lundi 23 janvier 2012

La Sorcière s'invite dans la Présidentielle



Le prétendant PS à l'investiture vient de faire une démonstration éblouissante du fameux proverbe "Ne te fies pas au gros minet qui a l'air de dormir. Quand il se réveille, tu te retrouves avec un dragon sur les genoux". Il faut les entendre les UMPistes, enclins au psittacisme, qui répétaient ilapaslesépaules, saisis de stupeur, bégayer meuh, cénulckidit, cépôpossib, et rameuter des has been comme le Séguéla (carbonisé depuis sa saillie à la Rolex) pour kommenter sur les ondes "la forme ok, il était en pleine forme, mais le fond n'a pas de fond, vu que dire que l'ennemi c'est le financier félon c'est juste "idiot" (sic, mais largement repris par nos perroquets aux ordres).
La Sorcière se marre.
Pendant ce temps là, le challenger (non officiellement déclaré) était promené en bateau dans une de ces contrées sauvages, civilisées par nos soins et qui a ainsi échappé à la stagnation temporelle. (Je me comprends). Il y promettait la chasse à l'orpailleur : "toutes les prises d'or aux orpailleurs clandestins seront consacrées aux investissements pour la forêt, pour ses habitants et ceux qui sont loin de Cayenne". Les sommes seront réinvesties "pour l'électricité, l'eau potable, les infrastructures dont vous avez besoin".La Sorcière s'esclaffe.
Donc, les uns sont très énervés, ils viennent de s'apercevoir que leur concurrent a tourné un double six alors qu'ils n'ont pas même réussi à dégager de la case départ, les autres sont euphoriques, mais devraient tempérer leur exultation parce que ce n'est pas gagné.
La Sorcière, modestement, propose ici quelques petits trucs utiles pour éviter la lourde gueule de bois des lendemains désenchantés.
Rassembler "la grande famille", c'est bien, mais éviter qu'elle ressemble aux Corleone.
Être un leader, pourquoi pas, puisqu'on n'a pas encore évacué ce délire de l'imaginaire collectif, mais tenter une formule un peu plus neuve, du genre animateur de réseau des intelligences réparties sur le territoire. Oublier le Château d'où tombent les diktats et le remplacer par le cercle de musique d'un chef d'orchestre sensible à l'harmonie.
Ne pas simuler la parité mais l'installer derechef (si j'ose dire). Ce n'est pas seulement justice, c'est également judicieux parce que les cerveaux féminins carburent aussi bien (voire mieux, bon un peu de parti-pris de la Sorcière) que celui des mâles, déjà tous dans les starting blocks pour s'emparer des maroquins.
S'entourer de compétences qui ne se sont pas (loin s'en faut) développées sous les stucs des Palais républicains mais au plus près des vraies gens. Merci de renouveler le personnel et notamment de rajeunir les troupes.
Enfin et surtout, puisque la grande question va être de réduire les déficits, quelques suggestions *:
- revendre l'avion sarkozien et tout le fatras installé pour complaire au mégaloprez (259millions).
- revenir au budget antérieur de l'Elysée passé de 32 à 113 millions (voire le réduire encore).
- éviter l'escorte de paranoïaque (environ 1000 policiers à chaque fois 450000 euros par déplacement à raison de 3 ou 4 par semaine, ne parlons pas des occurrences dans ces zones infestées de crocodiles que nous évoquions plus haut.)
- revoir à la baisse les largesses consenties à tous nos petits messieurs (et dames) qui une fois qu'ils ont posé leurs fesses dans un fauteuil étiqueté "service de la République" sont abonnés à des rentes insensées.
- plafonner les niveaux de rémunération qu'un quidam, fut-il bourré de talents peut espérer tirer de sa position. Il doit exister un RMA (revenu maximum autorisé).
- revoir la grille d'évaluation des salaires en fonction de l'utilité réelle. Et je reprendrais volontiers les propositions d'une autre sorcière que je cite : Boulots les mieux payés: éboueurs, travailleurs à la chaîne, infirmières, aide-soignantes, femmes de ménage, dames de la cantine, maçons, conducteurs de métro, de bus, constructeurs de routes, vidangeurs, agents d'entretien, caissières.... Boulots payés au smic: présentateurs journaux télévisés, footballeurs en 1ere division, directeurs d'instituts de sondage, etc. Ajoutons ingénieur en balistique inventant les armes super sophistiquées, traders, publicistes et autres bonimenteurs, etc.
La Sorcière est hilare.
Nos agités de la volière ergotent que l'urgence serait de rassurer les marchés. Alors que l'urgence c'est de redonner de l'énergie et de l'espoir aux forces vives de la République.
A vous de voir, chers prétendants. La Sorcière vous conseille d'écouter ce petit air qu'elle chante parfois pour se donner du cœur à l'ouvrage. Qui sait, cela pourrait vous en donner itou.

