop conseiller.

 


 

A la fois très documenté, nourri de philosophie, de références historiques et littérataires, un encouragement à prendre le temps de vivre, . En réaction à une modernité toujours plus aliénante, l'auteur britannique nous propose un authentique traité du plaisir. 24 chapitres, un pour chaque heure de la journée, où s'élabore une véritable contre-hygiène de vie, aux antipodes des habitudes de labeur et de consommation des sociétés occidentales.   

 Un traité hédoniste bienvenu en ces temps de morosite. 

 

jeudi 15 octobre 2020

Sonate d'automne




« Nous vivons dans un monde plutôt désagréable, où non seulement les gens, mais les pouvoirs établis ont intérêt à nous communiquer des affects tristes. La tristesse, les affects tristes sont tous ceux qui diminuent notre puissance d’agir. Les pouvoirs établis ont besoin de nos tristesses pour faire de nous des esclaves. Le tyran, le prêtre, les preneurs d’âmes, ont besoin de nous persuader que la vie est dure et lourde. Les pouvoirs ont moins besoin de nous réprimer que de nous angoisser, ou, comme dit Virilio, d’administrer et d’organiser nos petites terreurs intimes. La longue plainte universelle qu’est la vie … On a beau dire « dansons », on est pas bien gai. On a beau dire « quel malheur la mort », il aurait fallu vivre pour avoir quelque chose à perdre. Les malades, de l’âme autant que du corps, ne nous lâcheront pas, vampires, tant qu’ils ne nous auront pas communiqué leur névrose et leur angoisse, leur castration bien-aimée, le ressentiment contre la vie, l’immonde contagion. Tout est affaire de sang. Ce n’est pas facile d’être un homme libre : fuir la peste, organiser les rencontres, augmenter la puissance d’agir, s’affecter de joie, multiplier les affects qui expriment un maximum d’affirmation. Faire du corps une puissance qui ne se réduit pas à l’organisme, faire de la pensée une puissance qui ne se réduit pas à la conscience. »
Gilles Deleuze. Dialogues avec Claire Parnet Paris, éditions Flammarion, 1977
 
Que dirait-il de plus actuellement ? 
Au prétexte de nous sauver du Covid, nos marionnettistes nous enferment chez nous où nous ne pouvons plus recevoir que six personnes (pourquoi six et non zéro tant qu'à faire), à condition de leur offrir le gite si par malheur les agapes durent au-delà de la permission. Toute infraction plus lourdement punie qu'un détournement de fonds publics si on examine les péripéties de certains fauteurs de trouble en la matière de ces dernières années. Il s'agit bien de nous préparer à obéir docilement à leurs injonctions incohérentes. Alors qu'on ne sait pas grand chose de cette épidémie notre leader maximo pronostique qu'elle va durer jusqu'à l'été 2021. Coucouche panier les énervés, laissez nous continuer tranquillement à démembrer ce qu'il reste de l'état social, qu'on établisse une fois pour toute une oligarchie triomphante qui s'alimente gloutonnement avec les larves que vous serez bientôt tous devenus.  Avec les moyens numériques vous êtes entre nos mains de toute façon.
 
Bon, je l'avoue, je ne suis pas bien gaie, ça doit être cette pluie incessante et l'entrée dans l'hiver. 
Allez donnons nous du courage en convoquant les courageuses.
 

mardi 1 septembre 2020

Un été sans festivals, mais pas sans fêtes

 Un été sans festivals, mais par ici des mini rencontres dans des endroits dits "tiers lieux " que des artistes investissent et animent, y font pulser de la vie. Fort heureusement ! Car avec leurs lancinants rappels à la prudence, leurs arrêtés imbéciles, leurs interdictions incohérentes, nos chers élus nous feraient mourir d'ennui ou devenir fous. 

