lundi 14 novembre 2011

Hubert Nyssen 1925 - 2011

Hubert Nyssen, le fondateur des éditions Actes Sud est parti contempler l'intemporel. Depuis mars, il avait cessé de publier sur son site ses carnets que j'allais feuilleter régulièrement et dont on peut trouver une version papier. J'aimais la personne bien que ne l'ayant approchée que par ses écrits. J'avais sélectionné, il y a quelques temps, dans la galerie du site, cette photo attendrissante.


Leçon de lecture et d’écriture donnée à trois petites-filles par leur grand-père

Vendredi 1er janvier 2010 . La journée se termine mal. J'apprends la mort de Pierre Vaneck. La première fois que je l'ai vu, je crois, c'était sur scène dans Les possédés, la dernière fois, j'en suis sûr, c'était dans Art. La dernière fois que nous l'avons rencontré, c'était à Ménerbes. Il était infiniment secourable pour ses amis, quand il avait appris que je souffrais d'un dysfonctionnement respiratoire il m'avait tout de suite obtenu un rendez-vous avec un professeur de sa connaissance. Nous devions nous revoir bientôt… Je voulais lui parler d'Anvers où jadis nos pas se sont croisés. Ce sera donc dans la galerie des souvenirs. Là, j'entendrai à nouveau les mots qu'il retenait et proférait soudain. Je retrouverai cette impression, qu'avec patience et temps nous aurions eu beaucoup à nous dire sur le bonheur d'être là, sur la vie précieuse qu'un rideau vient de faire disparaître à la vue. En allant voir sur la toile ce qu'on disait de lui, je suis tombé sur ma propre notice. Sous mon nom, cette notice en suspension : (1925 - ). Un blanc à remplir comme il vient de l'être dans la sienne.
Hubert Nyssen Textes et Carnets

33 commentaires:

JEA a dit…

M. Halter :
- "Un ami est mort. Est-il mort ? Pas encore."

B. Chapuis :
- "D'ailleurs, si les morts mouraient, que deviendrait-on ?"

Montaigne :
- "Et que la mort me trouve plantant mes choux, nonchalant d'elle
et plus encore de mon jardin imparfait."

zoé lucider a dit…

@JEA, merci de ce florilège, bel hommage d'un homme subtil à un homme délicat.

Dominique Hasselmann a dit…

Oui, perte d'un homme délicat et grand éditeur.

Ses livres restent des signets marquant son passage élégant ici sur cette terre friable.

Anonyme a dit…

Le délicat éditeur :

http://blog.agone.org/post/2011/10/20/Concentration-capitalistique-dans-l-%C3%A9dition-la-methode-Actes-Sud#rev-pnote-644988-8

Aheum.

Les lauriers, sont pas chers, cette année ;))

Nina.

zoé lucider a dit…

@DH, terre friable,c'est sûr.
@Nina, rahhh Agone, le dépisteur des indélicats. Oups, je ne connaissais pas cette dimension d'Actes Sud. Sans doute ai-je pu être abusé par le personnage. Ce n'est pas si simple cependant d'inventer d'autres relations dans le cadre du capitalisme (ou d'autre vocabulaire hélas!).

Lavande a dit…

Très belle cette photo du grand-père et de ses petites filles. Il se trouve que le blog "la feuille charbinoise", qu'écrit mon frère, parle précisément de "notre" grand-père, à propos de la guerre de 14. Les souvenirs que j'ai de lui ressemblent à la douceur de cette photo.

Depluloin a dit…

Oui, heureusement que cette photo est là.

(Et moi qui évite soigneusement la rubrique nécrologique du Monde...)

patrick.verroust a dit…

Ni scène, ni pleurs ostentatoires, il reste quelques livres qui auraient pu ne pas être. Ils avaient du fric assez pour se régaler en bergerie. Ils s’amusèrent à prospérer dans la culture dont quoiqu'on dise, on est friand!

Adieu, le patriarche sud! Il sut se glisser dans le royaume des prix. Le mot de passe est hokey, il vient de changer en ceconur

Frederique a dit…

Un billet "optimiste" en somme... que d'hommes et de femmes sont présents et passeurs. Ne mettons pas en avant les tronçonneurs.