*les chiffres sont tirés de "L'argent de l’État, un député mène l'enquête" René Dosière, à paraître en février et à retrouver dans "Les bons comptes font les bons ennemis" Siné mensuel de janvier
La Sorcière s'invite dans la Présidentielle

jeudi 19 janvier 2012

La lucidité de l'homme qui rêve.

Couverture de l'ouvrage de Philippe Ségur, "Le Rêve de l'homme lucide" (Buchet-Chastel).



"Vous semblez avoir une façon assez machiste de traiter les femmes, on dirait.

- Vous semblez avoir une façon simpliste de lire un livre, on dirait.
(...)
Je décris l'état moral d'un individu de genre masculin à un moment donné de sa vie dans une certaine société à une certaine époque. Je ne connais pas les lois générales, les vérités abstraites, les doctrines définitives. Je ne sais pas ce qu'est le machisme. Le machisme est votre problème, madame. Mais je suis prêt à vous aider à le régler.
(...)
Elle aurait eu besoin d'un macho dans mon genre, cette féministe au ventre dur. Un macho dont le paternel imposait sa loi à sa famille, interdisait à sa femme de travailler, comptait l'argent qu'il lui donnait de la main à la main comme un souteneur, comme un colon à sa domestique, passait ses week-ends devant la télé à regarder des matches, ne s'occupait pas de ses gosses sinon pour exiger leur respect et cognait son fils à coups de poing sur les épaules, là où ça ne laissait pas de traces, mais d'autres bleus inguérissables.
Oui, c'était un type dans mon genre qui lui aurait fait du bien. Un macho de la seconde génération qui plaçait haut la délicatesse, la subtilité et la sensibilité féminines, qui aimait les femmes pour ce qu'elles étaient et qui était féminin lui-même pour autant qu'il avait compris ce que cela voulait dire. Plutôt la tendresse que la force, la communion que la domination, l'union que la jouissance. Mais comment lui expliquer ? Elle semblait considérer qu'on ne pouvait réussir qu'en marchant sur la gueule des autres et qu'on avait toujours raison du côté du canon - tout comme chez les hommes, d'ailleurs, chez lesquels elle l'avait appris. Aussi n'avais-je rien à lui dire, car je n'étais ni de son côté ni de l'autre, mais ailleurs" (*)

Philippe Ségur. Le rêve de l'homme lucide. Buchet Chastel.

Si vous ne connaissez pas l'humour et la mélancolie de Ségur, commencez d'emblée par son dernier né, il est de mon point de vue le plus violent et le plus doux. Si vous n'avez aucun goût pour les introspections déchirantes qui vous font douter de vos choix de vie, voire de votre existence propre, il vous y engagera pourtant à ses côtés car les questions que son personnage se pose, les hallucinations et les rêves qui le bouleversent sont la figure inversée de la réalité d'un monde qui ne laisse plus aucun espace d'invention de soi, où le je du jeu social est le fantôme en creux de tous les moules où se trouvent comprimée notre chair et torturée notre âme. Attention nulle moraline sous la plume de Philippe Ségur, plutôt le rire fécond de celui qui ne craint plus rien : il sait qu'il n'y a pour vivre pas d'autre choix "que de mettre un pied devant l'autre".

