mercredi 7 février 2018

L'arbre, ce géant bienfaisant

Ce titre est emprunté au beau texte de Paul, dans "La feuille charbinoise. Il y  présente  quelques ouvrages consacrés aux arbres. Cela m'a donné envie d'exhumer des photos glanées au fil des années, des saisons, des lieux. J'aime les arbres et je suis souvent tentée de les photographier. Quelques-unes de ces prises, avec leur situation, sauf quand je ne me souviens plus.

Le prunier en fleur. Maison
Vue de la grange sur l'arrière du terrain. Maison

Maison
Un jour sur la route, un petit endroit frais pour piqueniquer


 Trace d'un géant abattu. Arles (13.

Berlin, florilège de lampadaires

At home
En promenade dans le tarn
Dans le jardin d'une amie Saint- Hippolyte-du-Fort (34)

Séville Jardin de l'Alcazar (Espagne)

Dakar. Sénégal

Jardin des Doms.Avignon (84)

Arganier, région d'Essaouira Maroc

En ombre portée sur le mur du cloitre à Lagrasse pendant le Banquet du livre (09)

Le Ginkgo Biloba en automne

Les deux arbres en hiver avant que la tempête ne les sépare

Un géant échoué sur la plage de la Grande Côte (17)


"En argot les hommes appellent les oreilles des feuilles
c’est dire comme ils sentent que les arbres connaissent la musique
mais la langue verte des arbres est un argot bien plus ancien
Qui peut savoir ce qu’ils disent lorsqu’ils parlent des humains"

mardi 16 janvier 2018

Un espace de l'amour débarrassé des harceleurs

Je reproduis ci-dessous un texte de la romancière Leîla Slimani, paru dans Libération qui exprime plutôt bien ce que je pense moi-même de l'épisode "la liberté d'importuner indispensable à la liberté sexuelle"  (noter le terme indispensable) Ma propre expérience m'a démontré suffisamment que les hommes détestent être importunés quand l'importune n'a pas leurs faveurs et que cela les révulse même qu'une "moche" (entendre éventuellement une vieille) prétende les aguicher. J'ai entendu dans la bouche de mes congénère masculins les blagues les plus insultantes à l'égard de quelque malheureuse, simplement un peu insistante par ses regards énamourés. C'est dire que la liberté d'importuner se trouve clairement dans un seul camp. En revanche, si je n'ai pas rejoint le chœur des "me too" c'est uniquement parce que j'ai du mal à entrer dans ce genre de buzz et qu'en dépit de mon soutien à toutes les femmes dans des circonstances de cet ordre, je fais partie de celles qui se sont débrouillées pour ne pas tomber dans un guet-apens de cet ordre (chance ou  intuition), Pourtant ce ne sont pas les épisodes graveleux qui ont manqué, les frotteurs , les invitations insistantes, les mains baladeuses, les propositions tendancieuses etc, de même les angoisses la nuit en rentrant chez moi quand un type collait à mes pas.
Donc merci Leïla pour cette réponse tranquille et joyeuse à nos prosélytes de la drague importune. Et  on peut voir qu'elle ne fait pas partie des féministes "moches et frigides", éternelle réplique aux prises de position des femmes pour la défense de leurs droits.




