samedi 7 avril 2018

Frère Jacques .







Cher Jacques,
Voilà, la mort a fait sa sale besogne, elle a eu raison de ta brûlante énergie et t'a embarqué pour ce voyage qu'on dit long et qui n'est peut-être qu'un passage furtif vers le repos définitif. O' mon frère de cœur, comme c'est douloureux de savoir que tu as disparu de notre proche univers. J'aimais tellement ta voix suave, ironique, tendre et violente. J'aimais tellement tes "atmosphères" qui me donnaient de l’oxygène. Tant de souvenirs . Je t'ai rencontré la première fois. au Théâtre du Ranelagh. Ce soir là, Brigitte Fontaine nous avait insultés, nous, le public, étions l'ennemi, va savoir pourquoi. Puis c'était  aux Blancs Manteaux, un couple avait quitté la salle et tu les avais un peu houspillés, ton fils Ken était dans la salle. Je suis partie à l'étranger et j'écoutais l'enregistrement à Mogador., un triple album qui a fait mon bonheur quand je me languissais dans ce pays de sable et de  fausses richesses. J'étais responsable d'une émission de radio française dans les Emirats Arabes Unis et une veille de premier de l'an, j'avais invité les auditeurs francophones à le fêter avec ton "Champagne" ce qui m'avait valu des remarques du directeur pour apologie de l'ivresse en pays musulman (???!). J'aimais particulièrement Hold tight, l'humour!
Je suis allée t'écouter à la Villette et ton retard avait surchauffé la salle et m'avait un peu angoissée, moi qui supporte peu les phénomènes de foule. Mais tu nous avais donné un concert de trois heures joyeux et punchy. Suis allée t'écouter à nouveau à Montreuil. Tu avais fait un duo avec les Zap Mamas sur Mona Lisa klaxon qui avait duré 10 bonnes minutes.
Mes enfants ont écouté et tellement aimé "La croisade des enfants".
"J'suis trop p'tit pour me prendre au sérieux
Trop sérieux pour faire le jeu des grands
Assez grand pour affronter la vie
Trop petit pour être malheureux"

Tu as été pour moi le vrai rockeur, fou, généreux, libre, poète, dénué de forfanterie, et cependant excessif, incontrôlable (tu n'aimais pas la télé et ceux qui t'y invitais  tremblaient à l'idée des folies que tu pouvais commettre et tu ne t'en privais pas!).
Je t'ai suivi dans de plus petites salles, à l'invitation de membres de ton équipe. Je pense à Mahut qui doit être si triste ce soir et à ta fille chérie qui perd son père alors qu'elle est encore si jeune. Elle a hérité de ton talent. Bon sang ne saurait mentir.
J'ai eu la chance d'assister à ton dernier concert le 24 mai 2016 à Toulouse. Tu semblais encore en grande forme, tu m'as bluffée!
Je vais relire "Lettres d'amour d'un soldat de vingt ans" et réécouter certaines de tes très vieilles chansons. Celle-ci tiens, tellement d'actualité  "J'suis qu'un grain de poussière"
T'es pas mort, tu continues de chanter dans ma tête.

Retrospective INA

mardi 27 mars 2018

Si tu vas à San Salvador, va voir la femme...*

A Salvador de Bahia (Brésil), j'ai vu beaucoup de femmes. Le Forum social mondial s'est ouvert  joyeusement avec les danses et les chants, la capoeira et les transes, mais surtout un défilé braillard mais paisible dans des rues où se  mêlaient manifestants et quidams de la rue, les boutiques ouvertes, quelques policiers par bandes de cinq ou six qui ne semblaient pas vouloir en découdre