Donc, en milieu rural, on s'organise. Invitation à une petite tournée. Ainsi un joli concert à Rabastens dans un lieu "Le Pré Vert" qui fut un hôtel restaurant de luxe et a été repris en main par un collectif de Rabastinois pour y installer plusieurs activités. L'association "La locale"  y organise des "dimanche sur le pré. J'y étais le 12 juillet avec quelques amis  pour écouter L'Orquèsz - Bal Vagabond ! Je cite leur présentation :"Ces trois-là jouent une musique libre et sans frontières : musette, musiques des Balkans, compositions et improvisations ! Florian Demonsant : accordéon / Pascal Demonsant : clarinette / Florent Rousset : batterie, percussions.



Un peu plus tard, ce fut à Saint Julia, dans un ancien château qui renaît après une longue période de délabrement. Un orchestre de musiciens sud américains y déployait une belle énergie.



Le 8 août, La Joyeuse Lucie Holle, la compagnie de théâtre créée par ma fille présentait  son nouveau spectacle dans son / notre village, (une première pour elle, jouer dans le village de son enfance !) dans un espace ombragé (il faisait très chaud). S'en est suivi un repas et une soirée dansée orchestrée par sa playlist.



Le 15 août, ma fillote fêtait son anniversaire en même temps que mon amie de trente ans, un anniversaire de lionnes, at home, cette fois.

Le lendemain, nous sommes allés à Buzet, où un collectif a repris en main une propriété en déshérence et y organisait son dernier concert de la saison. Bonne chère, bons vins, nous avions emmené avec nous un ami de passage qui explore diverses parties de notre hexagone en quête d'un coup de cœur pour acquérir une petite maison et y monter de grands projets loin de la Capitale qu'il souhaite déserter.

Entre temps j'avais rendu visite à des amis qui habitent à proximité de Saint- Antonin- Noble-Val, ce qui m'a donné l'occasion de découvrir ce très joli village ainsi que Castelnau-de-Montmirail.



Je suis allée voir une exposition dont le titre "merveilleux vivant" m'avait incitée à franchir les 200 kilomètres qui m'en séparaient. Elle se tenait dans l'Abbaye de l'Escaladieu à Bonnemason, un tout petit village proche de Bagnères de Bigorre. Le contraste entre la région verdoyante qui nous accueillait et celle jaunie par la sécheresse dont nous venions nous a stupéfaites (une amie m'accompagnait). Je souffrais de vertiges dus à une intoxication alimentaire mais j'avais tenu à honorer ce rendez-vous. Exposition un peu décevante, en revanche les arbres grandioses du parc et l'architecture de cette abbaye cistercienne l'ont compensée. 


 

Il y a quelques jours, j'ai fêté mon anniversaire. Je n'organise jamais rien de spécial. Mes enfants et leur père sont aux manettes et chaque fois me font de jolis cadeaux. Cette fois, j'ai eu envie de convier quelques amis proches. S'il tenaient à me faire un cadeau, je leur avais suggéré un plant en prévision d'une rocaille que je projette d'organiser autour d'un abreuvoir, expulsé lors des travaux d'aménagement de la maison. Je souhaite le "recycler" en mini bassin entouré d'une composition pierres / plantes. Très jolie soirée, à la fois joyeuse et paisible. Et préfiguration du bassin





Le lendemain délicieux rituel familial et parmi les cadeaux celui-ci



Les 650 lieux les plus insolites et les plus étranges du monde. Des merveilles naturelles ou construites par l'homme, des musées méconnus, des exploits de l'humanité laissant dans l'histoire des traces intrigantes et fascinantes. Atlas Obscura satisfait une soif de voyage autant qu'une soif d'émerveillement. 650 notices captivantes, 750 photographies, 150 illustrations et infographies, 100 cartes originales

L'été s'achève, du moins sa part dédiée aux vacances. La rentrée sera compliquée me semble-t-il. C'était d'autant plus agréable d'engranger quelques bons moments, en provision. Car j'adhère au point de vue de Voltaire  lorsqu'il déclare : "  J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé". On peut toujours essayer.

samedi 18 juillet 2020

"Puisses-tu garder au vent de ta branche tes amis essentiels."