É. a dit…

Rip.

zoé lucider a dit…

@Lavande, plaisir de vous retrouver dans les commentaires. la relation grands parents petits enfants est une des plus douces (quand elle l'est!!!)
@Depluloin, je n'abuse pas des rubriques nécrologiques moi non plus.
@PV, l'article d'Agone n'est pas tendre. Il faudrait pouvoir se rendre compte par soi-même. En tout cas, je suis reconnaissante à l'éditeur pour Nancy Huston ou Paul Auster entre autres
@Frédérique, optimisme est un peu fort :-)
@É, oui.

Sophie K. a dit…

J'aimais bien Vaneck, aussi...
(Mot de passe "calint", cool la Machine Blogger, merki... :0)

versus a dit…

Quelques amis auteurs publiés pas Nyssen...alors!?

Clopine Trouillefou a dit…

Ah ! Votre billet est si bien fait, Zoé, si juste, pertinent et joll, et la personnalité que vous évoquez est si attachante, que je m'en suis fait le relais chez Assouline; Après avoir cliqué (trop rapidement, comme toujours !) je me suis dit que vous pourriez peut-être estimer avoir due être consulté avant ?

Mille pardons si c'est le cas, et fort bonne journée à vous. Les éditions Actes Sud sont une formidable maison...

Anonyme a dit…

Il faut peut-être rappeler que Nyssen est un ancien de la pub et que son génie ne réside pas vraiment dans l'édition, mais bien dans le marketing. Ainsi il en va du format (10x19) qui est la signature de la Maison : le format pour sac de dames, imprimé sur papier vergé.

Ici, Hubert Nyssen.
<...>
Arles, 13 décembre 2004 – Ce matin a commencé chez Actes Sud, la « grand messe » trimestrielle pour les représentants. J’ai tenté de leur faire comprendre que les remous provoqués par le « Goncourt » ne devaient pas leur faire oublier la fragile et subtile sécrétion d’idées dans Le sous-texte de Jean Duvignaud ou dans une certaine idée de l’Europe de George Steiner, de « petits » ouvrages à paraître en mars. Et par là j’ai tenté d’apporter de « petits » éblouissements à ces gens auxquels, pendant une semaine, on fait ingurgiter les argumentaires relatifs à un nombre considérable d’ouvrages. Actuellement la cadence moyenne de production est d’un titre par jour, oui, plus de 300 par an.
<...>

Il donne presque l'impression qu'il est victime du système :-)
À raison de 350 livres par an, il est difficile d'échapper à la logique de grand groupe comme la maison le prétend. Pour un Duvignaud et Steiner, combien de livres pour dames avec sac ?(!)
Non, vraiment, confondre grande maison d'édition avec génie du marketing, c'est contrariant.

ArD

Capucine Tsaganos a dit…

j'apprend la nouvelle grâce au lien de Clopine et je suis un peu triste, grâce à son travail, tant d'auteurs ont vu le jour et on rencontré des lecteurs. Merci Zoé pour ce billet.

Sophie K. a dit…

Allez, on fait péter les scores pour un internet libre !

PhA a dit…

J'aime pas les éditeurs qui meurent.

Anonyme a dit…

À Sophie K.

Je viens de « signer », en tendant le dos, car j’avais un mauvais souvenir d’Avaaz. Et ça n’a pas manqué, dans l’accusé de réception, composé dans un corps plus petit que le corps du message, on lit qu’« on peut se désinscrire ». Bref, on est inscrit d’office à une liste. De même, l’injonction « Envoyez le courriel ci-dessous à vos amis et à vos proches, et postez ce lien sur votre mur Facebook » me suppose acceptant ce qu’est fesse bouc.

Quelles sont ces méthodes ? Du coup, il est hors de question que je fasse suivre. Y a-t-il une autre adresse (correcte) où se signe cet appel ?

Désolé si ça semble parasiter le fil, mais n’est-ce pas important ?

Karl-Groucho D.

zoé lucider a dit…

@Sofka, Vaneck, mmmh moi zaussi.
@Versus, alors, oui.
@Clopine, vous faites comme vous le sentez et c'est bien. Il y a peu de chance que les habitués de RDL se déversent ici.
@ArD, Actes Sud était une petite maison au départ, si je me souviens bien. Ensuite Nyssen a eu des bonheurs d'édition, puis sa fille a repris le flambeau. Evidemment le changement d'échelle présente des risques. Ce n'est pas parce qu'on a travaillé dans la pub qu'on devient infréquentable. D'ailleurs il en est parti. Enfin bref, sans doute avez-vous raison, mais j'aime bien la personne et j'aimais lire ses carnets.
@Capucine, bienvenue, revenez quand vous voulez.
@Sofka, déjà fait
@PhA, la mort est une vieille pie.
@Karl Groucho, à ma connaissnce on peut signer sans envoyer ailleurs. le texte suggère de faire comme Sophie, faire tourner, pas plus; Et oui, on reçoit ensuite des alertes, mais on n'est pas obligé de tout signer.