Résister et transformer pour une société inclusive et démocratique


Beaucoup de femmes donc dans le défilé qui chantaient et raillaient. Les femmes pour la démocratie!
Hélas on apprenait le lendemain que Marielle Franco, une jeune femme noire, conseillère municipale fraîchement nommée à la tête d'une commission d'enquête sur les violences policières dans les favelas qui devait venir au Forum,  avait été assassinée de plusieurs balles dans la tête. Énorme émoi bien-sûr. Une marche de protestation le matin même du 14 mars, le soir une veillée "Marielle présente". Il y a beaucoup de crimes au Brésil. mais c'est une première qu'un responsable politique soit exécuté de cette façon. Ce n'est pas un hasard que ce soit cette femme, noire,  lesbienne issue des favelas et qui se battait avec courage contre les violences perpétrées dans les favelas dont les jeunes font les frais Le nombre des femmes assassinées est invraisemblable.  La destitution de Dilma Roussyef et la menace d'incarcération de Lula, considérés au Forum comme un coup d'état ajoutés à ce crime odieux ont surchauffé le climat du Forum.
L'assemblée des femmes qui s'est déroulée  le lendemain sur la place Terreiro de Jésus, était emplie des harangues rageuses et des déplorations. Un homme qui s'imposait sur l'estrade pour faire des photos s'est fait insulter et a fini par se retirer sous les avanies. Les Marocaines ont envahi la scène pour s'opposer à la parole des femmes Sahraouies (comme dans tous les FSM, l'Etat marocain délègue des troupes fournies pour cet exercice d’obstruction).
Dans cette foule j'ai fait une rencontre improbable : une jeune chercheuse qui prépare sa thèse avec un de mes collègues. Je savais qu'elle était brésilienne mais c'était tout de même miracle que je me retrouve juste devant elle. Nous nous sommes un peu éloignées pour déguster un sorbet délicieux dans une boutique tenue par  un Français installé à Salvador depuis 25 ans et qu'elle m'a fait découvrir. Nous avons pu échanger des nouvelles loin des harangues.  Elle m'a décrit l'état politique du pays, peu réjouissant. Les acquis sociaux sont rognés les uns après le autres, les universités tendent vers la privatisation, la culture n'a plus de budget et tout à l'avenant. Pas étonnant qu'on ait entendu un leitmotiv lancinant Temer fora / Dégage Temer (le président actuel  crédité d'à peine 5% de légitimité, corrompu et considéré comme celui qui a destitué Dilma par un coup d’État. La réaction gagne toute l'Amérique latine après un court intermède où le voisin yankee ayant mis toutes ses forces au Moyen Orient en avait moins pour juguler les révoltes locales.

L'assemblée des femmes
Sur le site de l'université  un "cimetière " pour toutes les femmes assassinées. Un peu partout la photo de Marielle

Cette 13e édition du FSM a réuni pas moins de 60.000 personnes issues de 120 pays différents. C'était un forum très brésilien avec une représentation internationale plus réduite. En revanche, une présence très importante de jeunes et de femmes qui faisaient d'ailleurs l'objet de beaucoup d'ateliers avec en particulier le concept d'intersectionnalité dont Marielle était un symbole fort, le cumul de plusieurs motifs de discrimination : le genre, la couleur de peau, l'orientation sexuelle, la classe.  Coluche en son temps disait que pour ceux-là, c'était plus difficile.
A chaque FSM, on se demande si c'est bien utile, si ça a encore un sens, si ce n'est pas le dernier. Et il est vrai que ce n'est plus aussi convaincant qu'à l'origine. Cependant le FSM reste un lieu de découvertes de ce qui se passe un peu partout dans le monde et un lieu de bouillonnement, de prises de contacts, d'informations croisées sur l'état du monde.
On a ainsi pu entendre parler d'un projet assez fou la  Jai Jagat , une marche pour un autre monde, depuis l’Inde vers les Nations Unies à Genève, qui traverserait une quinzaine de pays avec des manifestations massives dans chaque pays. Une marche pour la paix. On aurait besoin en effet de faire la paix sur cette planète, la paix entre humains, la paix avec les animaux (le dernier rhinocéros blanc vient de mourir), la paix avec la terre et les océans.
Ce qui était évident dans ces journées, c'est que la révolution sera féministe ou ne sera pas.
Je vous fais grâce des ateliers que j'ai fréquentés dont une grande partie m'est restée obscure (je ne parle pas le portugais). L'un d'eux était important et suivi avec attention par un nombre non négligeable de participants, l'atelier préparatoire au forum mondial des économies de la Transformation prévu en avril 2019 à Barcelone et dont nous serons les organisateurs .
Je n'ai pas eu le temps d'explorer beaucoup la ville. Quelques photos qui ne sont pas d'une grande qualité mais permettent de saisir quelques bribes visuelles de "Saint Sauveur de la Baie de tous les Saints" qui fut la capitale de 1549 à 1763 et est la ville la plus noire du Brésil à cause du trafic triangulaire du temps honni de l'esclavage

Carte de la baie de Tous les Saints 
le coucher de soleil sur la baie

Le port vu de l'élévateur ci-dessous qui permet de passer de la ville haute à la ville basse