Activité intense ce dernier mois de juin. Participation au Forum Social Mondial des Economies transformatrices. Il devait se tenir à Barcelone et il a été transformé en forum virtuel. Gros travail de préparation en catastrophe après un arrêt de trois mois. Travail collectif avec ses aléas et ses ratés mais aussi ses succès. Plus de 1400 participants, 400 structures d'une centaine de pays. La version en présentiel est prévue en octobre mais il pèse sur l'avenir tant d'augures sombres qu'on ne sait plus ce qu'on peut espérer sauver du marasme qui s'annonce. On est effaré de constater ce que cette pandémie a déclenché et on peut s'étonner qu'elle ait pris l'ampleur que les médias relatent. Car il s'agit d'un récit, orchestré on ne sait par quel démiurge. Allons nous reconfiner? Oui si ça arrange nos zélites zélées qui sont embarqués et nous ont embarqués dans une drôle de galère. On ne souhaite pas glisser vers le complotisme mais quand même on n'avait jamais vu ça, mettre à l'arrêt l'économie mondiale. Pas toute l'économie cependant. Nos chers GAFAM se sont prodigieusement gavés et nous ont conditionnés par là-même à dépendre de leurs sources pour nous ravitailler : fermeture des marchés de plein vent mais hypers ouverts (un paradoxe), fermeture des librairies mais Amazon a cartonné, fermeture des cinémas mais Netflix vous sert à demeure et travail à distance à tout va introduit en toute impunité. Résultat, les PME vont souffrir voire s'écrouler, tout le secteur de la culture est sinistré, la peur pollue les relations de proximité, les voyages sont restreints à ceux qui ont de gros moyens. On installe la 5G sans le consentement des citoyens et le vaccin va servir de laisser passer, il faudra montrer "patte blanche" pour avoir le droit de circuler. Un livre écrit par Ira Levin dans les années 50 intitulé "Un bonheur insoutenable"  décrit un monde régi par une entité invisible "UNI" l'ordinateur super puissant qui régule l'uniformisation des humains réduits à l'obéissance sans moyen de contester. Une dystopie parmi d'autres produits de science fiction qui m'avait fait grande impression et que j'ai envie de relire tant elle fait écho aux temps actuels.

Un Bonheur Insoutenable   de ira levin  Format Poche  


Heureusement, l'été nous offre de belles journées avec alternance de soleil pour nous soutenir le moral et pluie pour aider la végétation alentour à garder de belles couleurs.
Un été au jardin, le mien ou celui d'amies.

Vue de ma fenêtre, le matin, acanthes et seringuas

Vue de la terrasse, fushias et rosiers

La mare chez Danièle
La réunion rituelle du groupe lecture où nous dressons le programme de l'année à venir

L'albizia chez Françoise
Un spectacle que je n'avais pas vu depuis très longtemps
 Et mes chers amis, ceux qui m'ont accompagnée depuis les belles années de la vingtaine jusqu’à ce jour, ont fait un petit passage sur la colline. Bien-sûr nous avons parlé de nos supputations sur la suite après ces jours un peu étranges que nous avons vécus en privilégiés (à la campagne, sans menace extrême) mais un peu ahuris par l'avalanche d'informations contradictoires, de conseils assommants proférés comme s'adressant à des enfants  immatures. Nous ont manqué, oui, les amis, les enfants, la bonne chaleur du partage et c'était donc un vrai bonheur d'ouvrir une bonne bouteille et boire à la liberté retrouvée. Mais pour combien de temps? 

*Le titre est  emprunté à René Char, Le Risque et la pendule (in La Parole en Archipel, 1962)

vendredi 5 juin 2020

Laissez nous respirer !