Marcher dans la rue. Prendre le métro le soir. Mettre une minijupe, un décolleté et de hauts talons. Danser seule au milieu de la piste. Me maquiller comme un camion volé. Prendre un taxi en étant un peu ivre. M’allonger dans l’herbe à moitié dénudée. Faire du stop. Monter dans un Noctambus. Voyager seule. Boire seule un verre en terrasse. Courir sur un chemin désert. Attendre sur un banc. Draguer un homme, changer d’avis et passer mon chemin. Me fondre dans la foule du RER. Travailler la nuit. Allaiter mon enfant en public. Réclamer une augmentation. Dans ces moments de la vie, quotidiens et banals, je réclame le droit de ne pas être importunée. Le droit de ne même pas y penser. Je revendique ma liberté à ce qu’on ne commente pas mon attitude, mes vêtements, ma démarche, la forme de mes fesses, la taille de mes seins. Je revendique mon droit à la tranquillité, à la solitude, le droit de m’avancer sans avoir peur. Je ne veux pas seulement d’une liberté intérieure. Je veux la liberté de vivre dehors, à l’air libre, dans un monde qui est aussi un peu à moi.
Je ne suis pas une petite chose fragile. Je ne réclame pas d’être protégée mais de faire valoir mes droits à la sécurité et au respect. Et les hommes ne sont pas, loin s’en faut, tous des porcs. Combien sont-ils, ces dernières semaines, à m’avoir éblouie, étonnée, ravie, par leur capacité à comprendre ce qui est en train de se jouer ? A m’avoir bouleversée par leur volonté de ne plus être complice, de changer le monde, de se libérer, eux aussi, de ces comportements ? Car au fond se cache, derrière cette soi-disant liberté d’importuner, une vision terriblement déterministe du masculin : «un porc, tu nais». Les hommes qui m’entourent rougissent et s’insurgent de ceux qui m’insultent. De ceux qui éjaculent sur mon manteau à huit heures du matin. Du patron qui me fait comprendre à quoi je devrais mon avancement. Du professeur qui échange une pipe contre un stage. Du passant qui me demande si «je baise» et finit par me traiter de «salope». Les hommes que je connais sont écœurés par cette vision rétrograde de la virilité. Mon fils sera, je l’espère, un homme libre. Libre, non pas d’importuner, mais libre de se définir autrement que comme un prédateur habité par des pulsions incontrôlables. Un homme qui sait séduire par les mille façons merveilleuses qu’ont les hommes de nous séduire.
Je ne suis pas une victime. Mais des millions de femmes le sont. C’est un fait et non un jugement moral ou une essentialisation des femmes. Et en moi, palpite la peur de toutes celles qui, dans les rues de milliers de villes du monde, marchent la tête baissée. Celles qu’on suit, qu’on harcèle, qu’on viole, qu’on insulte, qu’on traite comme des intruses dans les espaces publics. En moi résonne le cri de celles qui se terrent, qui ont honte, des parias qu’on jette à la rue parce qu’elles sont déshonorées. De celles qu’on cache sous de longs voiles noirs parce que leurs corps seraient une invitation à être importunée. Dans les rues du Caire, de New Delhi, de Lima, de Mossoul, de Kinshasa, de Casablanca, les femmes qui marchent s’inquiètent-elles de la disparition de la séduction et de la galanterie ? Ont-elles le droit, elles, de séduire, de choisir, d’importuner ?
J’espère qu’un jour ma fille marchera la nuit dans la rue, en minijupe et en décolleté, qu’elle fera seule le tour du monde, qu’elle prendra le métro à minuit sans avoir peur, sans même y penser. Le monde dans lequel elle vivra alors ne sera pas un monde puritain. Ce sera, j’en suis certaine, un monde plus juste, où l’espace de l’amour, de la jouissance, des jeux de la séduction ne seront que plus beaux et plus amples. A un point qu’on n’imagine même pas encore.

On  espère que cette "prophétie" se réalisera.


   

mercredi 3 janvier 2018

Adieu à un ami arbre.

Quand on est comme moi une amie des arbres, c'est toujours douloureux d'assister à la mort de l'un d'entre eux, surtout quand il est une sorte de symbole.


"On va jusqu'aux  deux arbres", c'était la distance minimum à parcourir pour une petite promenade d'aération quand il faisait trop froid pour se risquer plus avant sur la route qui finit en impasse deux kilomètres plus loin, au bord d'un lac. Tout le long un paysage vallonné où alternent petites futaies, champs labourés ces jours-ci avant de se couvrir de blé ou de colza ou de tournesol et la ferme où s’ébattent les oies et les poules en toute liberté. Toujours, les deux arbres nous donnaient accès à une perspective au delà de leurs silhouettes placides.


Et voilà qu'il n'y en a plus qu'un, esseulé. Son jumeau a été abattu par les vents violents qui ont harcelé notre colline ces derniers jours. Il git, lamentable, ses énormes racines rompues, déchirées. L'autre a quelques branches en instance de rupture mais il a résisté. Il faut dire que les labours profonds qui creusent la terre alentour malmènent les racines et toute la tapisserie cellulaire qui leur permet de bien vivre. De sorte que je crains pour la survie de son alter ego.