Elle est censée porter bonheur si on accroche un de ces bracelets brésiliens

Succession des façades colorées 

i

J'ai quand même réussi à prendre un bain dans l'eau claire en me levant tôt le dernier jour parce que j'avais déménagé dans la Poussada Arte Brasileira, une auberge décorée par Jacqueline une métis adorable et talentueuse et que ce lieu atypique se trouve à 5 mn à pied de la plage de Porto da Barra.
Une dernière évocation de ce voyage trop court (surtout si on considère les 17 heures d'avion pour rejoindre Salvador et autant pour en revenir) : les fruits succulents au petit déjeuner, ananas, papaye, mangue, banane, dont on découvre les vraies saveurs qui n'ont rien à voir avec celles qu'on connait en Europe

* Le titre est en référence à une chanson de Bernard Lavilliers mais il s'agit de Salvador, la capitale du Salvador alors que le FSM avait lieu à Salvador de Bahia. J'ai pensé à Lavilliers grand amoureux du Brésil qui parle d'ailleurs de Belem dans cette chanson.

mercredi 7 février 2018

L'arbre, ce géant bienfaisant

Ce titre est emprunté au beau texte de Paul, dans "La feuille charbinoise. Il y  présente  quelques ouvrages consacrés aux arbres. Cela m'a donné envie d'exhumer des photos glanées au fil des années, des saisons, des lieux. J'aime les arbres et je suis souvent tentée de les photographier. Quelques-unes de ces prises, avec leur situation, sauf quand je ne me souviens plus.

Le prunier en fleur. Maison
Vue de la grange sur l'arrière du terrain. Maison

Maison
Un jour sur la route, un petit endroit frais pour piqueniquer


 Trace d'un géant abattu. Arles (13.

Berlin, florilège de lampadaires

At home
En promenade dans le tarn
Dans le jardin d'une amie Saint- Hippolyte-du-Fort (34)

Séville Jardin de l'Alcazar (Espagne)

Dakar. Sénégal

Jardin des Doms.Avignon (84)

Arganier, région d'Essaouira Maroc

En ombre portée sur le mur du cloitre à Lagrasse pendant le Banquet du livre (09)

Le Ginkgo Biloba en automne

Les deux arbres en hiver avant que la tempête ne les sépare

Un géant échoué sur la plage de la Grande Côte (17)


"En argot les hommes appellent les oreilles des feuilles
c’est dire comme ils sentent que les arbres connaissent la musique
mais la langue verte des arbres est un argot bien plus ancien
Qui peut savoir ce qu’ils disent lorsqu’ils parlent des humains"

mardi 16 janvier 2018

Un espace de l'amour débarrassé des harceleurs

Je reproduis ci-dessous un texte de la romancière Leîla Slimani, paru dans Libération qui exprime plutôt bien ce que je pense moi-même de l'épisode "la liberté d'importuner indispensable à la liberté sexuelle"  (noter le terme indispensable) Ma propre expérience m'a démontré suffisamment que les hommes détestent être importunés quand l'importune n'a pas leurs faveurs et que cela les révulse même qu'une "moche" (entendre éventuellement une vieille) prétende les aguicher. J'ai entendu dans la bouche de mes congénère masculins les blagues les plus insultantes à l'égard de quelque malheureuse, simplement un peu insistante par ses regards énamourés. C'est dire que la liberté d'importuner se trouve clairement dans un seul camp. En revanche, si je n'ai pas rejoint le chœur des "me too" c'est uniquement parce que j'ai du mal à entrer dans ce genre de buzz et qu'en dépit de mon soutien à toutes les femmes dans des circonstances de cet ordre, je fais partie de celles qui se sont débrouillées pour ne pas tomber dans un guet-apens de cet ordre (chance ou  intuition), Pourtant ce ne sont pas les épisodes graveleux qui ont manqué, les frotteurs , les invitations insistantes, les mains baladeuses, les propositions tendancieuses etc, de même les angoisses la nuit en rentrant chez moi quand un type collait à mes pas.
Donc merci Leïla pour cette réponse tranquille et joyeuse à nos prosélytes de la drague importune. Et  on peut voir qu'elle ne fait pas partie des féministes "moches et frigides", éternelle réplique aux prises de position des femmes pour la défense de leurs droits.