Je lisais aujourd'hui la lettre que Virginie Despentes adresse via France Inter à ses "amis blancs qui ne voient pas où est le problème". Elle a participé à la protestation organisée par Assa Traore pour réclamer justice pour son frère assassiné par la police comme vient de l'être à Minneapolis George  Floyd.
Ces derniers jours, perdue dans ma campagne et relativement peu "exposée" aux nombreuses scènes que j'ai vécues quand je vivais dans le 93, à Montreuil précisément, je repensais à tous mes amis noirs ou arabes qui ont eu à subir des humiliations et des violences. Montreuil n'est pas le pire endroit à cet égard et il y a une longue tradition de cohabitation de multiples communautés dans ces cités ouvrières de la périphérie qui se gentrifient mais gardent une tradition de tolérance. Montreuil a hébergé beaucoup d'artistes de toutes les couleurs qui ont trouvé là un terrain d'accueil et de vie. Les scènes qui me navraient se situaient surtout dans le métro et dans les rues  où le contrôle au faciès était flagrant.
Mais ces événements déplorables m'ont plutôt invitée à repenser à tous ceux qui ont jalonné ma vie de leurs rires et de leur magnifique art de vivre en toute circonstance même les plus extrêmes.
Je pensais à Consolata, mon amie rwandaise qui a vécu le pire de l’extrémisme avec le massacre de sa famille tutsi en 1994, car le racisme prend toutes sortes de figures.
Je pensais à Phillie, la jeune femme noire qui travaillait à la crèche et dont j'ai une très belle photo tenant dans ses bras ma petite fille, si pâle en contraste avec son beau visage lumineux et paisible. Phillie vivait avec ses trois enfants et son mari dans un taudis et nous nous étions mobilisés (les parents de la crèche) pour lui trouver un logement décent. Quand elle avait enfin pu emménager, son mari était en phase terminale de la tuberculose qui lui rongeait les poumons. Nous nous étions cotisés pour lui offrir son billet de retour afin qu'elle puisse échapper à l'obligation d'épouser son beau frère -selon la tradition- après avoir ramené le corps de son mari chéri au pays. Phillie qui vécut son drame sans jamais le faire peser, affichant son ineffable sourire dès qu'un petit réclamait ses bras.
Je pensais à Lalahoum,  institutrice dans son Algérie natale mais qui n'avait pu faire valider son diplôme en France et travaillait dans une crèche dans le quartier des Minguettes à Vénissieux.. Elle m'expliquait qu'en arrivant en France, elle avait laissé ses enfants jouer dehors comme il était  naturel dans son pays  où tous les adultes sont responsables de tous les enfants et veillent à leur bonne conduite. Mais l'assistante sociale lui avait fortement déconseillé et elle se sentait obligée de les confiner dans son petit appartement par crainte "qu'ils tournent mal".  L'assistante sociale la morigénait parce qu'elle appliquait la consigne trop à la lettre. Le paternalisme / maternalisme des Blancs !
Je pensais à Pierrette, la collègue camerounaise,  qui mène d'une main ferme et efficace des projets de développement avec les femmes et les jeunes. A toutes ces jeunes Africaines avec qui j'ai travaillé et qui ont décidé après avoir fini leurs études de revenir chez elles pour que leur savoir aide leur pays à s'extraire du néocolonialisme qui continue à les vampiriser.
Je pensais aux petites filles jamaïcaines avec qui j'ai dansé, il y a longtemps, elles doivent avoir elles -mêmes des enfants. Nous dansions dans l'Ambassade de France qui nous avait accueillis à Kingston après le passage ravageur d'un cyclone qui avait détruit la plupart des habitats précaires de l'île. Elles dansaient leur joie d'avoir survécu et je dansais avec elle la gigue du bonheur d'encore exister.



Je pensais à tous ces artistes que j'aime Myriam Makeba, Manu Dibango, Angélique Kidjo et bien d'autres qui ne sont pas seulement de grands artistes mais des êtres de grande humanité.
Je pensais à Christiane Taubira, sa pugnacité et son humour et à son rappel du "principe humaniste que professe le concept africain d'unbuntu: Umuntu ngumuntu ngabantu, une personne est une personne grâce aux autres personnes".
Je pensais à cet homme politique, le seul qui m'ait inspiré un profond respect, Mandela, dont les puissants aphorismes ont beaucoup été cités mais je choisis celui-ci en la circonstance.


A tous ceux "qui ne voient pas où est le problème", je conseille de se déconfiner des certitudes de Blancs satisfaits de leur bonne chance d'être "bien nés" et de mériter leurs privilèges.  En tous cas qu'ils nous laissent respirer, nous tous qui sommes de simples humains à peau rose, jaune ou noire et à sang rouge pour qui l'air pur est une nécessité absolue. Parce que par les temps qui courent, ça pue!