(*) extrait choisi en spéciale dédicace à JEA.

A la rencontre du poète Philippe Ségur

samedi 14 janvier 2012

Toute la musique que j'aime

Grecs d'Asie Mineure

Je n'invite pas souvent la musique sur ceblog et en particulier je n'use et n'abuse pas des vidéos. Ce n'est pas que la musique me soit étrangère mais plutôt que je trouve plus difficile de la mettre en partage.
Or, ces derniers jours, la musique klezmer s'est invitée à plusieurs reprises dans ma bulle de sons. Clopine proposant une version klezmer de la gymnopédie n°1 d'Erik Satie et considérant qu'ainsi interprétée, elle est moins "dormitive". Je proteste, Satie c'est du piano pur. Mais voyez ou plutôt écoutez vous-même et peut-être serez-vous de l'avis de Clopine. Ce n'est pas pour autant que la musique des Juifs ashkénazes ne me touche pas. Oh mais non.
Kara en commentaire de mon précédent billet annonce un concert ayant lieu à Bordeaux avec un avant goût très mélancolique, j'y ajoute un morceau plus enjoué. Magnifique non ?
Je lui répond que j'aime beaucoup John Zorn, saxophoniste mais surtout compositeur, écouté plusieurs fois à Marciac et dont le jazz est empreint de résonances klezmer.
Dans la foulée j'écoute un enregistrement d'Itzak Perlman, rencontrant d'autres orchestres et je pense soudain que je n'ai pas assisté à beaucoup de mariages mais ceux de deux amies juives étaient animés par un orchestre jouant de la musique klezmer.
Regardant la vidéo, je me revois dans l'ile d'Alonissos où j'ai passé quelques mois, hébergée par des pêcheurs dont l'un jouait délicatement, avec ses grosses mains abimées par le filet et le sel, au violon, le Rebétiko *. C'était un rebétiko d'origine d'Asie Mineure, l'ïle est très proche de la Turquie et a accueilli beaucoup de réfugiés de la guerre gréco-turque. Cette veine là fait une place importante au violon. Notre pêcheur remplaçait tout un orchestre grâce à sa fougue, les femmes reprenaient en chœur les refrains. Nous nous tenions sur la langue de béton qui servait de terrasse avec tout au bout une jetée où étaient amarrés les trois caïques de la grande famille qui vivait là, installée dans une crique. Tous les matins en me levant, je clignais des yeux tant la lumière était à la fois douce et violente sur la mer à perte de vue. Je revois le vieux gardien de chèvres, âgé de 80 ans, qui s'arrêtait à la taverne tenue par la femme du violoniste, et m'invitait à danser (grand honneur, les hommes grecs dansent le plus souvent entre eux) au cours de ces concerts improvisés (dont il était friand et qu'il réclamait si Panayotis ne s'y mettait pas spontanément), Il était chaussé de sandales en pneus dont les lanières de tissu remontaient en croisant jusqu'aux genoux et pourtant j'avais du mal à le suivre avec mes jeunes jambes de 20 ans (que serait-ce aujourd'hui!).
Toutes ces musiques ont en commun de remplir de bonheur des gens ordinaires qui dansent et chantent ensemble, alors que la vie par ailleurs ne leur fait pas de cadeaux. Klezmer, Jazz, Rebetiko, le génie du peuple avant tout.

