samedi 7 septembre 2019

Une insolente inspirante.

Un livre  pour découvrir une femme extraordinaire dont la vie qu'elle souhaitait "magique" a été entravée par la violence de la dictature turque qui a voulu l'annihiler et n'y est pas parvenu, du moins pas encore parce que la menace continue de peser sur elle.
Une jeune fille grandie dans une famille stambouliote, père et mère aux idées progressistes et dont l'éducation très permissive, au sein d'un univers peuplé d'artistes et d'activistes a autorisé Pinar et sa sœur à explorer leur liberté tout en se consacrant à leurs études et à de multiples activités associatives.
"Je me souviens des remontrances faîtes à ma mère et à mon père, même devant nous:"Vous les gâtez trop, ensuite elles seront faibles, elles ne pourront pas s'en sortir dans la vie. " Mais mes parents n'écoutaient guère. En réalité, ils n'étaient pas du genre à nous gâter. Car entre nous il y avait du respect mais pas de distance. Nous étions sans cesse dans les bras les un.es des autres. Même à l'âge du lycée. Ils nous aimaient, leurs comptines et leurs paroles fleuraient l'amour. Nous ne sommes pas devenues faibles. Je pense que la force d'expérimenter l'immensité de l'amour repousse les frontières. Du moins c'est ainsi que je l'ai vécu."
Faible, Pinar ne l'est certainement pas. Elle a débuté sa vie en partageant volontairement le sort des enfants de la rue avec les dangers qu'une femme encourt dans ces contextes de violence mais l'empathie qu'elle a manifesté à ces exclus lui a valu d'être particulièrement protégée en toute circonstance. Elle crée des ateliers d'artistes des rues pour permettre aux marginaux (SDF, transgenres et autres proscrits) de s'exprimer et même de tirer quelques moyens de survie de leurs productions. Elle dit qu'elle s'est construite grâce à cette période .
 Ce sont ses travaux sur la communauté kurde -elle est sociologue- qui lui valent  la torture  et la prison. Ses travaux universitaires sur le mouvement armé kurde sont la pierre angulaire qui va transformer totalement sa vie. Le 11 juillet 1998, elle est enlevé par des policiers en civil et on lui intime l'ordre de donner les noms de ceux qu'elle a rencontrés au cours de sa recherche. Comme elle refuse elle est soumise à une série de sévices épouvantables pendant deux semaines, dont elle sort le corps brisé. Elle est jetée en prison accusée d'un attentat qu'elle aurait organisé et qui avait fait plusieurs morts à la suite de l'explosion d'une bonbonne de gaz. En prison elle découvre la solidarité féminine. Ses co-détenues  massent ses membres meurtris et  la soutiennent pendant tout son séjour qui durera deux ans et demi. En dépit de l'avis des experts qui avaient diagnostiqué une explosion accidentelle, et à cause du témoignage fabriqué d'un "repenti" la désignant comme l'instigatrice de l'attentat, elle est maintenue en prison jusqu'à son premier procès qui se solde par un non lieu. Elle retrouve la liberté -sous caution - au bout de deux ans et demi.
L'expérience de la torture et de la prison ont entamé sa santé physique et psychique "Ma force psychologique n'est plus la même. je suis plus facilement atteinte par les événements, j'ai des insomnies, des angoisses. Je fais plus d'efforts qu'avant. Je ressens une très grande fatigue émotionnelle. 
Plusieurs procès ont lieu qui se soldent chaque fois par une relaxe suivie d'un pourvoi par le ministère de l'intérieur. Les médias de droite la harcèlent d'articles injurieux, menaçants.
Pinar a repris ses activités militantes et crée avec de nombreuses femmes : militantes kurdes et arméniennes, amies transsexuelles et prostituées, journalistes, artistes, chanteuses, danseuses, une coopérative culturelle , Amargi ("Liberté" en langue sumérienne).
Son engagement féministe est entrelacé avec d'autres formes d'activisme : écologique, antimilitariste, pacifiste et de façon globale tout système de domination qui produit des gagnants et des perdants, de l'arrogance d'un côté, de l'humiliation d'un autre. De la haine qui mène par exemple à l'assassinat de son ami Hrant Dink, dont la femme lâche symboliquement des colombes lors de son enterrement et évoque l'assassin de son mari : "Il fut d'abord un enfant . Nous n'arriverons à rien avant de savoir comment cet enfant a pu devenir un meurtrier". Pilar entame une recherche sur le service militaire pour comprendre ce qui"transforme un enfant en meurtrier"
L'acharnement du ministère public se maintient et menace de renvoyer Pilar en prison de façon préventive en attendant son nouveau procès. Elle a alors 38 ans (2009) et elle part avec une simple valise  pour ne pas éveiller l'attention. L'exil commence qui dure jusqu'à ce jour.
Elle restera quelque temps en Allemagne mais choisira la France dont elle connaît au moins les rudiments de la langue et  la culture.
Une nouvelle période s'ouvre qui lui offre l'opportunité de rencontrer l'homme avec qui elle partage sa vie, d'entrer à l'université comme maître de conférences associée et de partager la vie de mouvements féministes et pacifiste. Elle obtient la nationalité française
Ce livre qui mêle le texte d'accompagnement de Guillaume Gamblin et de larges extraits des entretiens qu'il a menés auprès de Pinar et des extraits de ses écrits est d'une particulière intensité. Non seulement parce que le courage et la détermination de cette femme sont exceptionnels mais ses propos recueillis sont d'une grande qualité par la profondeur et la diversité de sa réflexion sur les différentes phases de sa vie, ce qu'elle en a appris sur le monde et sur elle-même. Elle vit toujours sous la menace de tueurs mandatés pour supprimer les opposants au régime turc. Cependant elle s'applique la philosophie de Gramsci "le pessimisme de l'intelligence et l'optimisme de la volonté".
Continuer à résister mais jusqu'à quand ? "Car il est fatigant de lutter tout le temps. Comme plusieurs, je me sens blessée et épuisée. Je rêve d'une vie qui ne m'oblige pas à lutter sans arrêt, à résister, à m'inquiéter. Mais c'est comme ça. Soit je vais continuer à subir et à m'habituer à la torture, soit je vais résister. La vie est courte. je le sais bien mais je voudrais au moins faire croître l'espoir. Je lutterai donc jusqu'à la fin...
Ce que je retiens de ma vie ? Dans ces chemins d'espoir, on fait des rencontres magiques, on tisse des amitiés profondes, on apprend à partager, à aimer, à voyager.
C'est la création du bonheur".
  
    

3 commentaires:

patrick.verroust a dit…

Une âme d'acier sous un régime de fer ....

Dominique Hasselmann a dit…

Le régime d'Erdogan est une dictature avec laquelle le gouvernement français entretient, après l'Allemagne, les meilleures relations. Il est réconfortant de voir que malgré cette situation, il existe encore des voix pour s'opposer à cette inhumanité.

Zoë Lucider a dit…

@Patrick et des yeux de velours
@DH, tous les tyrans se tiennent par la barbichette.