Bien-sûr, au regard de tous les désastres qui ravagent la planète, c'est un tout petit malheur mais j'ai ressenti une profonde tristesse. La perte d'un ami.

lundi 1 janvier 2018

Une nouvelle année ? On reprend les mêmes ami.e.s et on continue


Trouvé en conclusion du dernier livre de Françoise Héritier paru en octobre 2017 soit un mois avant sa disparition*
"J'ai toujours rendu un culte à l'amitié. En réfléchissant bien, je pense être spontanément plus proche des femmes que des hommes. Du côté masculin, j'ai cependant deux amis à qui je peux pratiquement tout dire pour des raisons et sur des sujets différents (...) Il n'y a guère de plus grande satisfaction que celle d'avoir passé quelques heures dans une conversation à bâtons rompus , pleine de vivacité , de renversements , de tête-à-queue, de retours en arrière, de mots d'esprit, de fous rires, de mines offusquées... avec une amie. Ce sont des moments de grâce et de grande vérité; On écoute, on admire, on compatit, on se confie, on fait confiance, on s'abandonne, on rit de bon cœur, on se moque gentiment, on dit: "tu te souviens du jour où...?" C'est délicieux. Cela dure toute la vie. je ne recherche rien tant que cette simple amitié-là, sans arrières-pensée, sans chausse-trapes, sans ambiguïté, simplement parce que c'est nous et qu'on s'aime. Montaigne avait su trouver les mots justes pour le dire." 

Je vous souhaite une année pleine des riches heures amicales

*Françoise Héritier, Au gré des jours, Paris, Odile Jacob, 2017.Prix spécial du jury, Femina 2017 .

jeudi 21 décembre 2017

Exercices d'admiration

 Pour introduire ce dernier billet de l'année, un peu de musique, justifiant en soi son titre



J'ai emprunté le titre à Cioran, que j'ai lu il y a fort longtemps et pas relu  depuis, sauf aujourd'hui pour me remémorer le contenu dont j'avais du moins retenu que Cioran n'y pratiquait pas une exécration comme à son accoutumée, mais une dissection fine des auteurs qu'il avait choisi d'élire pour cet opus. Bien-sûr sa sélection rassemble une belle brochette de tourmentés.. En sautant de Michaux à Fondane, je m'arrête au très bel hommage du Roumain à Maria Zambrano,  qui me donne furieusement envie de la lire. "Qui autant qu'elle, a le don, en allant au-devant de votre inquiétude, de votre quête, de laisser tomber le vocable imprévisible et décisif, la réponse aux prolongements subtils? Et c'est pour cela qu'on aimerait la consulter au tournant d'une vie, au seuil d'une conversion, d'une rupture, d'une trahison, à l'heure des confidences ultimes , lourdes et compromettantes, pour qu'elle vous révèle et vous explique à vous-même, pour qu'elle vous dispense en quelque sorte une absolution spéculative , et vous réconcilie tant avec vos impuretés qu'avec vos impasses et vos stupeurs".

Une de mes admirations va à  Françoise Héritier qui vient de mourir et on n'a pas sorti drapeaux et cérémonie officielle, toutes choses qu'elle n'aurait sans doute pas souhaitées. Elle est surtout connu pour ses thèses sur la domination masculine.


Mais c'est un autre de ses talents que je voulais honorer ici.  Après "Le sel de la vie, (Odile Jacob 2012), elle avait publié  cette année, une sorte de suite "Au gré des jours" que je lis en ce moment  à petites goulées et j'aime l’honnêteté de ces propos qui livrent par bribes des temps forts, enfouis sous l'épaisseur des jours,  et qui sont autant de petites secousses de plaisir, tant ils activent nos propres minuscules émotions ou nos émerveillements,  un mélange savoureux, entre anecdotes dérisoires et notations profondes.

 Mini florilège :"allier vitesse et prestesse pour attraper une mouche sur la table mais rater quand même piteusement son coup (:50),(...) avoir modérément apprécié une remarque de Lévi-Strauss à son propos: "Vous  avez un esprit d'homme" tout en sachant qu'il y voyait un compliment, mais avoir révéré et aimé cet homme au sage regard d'éléphante matriarche (j'adore ndr), surtout de profil, et qui ressemblait aussi parfois -quand il quittait en douce le laboratoire, courbé en deux, le corps un peu de travers, le pas pressé et le regard un peu en coulisse, notant tout, ne voyant rien - à l'illustre et génial Groucho (:56) (...) se refuser frileusement à tout idée de piercing, de tatouage, de ce qui marque définitivement le corps dans la souffrance acceptée (:59) (...) s'effrayer du nombre de fautes d'orthographe ou de syntaxe relevées dans les mails et les lettres reçus d'étudiants, de gens de lettres et même d'universitaires (60), user de borborygmes affreux et de grimaces au lieu de propos articulés quand on veut empêcher un gamin inconnu de vous importuner davantage qu'il ne le fait dans un train ou ailleurs (: 62). Je conseille cette lecture le matin pour se donner du cœur à l'ouvrage ou le soir pour entrer en toute sérénité dans  la nuit;