*C'est cet extrait qui me parait approcher au mieux la musique de Panayotis, tout en étant moins gai et enlevé.Lien
Ci-dessous les liens actifs de mes visiteurs ou les ajouts qu'ils m'inspirent. N'hésitez pas à allonger la liste.
JEA Krole, David Krakauer
Une conférence sur la musique klezmer par Denis Cuniot. Merci Mireille
A Stickele Broït, Par Meshouge, Live in Bordeaux. Merci kara

mardi 10 janvier 2012

La ressourcerie de Zoë


Les ressourceries ont pour rôle de récupérer et valoriser les objets abandonnés. Compte-tenu de la vitesse de péremption de l'information, et en raison de mon goût pour la transmission, cette rubrique remplacera le vent des blogs qui ne souffle plus beaucoup ces derniers temps pour cause de cessation d'activité de la corsaire. La ressourcerie accueillera donc les pépites que j'aurais jugées dignes de faire un petit tour de piste supplémentaire, en vitrine sous l'arbre. Ceux et celles qui me font l'amitié d'une visite partageront ainsi avec moi les rires ou les colères qu'elles auront suscités. Bien entendu, cette activité de glaneuse se fait beaucoup au moyen des liens qu'on trouve à l'affiche ici même mais pas que. L'exercice me permet de vous offrir le mariage de la carpe et du lapin, soit un brouet éventuellement indigeste. A vous de juger.

« Personne ne comprendra et peut-être ne croira que quand je suis vivante, c’est-à-dire quand je fais de la musique, lis, peins ou m’intéresse aux gens qui le méritent, mon mari est malheureux, inquiet et en colère. Mais quand je lui couds des blouses, recopie ses textes, accomplis toute une série de corvées et me fane doucement et tristement, mon mari est tranquille, heureux et même gai. Et voilà ce qui me brise le cœur ! »
Il ne s'agit pas d'une confidence personnelle (quoique...) mais d'un extrait de "Ma vie " de Sofia Tolstoï dont Tania a magnifiquement résumé le propos comme elle le fait régulièrement dans son blog riche et délicat. Il semble qu'un siècle plus tard, on n'ait toujours aucun mal à la croire.

Un peu d'humour noir : peut-on privatiser les funérailles de Maggie.

Une colère noire : les mots manquent pour qualifier ce que JEA, a débusqué dans la jungle des publicitaires, les plus grands pollueurs de nos cerveaux trop disponibles. J'ai hésité à reproduire ici l'image incriminée parce que criminelle mais je crains trop que vous ne passiez à côté de ce pur déchet qui n'est recyclé ici que pour mieux l'envoyer dans les poubelles du diable



Banaliser l'horreur pour qu'elle se réinstalle sans que personne ne bouge, comme on peut le craindre en Hongrie, même si la monstruosité de la Shoah semble indépassable.

Pendant ce temps là, les affaires continuent et les niches fiscales se font accueillantes aux ploutocrates. Voyez Total.

Je n'avais pas l'intention de proposer des tartines de fiel, et voilà, ma première ressourcerie est tout sauf une doucerie.

Vais-je oser pour finir vous offrir, avec l'accent québecois, ben ouais, une série de constats indéniables dont la conclusion peut sembler un peu mièvre et pourtant, y'a bien que ça à faire, et sans attendre.

L'illustration, c'est l'ami Lamy qui me l'a fournie, merci à lui. Il parait que Lee Friedlander est un de ses maîtres. On comprend pourquoi.

vendredi 6 janvier 2012

Brève rencontre

Un jour parmi ces jours, un type que je n’avais vu qu’une fois, dans un de ces raouts commercialo - artistiques ou l’inverse, s’est trouvé assis à la table proche de celle où je dégustais un petit noir. Je tentais de me remémorer le lieu, on y discourait sur les ressorts de l’hallucination qui dépassent de très loin ceux de la plate réalité, dont on conviendra cependant qu’elle dissimule son pesant d’hallucination. Divers adeptes de l’exercice nous livraient des éclats de leur jeu de miroir. Une petite tribu de zélotes relançait aimablement la chaîne des mots.