Marcher dans la rue. Prendre le métro le soir. Mettre une minijupe, un décolleté et de hauts talons. Danser seule au milieu de la piste. Me maquiller comme un camion volé. Prendre un taxi en étant un peu ivre. M’allonger dans l’herbe à moitié dénudée. Faire du stop. Monter dans un Noctambus. Voyager seule. Boire seule un verre en terrasse. Courir sur un chemin désert. Attendre sur un banc. Draguer un homme, changer d’avis et passer mon chemin. Me fondre dans la foule du RER. Travailler la nuit. Allaiter mon enfant en public. Réclamer une augmentation. Dans ces moments de la vie, quotidiens et banals, je réclame le droit de ne pas être importunée. Le droit de ne même pas y penser. Je revendique ma liberté à ce qu’on ne commente pas mon attitude, mes vêtements, ma démarche, la forme de mes fesses, la taille de mes seins. Je revendique mon droit à la tranquillité, à la solitude, le droit de m’avancer sans avoir peur. Je ne veux pas seulement d’une liberté intérieure. Je veux la liberté de vivre dehors, à l’air libre, dans un monde qui est aussi un peu à moi.
Je ne suis pas une petite chose fragile. Je ne réclame pas d’être protégée mais de faire valoir mes droits à la sécurité et au respect. Et les hommes ne sont pas, loin s’en faut, tous des porcs. Combien sont-ils, ces dernières semaines, à m’avoir éblouie, étonnée, ravie, par leur capacité à comprendre ce qui est en train de se jouer ? A m’avoir bouleversée par leur volonté de ne plus être complice, de changer le monde, de se libérer, eux aussi, de ces comportements ? Car au fond se cache, derrière cette soi-disant liberté d’importuner, une vision terriblement déterministe du masculin : «un porc, tu nais». Les hommes qui m’entourent rougissent et s’insurgent de ceux qui m’insultent. De ceux qui éjaculent sur mon manteau à huit heures du matin. Du patron qui me fait comprendre à quoi je devrais mon avancement. Du professeur qui échange une pipe contre un stage. Du passant qui me demande si «je baise» et finit par me traiter de «salope». Les hommes que je connais sont écœurés par cette vision rétrograde de la virilité. Mon fils sera, je l’espère, un homme libre. Libre, non pas d’importuner, mais libre de se définir autrement que comme un prédateur habité par des pulsions incontrôlables. Un homme qui sait séduire par les mille façons merveilleuses qu’ont les hommes de nous séduire.
Je ne suis pas une victime. Mais des millions de femmes le sont. C’est un fait et non un jugement moral ou une essentialisation des femmes. Et en moi, palpite la peur de toutes celles qui, dans les rues de milliers de villes du monde, marchent la tête baissée. Celles qu’on suit, qu’on harcèle, qu’on viole, qu’on insulte, qu’on traite comme des intruses dans les espaces publics. En moi résonne le cri de celles qui se terrent, qui ont honte, des parias qu’on jette à la rue parce qu’elles sont déshonorées. De celles qu’on cache sous de longs voiles noirs parce que leurs corps seraient une invitation à être importunée. Dans les rues du Caire, de New Delhi, de Lima, de Mossoul, de Kinshasa, de Casablanca, les femmes qui marchent s’inquiètent-elles de la disparition de la séduction et de la galanterie ? Ont-elles le droit, elles, de séduire, de choisir, d’importuner ?
J’espère qu’un jour ma fille marchera la nuit dans la rue, en minijupe et en décolleté, qu’elle fera seule le tour du monde, qu’elle prendra le métro à minuit sans avoir peur, sans même y penser. Le monde dans lequel elle vivra alors ne sera pas un monde puritain. Ce sera, j’en suis certaine, un monde plus juste, où l’espace de l’amour, de la jouissance, des jeux de la séduction ne seront que plus beaux et plus amples. A un point qu’on n’imagine même pas encore.

On  espère que cette "prophétie" se réalisera.


   

mercredi 3 janvier 2018

Adieu à un ami arbre.

Quand on est comme moi une amie des arbres, c'est toujours douloureux d'assister à la mort de l'un d'entre eux, surtout quand il est une sorte de symbole.


"On va jusqu'aux  deux arbres", c'était la distance minimum à parcourir pour une petite promenade d'aération quand il faisait trop froid pour se risquer plus avant sur la route qui finit en impasse deux kilomètres plus loin, au bord d'un lac. Tout le long un paysage vallonné où alternent petites futaies, champs labourés ces jours-ci avant de se couvrir de blé ou de colza ou de tournesol et la ferme où s’ébattent les oies et les poules en toute liberté. Toujours, les deux arbres nous donnaient accès à une perspective au delà de leurs silhouettes placides.