Pour conclure quelques pépites tirées d'un de mes philosophes préférés (qui ne se prend pas  sérieusement pour tel et c'est aussi son humilité qui me séduit), Georges Picard. Un très sympathique opus dédié à l'a lecture / écriture., "Cher lecteur" Corti, 2017


Là encore, tout le livre est un délice.:
"La manie d'encenser ou de flinguer un ouvrage en dix lignes ou en deux phrases est insupportable; malheureusement, les choses ne s'améliorent pas avec Internet où les éjaculations critiques des livres sont trop souvent d'une indigence et d'une sottise spectaculaires"..
Aïe, ne suis-je pas précisément en train de commettre ce forfait? En fait je ne publie jamais de critiques négatives à l'égard de livres ou de films. Ce ne sont chaque fois que des exercices d'admiration et tant pis s'ils sont maladroits 
 Les titres des livres de Picard, (tous publiés chez Corti, donnent à eux seuls l'esprit de leur auteur qui use d'une langue à la fois libre et rigoureuse. Un régal.
  •  Brèves Nouvelles du monde, 1986.
  • Variations sur le réel, 1988 (réédité par Corti en 2009).
  • Histoire de l’illusion, 1993.
  • De la connerie, 1994 (essai).
  • Du malheur de trop penser à soi, 1995.
  • Le Génie à l'usage de ceux qui n’en ont pas, 1996.
  • Tout m'énerve, 1997.
  • Pour les yeux de Julie, 1998.
  • Petit Traité à l’usage de ceux qui veulent toujours avoir raison, 1999.
  • Le Vagabond appoximatif, 2001 (essai).
  • Crème de crimes, 2002.
  • Tous fous, 2003.
  • Le Bar de l'insomnie, 2004 (roman).
  • Du bon usage de l'ivresse, 2005.
  • Tout le monde devrait écrire, 2006.
  • Mais dans quel monde vivez-vous, 2007.
  • Le Philosophe facétieux, 2008.
  • Journal ironique d'une rivalité amoureuse, 2009.
  • L'Humoriste, 2010.
  • L'Hurluberlu ou la philosophie sur un toit, 2012.
  • Penser comme on veut, 2014.
  • Merci aux ambitieux de s'occuper du monde à ma place, 2015.
  • Le sage des bois, 2016.
  • Cher lecteur, 2017.
Revenons pour finir à Cioran qui conclut ainsi son livre Exercices d'admiration. Essais et portraits
(...) j'aurais dù choisir n'importe quel autre idiome, sauf le français, car je m'accorde mal avec son air distingué, il est aux antipodes de ma nature, de mes débordements, de mon moi véritable et de mon genre de misère. (...)Or c'est précisément à cause de cette incompatibilitéque je me suis attaché à lui (...)
Aujourd'hui que cette langue est en plein déclin, ce qui m'attriste le plusc'est de constater que les Français n'ont pas l'air d'en souffrir. Et c'st moi, rebut des Balkans, qui me désole de la voir sombrer. Eh bien, je coulerai, inconsolable, avec elle !   