Bref, cet homme, avec qui j’avais échangé quelques commentaires sur les aléas de la rencontre entre émetteurs et récepteurs, s’en est souvenu.

Je le fixais un peu obstinément, prise par le jeu de mes neurones cherchant à remonter la piste.

Je le reconnaissais, mais ne parvenais pas à reconstituer le décor.

Sensible à mon regard sur son profil, il s’est tourné vers moi. J’ai esquivé prestement en reprenant ma tasse en main. Il a dit sur le ton le plus plat la date et le lieu. Puis il s’est invité à ma table, m’a tendu la main.

« Bonjour »

Après quelques mondanités embarrassées, nous allions passer aux aveux.

Que dire à un inconnu, dont vous n’avez partagé qu’un petit laps de temps, un de ces jours de frottement entre inconnus.

Très vite, il vous sera demandé sur quelle case de l’échiquier vous tenez vos deux pieds fermement arrimés. Êtes-vous marié (e) ? Si oui avec enfant (s) ? Comment vous débrouillez-vous avec l’argent, la carrière, la notoriété, la gloire ?

Il s’est mis à rêvasser, en me prenant à témoin, sur le vertige des enseignes, reflétées par les pare-brise des voitures se languissant sous la pluie.

C’était justement ce qui m’avait absorbée avant qu’il ne prenne place à mes côtés.

J’ai aimé cette pause complice.

Alors que nous nous délections en silence du jeu des couleurs découpées sur les profils blafards des conducteurs, une jeune femme est passée en travelling sous nos yeux, revêtue d’un trench- coat caramel, les cheveux séparés en longues mèches dégoulinantes. Elle a emprunté le passage piéton et mon comparse s’est attardé sur sa silhouette.

Et moi donc ! J’ai failli me jeter hors du Café, mon esprit l’a fait. Il est allé se placer face à cette femme, ce fantôme à nouveau incarné. Mon corps n’a pas émis un soupçon de ce transport.

L’homme m’a achevée.

- Si on s’abandonnait à nos penchants, on suivrait chaque jour une nouvelle femme. Chaque jour, une mystérieuse vous sollicite. Hélas, on ne peut se permettre une telle fantaisie. Hélas ou heureusement, nous ne sommes pas des héros.

La plaie de l’humanité, c’est le personnage du héros. L’héroïsme consiste, sous le prétexte de l’exemple, de l’émulation des masses amorphes, à renoncer à sa propre vie pour atteindre une notoriété éternelle.

Nos héros modernes conjuguent tous les talents y compris d’échapper à la sanction du sacrifice. Ils meurent en bonne santé, jusqu’à leur dernier souffle entourés d’aréopages d’assistants chargés de déguiser leur agonie en théâtre de la dignité (…)

(J’éviterai de signaler mes maigres ponctuations propres à encourager le propos de mon improbable partenaire.)

- Ce dernier siècle aura vraiment été encombré de « héros ». Toute forme de manifestation donne désormais lieu à ces élections dérisoires qui placent sur des cous fragiles la pesante couronne. Les héros sont fatigants.

(…)

- Nous avons aboli la royauté et nous avons remplacé le Roi Soleil par l’Empereur Nucléaire, nous sommes bien avancés !

(…)

- J’ai tendance à parler tout seul. Je ne sais plus pourquoi je me suis lancé. C’est un peu goujat de ma part, excusez-moi. Je ne sais pas, cette femme qui passait…

Ne vous méprenez pas, Je ne suis qu’un rêveur immobile. Et bavard. Je suis un solitaire qui n’a pas tout à fait renoncé au plaisir du soliloque partagé.

Il s’est levé, m’a tendu la main

- C’était un plaisir de vous rencontrer. Vous avez une belle voix.

Je n’avais pas prononcé dix mots.

Extrait de La voisine. (inédit)

Illus Pochoir sur un mur de Paris