Et voilà qu'il n'y en a plus qu'un, esseulé. Son jumeau a été abattu par les vents violents qui ont harcelé notre colline ces derniers jours. Il git, lamentable, ses énormes racines rompues, déchirées. L'autre a quelques branches en instance de rupture mais il a résisté. Il faut dire que les labours profonds qui creusent la terre alentour malmènent les racines et toute la tapisserie cellulaire qui leur permet de bien vivre. De sorte que je crains pour la survie de son alter ego.



Bien-sûr, au regard de tous les désastres qui ravagent la planète, c'est un tout petit malheur mais j'ai ressenti une profonde tristesse. La perte d'un ami.

lundi 1 janvier 2018

Une nouvelle année ? On reprend les mêmes ami.e.s et on continue


Trouvé en conclusion du dernier livre de Françoise Héritier paru en octobre 2017 soit un mois avant sa disparition*
"J'ai toujours rendu un culte à l'amitié. En réfléchissant bien, je pense être spontanément plus proche des femmes que des hommes. Du côté masculin, j'ai cependant deux amis à qui je peux pratiquement tout dire pour des raisons et sur des sujets différents (...) Il n'y a guère de plus grande satisfaction que celle d'avoir passé quelques heures dans une conversation à bâtons rompus , pleine de vivacité , de renversements , de tête-à-queue, de retours en arrière, de mots d'esprit, de fous rires, de mines offusquées... avec une amie. Ce sont des moments de grâce et de grande vérité; On écoute, on admire, on compatit, on se confie, on fait confiance, on s'abandonne, on rit de bon cœur, on se moque gentiment, on dit: "tu te souviens du jour où...?" C'est délicieux. Cela dure toute la vie. je ne recherche rien tant que cette simple amitié-là, sans arrières-pensée, sans chausse-trapes, sans ambiguïté, simplement parce que c'est nous et qu'on s'aime. Montaigne avait su trouver les mots justes pour le dire." 

Je vous souhaite une année pleine des riches heures amicales

*Françoise Héritier, Au gré des jours, Paris, Odile Jacob, 2017.Prix spécial du jury, Femina 2017 .

jeudi 21 décembre 2017

Exercices d'admiration

 Pour introduire ce dernier billet de l'année, un peu de musique, justifiant en soi son titre



J'ai emprunté le titre à Cioran, que j'ai lu il y a fort longtemps et pas relu  depuis, sauf aujourd'hui pour me remémorer le contenu dont j'avais du moins retenu que Cioran n'y pratiquait pas une exécration comme à son accoutumée, mais une dissection fine des auteurs qu'il avait choisi d'élire pour cet opus. Bien-sûr sa sélection rassemble une belle brochette de tourmentés.. En sautant de Michaux à Fondane, je m'arrête au très bel hommage du Roumain à Maria Zambrano,  qui me donne furieusement envie de la lire. "Qui autant qu'elle, a le don, en allant au-devant de votre inquiétude, de votre quête, de laisser tomber le vocable imprévisible et décisif, la réponse aux prolongements subtils? Et c'est pour cela qu'on aimerait la consulter au tournant d'une vie, au seuil d'une conversion, d'une rupture, d'une trahison, à l'heure des confidences ultimes , lourdes et compromettantes, pour qu'elle vous révèle et vous explique à vous-même, pour qu'elle vous dispense en quelque sorte une absolution spéculative , et vous réconcilie tant avec vos impuretés qu'avec vos impasses et vos stupeurs".

Une de mes admirations va à  Françoise Héritier qui vient de mourir et on n'a pas sorti drapeaux et cérémonie officielle, toutes choses qu'elle n'aurait sans doute pas souhaitées. Elle est surtout connu pour ses thèses sur la domination masculine.


Mais c'est un autre de ses talents que je voulais honorer ici.  Après "Le sel de la vie, (Odile Jacob 2012), elle avait publié  cette année, une sorte de suite "Au gré des jours" que je lis en ce moment  à petites goulées et j'aime l’honnêteté de ces propos qui livrent par bribes des temps forts, enfouis sous l'épaisseur des jours,  et qui sont autant de petites secousses de plaisir, tant ils activent nos propres minuscules émotions ou nos émerveillements,  un mélange savoureux, entre anecdotes dérisoires et notations profondes.