dimanche 10 décembre 2017

Adieu à notre idole bling bling




Je respecte l'être humain qui vient de rendre son dernier soupir et qui est pleuré par ceux qui l'aimaient. J'aurais moins d'empathie à l'égard de l'énorme mise en scène mélodramatique orchestrée à l'occasion de ses funérailles
Un héros Jojo ? Une icône certes mais de ces années de gabegie consumériste dont il a été en effet un parfait laudateur, un exemple flamboyant. Il a introduit le rock'n'roll en France ? Euh ! Il l'a mièvrisé oui, rendu populaire parce qu'il a collé des mots français sur une musique qui ne l'était pas. Il a ainsi favorisé l'entrée du cheval de Troie de « l'american way of life » dans une culture qui tordait le nez sur les ambitions de lucre, sur des valeurs de m'a-tu vu, de possession ostentatoire d'objets rutilants. Toute sa vie l'idole aura mis le feu, élaboré des shows clinquants qu'il animait de son style de toréador, le pubis tendu vers la foule, la démarche chaloupée du tombeur, pendant que la conquête des mœurs de ces Européens vieillots par tout le nouveau du nouveau d'outre atlantique leur tombait sur le râble, avec le culte de l'efficacité et tout le tremblement, qui n'en finit plus d'ébranler le modèle social construit au fil du temps.
Sur les ondes, on s'est extasié sur sa vie de « famille recomposée », cinq mariages dont des petites filles prises au berceau (19 ans pour Laeticia, la dernière en date, qui a résisté contre vents et marées, alors qu'on lui prédisait une éclipse rapide), sur ces transgressions qu'il a éventuellement revendiquées (la cocaïne), sur cette insouciance d'homme libre qui fait tout ce qu'il désire parce qu'il en a les moyens. Il a incarné au plus haut ce personnage de western , de lonesome cow boy (alors qu'il était rarement seul, poursuivi par tous ceux qui venaient chercher auprès de lui quelques poussières de paillettes) d'^homme puissant en dépit ou grâce à la fêlure fondamentale d'une enfance malmenée
Je suis mauvaise juge de l'artiste qu'il fut, son style trop éloigné de mes goûts, je ne connais que les chansons qui ont fait sa popularité et encore n'en retiendrai-je qu'une poignée dont Diégo (même si je préfère l'interprétation de France Gall). De plus je ne suis idolâtre de personne. j'ai des admirations mais je n'irai certainement pas m'agglutiner à une foule pour saluer le départ de qui que ce soit.
En revanche, je reconnais la puissance de « la bête de scène ». En cinquante sept ans de carrière (1960-2017) 184 tournées, 27 rentrées parisiennes et plus de 28 millions de spectateurs. Rien qu'en France, 696 représentations dans la capitale, dont  266 à l'Olympia, 144 au Palais des Sports, 101 à Bercy (dont huit avec Les Vieilles Canailles) et 78 au Zénith de Paris, deux fois au Parc des Princes (sept représentations) et trois fois au Stade de France (neuf concerts).
Johnny Hallyday s'est produit 2 813 fois en France et a donné plus de 3 256 représentations au cours de sa carrière, durant laquelle, il a chanté dans quarante pays différents. Chapeau l'artiste ! Quelle marathonien ! Il faut bien qu'il ait eu du talent pour traverser le temps en restant infailliblement en haut de l'affiche.
Il était le symbole de l'homme venu du « tiroir du bas « ( comme dit Bernard Tapir, un autre tycoon en proie aux métastases) qui parvient aux sommets de la gloire et  pour tous les gens modestes dont les vies sont insignifiantes au regard d'une époque intoxiquée de médiatisation wharolienne, incarne tous les possibles. Ses  chansons sont une consolation pour affronter les vents mauvais d'un quotidien besogneux. Johnny c'est la revanche des pauvres aussi bien que l'alibi des riches. Il a inauguré cette ère de la poudre aux yeux, des sommes exorbitantes versées aux saltimbanques de la scène ou du stade quand les petites mains qui traînent le matos ou nettoient les vestiaires ont à peine de quoi vivre. Il est arrivé juste après la guerre en pleine insouciance et inconscience des trente glorieuses qui voyaient débarquer les bagnoles rutilantes , le téléphone pour tous, la télé dans chaque salon et, bon an mal an l'espoir d'un avenir meilleur. Années 60 où les femmes étaient outrageusement maquillées et traitées comme des quiches sans cervelle et uniquement orientées vers la conquête du Prince charmant. Et Johnny, il avait tous les attributs pour faire rêver les midinettes. 


Hélas, on a dû déchanter, les nouveaux donjons se sont installés, les nouveaux maîtres du monde ont réaffirmé l'empire et toute une génération est passé directement du statut de saltimbanques à celui de princes, déclenchant par là-même un appétit de consommation savamment entretenu par les sirènes publicitaires, pendant que la planète commençait à tousser (1970, le club de Rome alerte et préconise la décroissance du modèle consumériste). Certains se sont tenus à l'écart de ce grand bastringue. JH lui a joué le jeu à fond, apportant son soutien à nos présidents de droite, cherchant le paradis fiscal. Il était généreux le zèbre parait-il, de cette générosité qui a ramené régulièrement sur les planches des Enfoirés pleins de compassion de circonstance mais accumulant par ailleurs les propriétés, les hochets de la frime, encourageant cet esprit typiquement américain du droit à un mode de vie non négociable.
J'ai un peu regardé les images de la cérémonie de la Madeleine. J'y ai vu un spectacle démoralisant, des dinosaures qui pleuraient surtout leur jeunesse enfuie, la fin d'une époque révolue qui va s'engloutir en même temps qu'eux qui l'ont cyniquement incarnée. C'est certain, il n'y aura plus de Johnny, la planète n'a plus les moyens de cette gabegie, inaugurée après Hiroshima et qui sombre au rythme des tweets de Trump.
Bon voyage, Jojo, tu étais sans doute un bon bougre mais vraiment, pardon pour cette dernière torpille lèse majesté, un terrible songe creux !