Anonyme a dit…

Je ne critiquais pas le bonhomme en tant que tel dont j'aimais beaucoup lire les carnets. Je signalais simplement une forme de dérive : le mythe que génère cette maison d'édition.

Il est des maisons d'éditions autrement plus décevantes par les temps qui courent : le positionnement de Léo Sheer sur le dernier bouquin de Nabe, par exemple.
_
ArD

É. a dit…

Idem, chère K. Ces petits arrivistes sont potes avec Julien Trudeau, un vrai de frais fils de facho qui rêve de dépasser papa et qui semble en voie d'y parvenir !

Vinosse a dit…

J'ai pas signé la pétition avaaaaaz, pasque j'en signe plein d'autres sur d'autres sujets et je ne voudrais pas m'imposer ...
Par contre je fais pas une maladie passequ'avaaaaaaaz a conservé mon adresse ... Je signe, je signe pas, je fous à la poubelle, on fait ça en 3 secondes au plus... pas de quoi fouetter ...
Jouer les indignés pour si peu ...
C'est pas pire aussi que d'aller baver chez assouline ...

Comédia, comédia ...

zoé lucider a dit…

@ArD, de Léo Sheer, j'avais eu quelques échos peu reluisants (Hyrock Nicolaï La Russo)
@E, vous en savez des choses que nous ignorons!
@Vinosse, on signe où on veut ou pas du tout, c'est un choix. Moi, je vais signer de moins en moins, j'apprends toujours une arnaque derrière.

Sophie K. a dit…

@ Karl : la première fois que j'ai signé, je n'avais effectivement pas fait gaffe, mais contrairement à d'autres (dont Médiapart, tiens, dont je ne réussis plus à couper les kilomètres de mails intempestifs et récurrents !), on peut se désinscrire sans problème d'avaaaaaz. Mais c'est vrai qu'il faut faire attention. Là, ils m'ont envoyé un courrier de confirmation en me demandant si je n'avais pas changé d'avis pour les mails. Pas répondu, j'ai pas changé d'avis, je ne veux plus de mails d'annonces de qui que ce soit.
Mais sinon, je plaisantais, comme le dit Zoë, on fait comme on veut pour les signatures, et on fait tourner si on veut. :0)

Sophie K. a dit…

@ Eric : savais pas, flûte... mais bon, le plan censure des Ricains étant quand même badaboum, faut se faire entendre un chouïa, et une grosse pétition comme ça peut le faire.

Sophie K. a dit…

PS : et j'ai toujours pas Face de Bouc, perso... :0)
(Sinon, en vrai, je suis remontée comme une pendule contre tous ces pignoufs, cette crise de m... et le reste. Signer m'a aidée à me défouler un brin.)

Sophie K. a dit…

@ Karl-Groucho : j'ai trouvé celle-là, sinon (en anglais) :
Petition Stop SOPA Stop Online

Sophie K. a dit…

Pardon Eric : Pour les potes de Trudeau fils, tu parlais des mecs à l'origine de la SOPA, pas d'avaaz, c'est ça ? (Chuis crevée, j'ai rien compris, mes z'excuses les plus plates, hahahaha !)

Tania a dit…

"Lira bien qui lira le dernier" : j'ai sorti de la bibliothèque sa "Lettre libertine sur la lecture" à mademoiselle Esperluette pour y glisser sa notice nécrologique dans La Libre Belgique: "Hubert Nyssen. Ecrivain. Fondateur des Editions Actes Sud". Il y parle si bien du temps de lire. Je lisais parfois ses Carnets en ligne.
En entendant la nouvelle de sa mort, je me suis promis de relire "Quand tu seras à Proust, la guerre sera finie", où il m'a semblé si proche.

chantal serriere a dit…

Si jolie photo!

Anonyme a dit…

Merci à Sophie K.!
Karl-Groucho

zoé lucider a dit…

@Sofka, mouahahah! Tu renouvelles l'exploit de poster un lien sur blogger. J'avoue avoir oublié ta leçon magistrale.
@Tania, je ne connais pas cette lettre et me promet de la trouver. Libertine qui plus est.
@Chantal Serrière, oui, je l'avais repérée depuis longtemps.
@Karlito,:-)