 Mini florilège :"allier vitesse et prestesse pour attraper une mouche sur la table mais rater quand même piteusement son coup (:50),(...) avoir modérément apprécié une remarque de Lévi-Strauss à son propos: "Vous  avez un esprit d'homme" tout en sachant qu'il y voyait un compliment, mais avoir révéré et aimé cet homme au sage regard d'éléphante matriarche (j'adore ndr), surtout de profil, et qui ressemblait aussi parfois -quand il quittait en douce le laboratoire, courbé en deux, le corps un peu de travers, le pas pressé et le regard un peu en coulisse, notant tout, ne voyant rien - à l'illustre et génial Groucho (:56) (...) se refuser frileusement à tout idée de piercing, de tatouage, de ce qui marque définitivement le corps dans la souffrance acceptée (:59) (...) s'effrayer du nombre de fautes d'orthographe ou de syntaxe relevées dans les mails et les lettres reçus d'étudiants, de gens de lettres et même d'universitaires (60), user de borborygmes affreux et de grimaces au lieu de propos articulés quand on veut empêcher un gamin inconnu de vous importuner davantage qu'il ne le fait dans un train ou ailleurs (: 62). Je conseille cette lecture le matin pour se donner du cœur à l'ouvrage ou le soir pour entrer en toute sérénité dans  la nuit;

Pour conclure quelques pépites tirées d'un de mes philosophes préférés (qui ne se prend pas  sérieusement pour tel et c'est aussi son humilité qui me séduit), Georges Picard. Un très sympathique opus dédié à l'a lecture / écriture., "Cher lecteur" Corti, 2017


Là encore, tout le livre est un délice.:
"La manie d'encenser ou de flinguer un ouvrage en dix lignes ou en deux phrases est insupportable; malheureusement, les choses ne s'améliorent pas avec Internet où les éjaculations critiques des livres sont trop souvent d'une indigence et d'une sottise spectaculaires"..
Aïe, ne suis-je pas précisément en train de commettre ce forfait? En fait je ne publie jamais de critiques négatives à l'égard de livres ou de films. Ce ne sont chaque fois que des exercices d'admiration et tant pis s'ils sont maladroits 
 Les titres des livres de Picard, (tous publiés chez Corti, donnent à eux seuls l'esprit de leur auteur qui use d'une langue à la fois libre et rigoureuse. Un régal.
  •  Brèves Nouvelles du monde, 1986.
  • Variations sur le réel, 1988 (réédité par Corti en 2009).
  • Histoire de l’illusion, 1993.
  • De la connerie, 1994 (essai).
  • Du malheur de trop penser à soi, 1995.
  • Le Génie à l'usage de ceux qui n’en ont pas, 1996.
  • Tout m'énerve, 1997.
  • Pour les yeux de Julie, 1998.
  • Petit Traité à l’usage de ceux qui veulent toujours avoir raison, 1999.
  • Le Vagabond appoximatif, 2001 (essai).
  • Crème de crimes, 2002.
  • Tous fous, 2003.
  • Le Bar de l'insomnie, 2004 (roman).
  • Du bon usage de l'ivresse, 2005.
  • Tout le monde devrait écrire, 2006.
  • Mais dans quel monde vivez-vous, 2007.
  • Le Philosophe facétieux, 2008.
  • Journal ironique d'une rivalité amoureuse, 2009.
  • L'Humoriste, 2010.
  • L'Hurluberlu ou la philosophie sur un toit, 2012.
  • Penser comme on veut, 2014.
  • Merci aux ambitieux de s'occuper du monde à ma place, 2015.
  • Le sage des bois, 2016.
  • Cher lecteur, 2017.
Revenons pour finir à Cioran qui conclut ainsi son livre Exercices d'admiration. Essais et portraits
(...) j'aurais dù choisir n'importe quel autre idiome, sauf le français, car je m'accorde mal avec son air distingué, il est aux antipodes de ma nature, de mes débordements, de mon moi véritable et de mon genre de misère. (...)Or c'est précisément à cause de cette incompatibilitéque je me suis attaché à lui (...)
Aujourd'hui que cette langue est en plein déclin, ce qui m'attriste le plusc'est de constater que les Français n'ont pas l'air d'en souffrir. Et c'st moi, rebut des Balkans, qui me désole de la voir sombrer. Eh bien, je coulerai, inconsolable, avec elle !