vendredi 8 décembre 2017

Chère Tania



Chère Tania,
J'ai eu le plaisir de vous rencontrer lors de mon dernier passage à Bruxelles. Vous m'avez fait découvrir le MIM (musée des instruments de musique), un lieu magnifique où se trouve un restaurant au dernier étage d'où on contemple la ville en savourant des plats très gouteux. Nous avons papoté comme on dit, parlé à bâtons rompus. Nous nous sommes quittées juste après le dessert, je devais me rendre à une réunion. Tania, fragile, mais animée de ce bonheur de lecture que nous avons évoqué puisque c'est ce qui nous a réunies toutes ces années où je suis allée régulièrement lire vos chroniques et où vous avez rarement manqué un rendez-vous sous l'arbre.
Je vous dédie ces extraits (j'ai dû choisir dans la pléthore de  réflexions dédiées à l'écriture et à la lecture) trouvés chez un auteur que j'aime beaucoup, parce qu'il envisage la vie avec cette modestie nécessaire pour rester ouvert à toutes les fortunes du hasard.  J'utilise votre joli marque-pages.

"Les romans sont déjà une interprétation du réel, assumée, sublimée, poétisée. Nous les lisons avec notre propre pouvoir d'interprétation. Ce dédoublement (le lecteur interprète l'interprétation de l'auteur) fait diverger l'imagination vers des mondes où les faits ont une nature différente de leurs homologues réels (...) Nos meilleurs amis ou ennemis, nous les trouvons souvent dans les livres : ces "personnages de papier" ont le talent d'exister superlativement quand les gens en chair et en os n'existent qu'approximativement et, trop souvent,médiocrement. (...)
L'une des supériorités de l'expression écrite sur l'expression orale, c'est sa capacité de précision et de nuances pour approcher une idée difficile (et d'une certaine façon elles le sont toutes dès que l'on se donne la peine, ou plutôt le plaisir, de les creuser un peu), il faut avancer prudemment, avec circonspection et lenteur, examiner, nuancer et nuancer encore, démarche évidemment contradictoire avec ce que demande une bonne partie des auditeurs, voire des lecteurs. Les orateurs ont généralement tout à gagner à donner l'apparence de la certitude. Ceux qui hésitent se disqualifient eux-mêmes face à des auditoires avides d'idées faciles à assimiler et à retenir. (...) 
Dans un ouvrage littéraire, l'abondance des précisions s'appelle pédantisme. Mieux vaut que l'auteur parie sur l'intelligence du lecteur pour remplir les vides qu'il a volontairement refusé de combler. Mieux vaut accorder beaucoup à l'intuition, au paradoxe, à l'humour qui ménagent le plaisir du jeu intellectuel autant que  la probité d'une écriture ouverte. (...) 
Quand un ouvrage au service d'une thèse ne considère jamais avec honnêteté, sinon avec une bienveillance de principe, les arguments contraires, la messe dogmatique est dite. (...) 
Ce qui m'intéresse en tant que lecteur, c'est ce  qui élargit mon intelligence et ma sensibilité, c'est-à-dire ce que je ne trouve pas en moi-même, ce à quoi je n'avais pas pensé. Écrivain, ne cherche pas à me convaincre ou à me plaire. N'en fais qu'à ta tête. Ne pense pas à moi quand tu écris.Si tu veux aider les hommes, engage-toi dans une association humanitaire ou en politique. Mais dans le temps de la création, fouille tes tripes et ta cervelle sans te préoccuper de savoir si tu peux être utile. Sois inutile, car c'est d'inutilité dont nous manquons le plus, de pur désintéressement."

Quoi de plus désintéressé, chère Tania, que nos aventures blogueuses ?
Bien à vous

Extraits,  Georges Picard "Cher lecteur"  Editions Corti, 2017