lundi 29 novembre 2010

Haïti, "la fête électorale"


Il faut arrêter cette mascarade. Saccages, jets de pierres..., les élections dégénèrent. Douze candidats à la présidentielle appellent à l'annulation du scrutin pour «fraude»
.(...) Douze des 18 candidats ont réclamé dimanche l’annulation du scrutin en cours, ont dénoncé dans une déclaration commune «un complot du gouvernement et du Conseil électoral provisoire (CEP) pour trafiquer les élections au profit du candidat du parti au pouvoir».Libération

Des affrontements entre partisans de candidats rivaux à l'élection présidentielle en Haïti ont fait au moins deux morts et plusieurs blessés aujourd'hui dans l'ensemble du pays. Le Figaro

Des incidents violents se sont également produits à l'Acul-du-Nord et Trou-du-Nord, près de Cap-Haïtien.

Patrick Julien le maire de l'Acul-du-Nord, a fait savoir que la population était prête à voter mais des partisans des candidats ont tiré en l'air, il y a eu des blessés et lui même n’a pas été en mesure de voter « des hommes armés de machettes ont mis à sac six centres de vote, les élections ont été annulées » a-t-il précisé.

À Trou-du-Nord, le maire Jacques Gustave a indiqué qu'une foule avait pénétré dans les bureaux et saccagé les bureaux de vote: « les bulletins ont été jetés partout, le président du bureau de la localité a fait le constat et a annulé l'élection » Haïti Libre

La tâche qui attend le nouveau chef de l'Etat est immense. A la crise sanitaire née de l'épidémie de choléra qui a fait 1.648 morts, s'ajoute la question du sort du million d'Haïtiens jetés à la rue par le séisme dévastateur du 12 janvier au cours duquel plus de 250.000 personnes sont mortes.
Les résultats du premier tour doivent être diffusés à partir du 5 décembre tandis que la passation de pouvoir entre René Préval et le nouveau président est prévue le 7 février, après un éventuel deuxième tour le 16 janvier. Le Parisien

Le chef de la mission de l'ONU en Haïti (Minustah) Edmond Mulet, en visite à Léogâne a indiqué à l’AFP « En général tout se passe bien, tout est paisible. Il y a eu quelques incidents à Desdunes, des incidents mineurs ». Edmond Mulet a expliqué qu’il n'y a aucune raison d'avoir peur. C'est une fête électorale ». Sa notion de fête électorale est loin d’être partagée par la population... Haïti Libre

Mais il ne faudrait pas désespérer car
Le leader cubain Fidel Castro a annoncé dimanche que Cuba ferait passer de 37 à 49 le nombre de centres de santé cubains en Haïti touché par une épidémie de choléra. Romandie News

Puisqu'on vous dit que c'est la fête.
Adresses utiles & conseils pratiques

dimanche 21 novembre 2010

Deux ans et toutes ses dents


Il y a deux ans que L'Arbre à Palabres a tout doucement déplié sa ramure dans la blogosphère.

Sa plumitive, naïve et peu familière du milieu, hésitait sur le ton, les thèmes, s'appuyait volontiers sur des tiers, poètes et écrivains.

Pour ses deux ans ce blog installé sous l'égide de René Char lui rend hommage.

Dans les rues de la ville il y a mon amour. peu importe où il va dans le temps divisé. Il n'est plus mon amour, chacun peut lui parler. Il ne se souvient plus; qui au juste l'aima ?

Il cherche son pareil dans le vœu des regards. l'espace qu'il parcourt est ma fidélité. Il dessine l'espoir et léger l'éconduit. Il est prépondérant sans qu'il y prenne part.

Je vis au fond de lui comme une épave heureuse. A son insu, ma solitude est son trésor. Dans le grand méridien où s'inscrit son essor, ma liberté le creuse.

Dans les rues de la ville il y a mon amour. Peu importe où il va dans le temps divisé. Il n'est plus mon amour, chacun peut lui parler. Il ne se souvient plus; qui au juste l'aima et l'éclaire de loin pour qu'il ne tombe pas ?

René Char. Allégeance.

Et pour la parité, Anna de Noailles Poème de l'amour, V

J'ai travesti, pour te complaire,
Ma véhémence et mon émoi
En un cœur lent et sans colère.


Mais ce qui m'importe le plus
Depuis l'instant où tu m'as plu,

C'est d'être un jour lasse de toi!


- Je perds mon appui et mon aide,
Tant tu me hantes et m'obsèdes
Et me deviens essentiel!
Je ne vois la vie et le ciel
Qu'à travers le vitrail léger
Qu'est ton nuage passager.
- Je souffre, et mon esprit me blâme,
Je hais ce harassant désir!
Car il est naturel à l'âme
De vivre seule et d'en jouir...

Photo. ZL, octobre 2010 

mercredi 17 novembre 2010

L'onde de charme ou la circulation du bonheur



Exiger l'égalité des droits en permanence.
Ce n'est pas moi qui le dit mais un homme, plein de charme et d'intelligence. Je suis extasiée d'entendre dans la bouche de ce charmant philosophe des propos que j'ai tenus, mais en tant que femme, j'étais immédiatement renvoyée dans les cordes comme féministe chiante et frustrée.
Prenez la peine (le plaisir) d'écouter Vincent Cespedes qui vient de publier un livre, l'homme expliqué aux femmes.
J'ai rassemblé ci-dessous quelques points forts de son discours au cours de cet entretien. Je l'avais entendu également sur France culture.
l'onde de charme ou la circulation du bonheur,
la question que se posent les femmes :
pourquoi une perte de libido, pourquoi une absence de désir, pourquoi un oubli de la séduction , pourquoi tout tout de suite, pourquoi c'est des mufles
l'homme n'en peut plus de devoir porter une virilité inaccessible
en pleine crise , renouer avec le partage,
puissance qui rayonne,
la flemme d'aimer, consommation de pornographie, on perd la soif
se défaire de l'idée que c'est dans la concurrence, la domination qu'il peut asseoir sa masculinité
la masculinité c'est un sport d'équipe
la puissance c'est avec l'autre
la" philosophie des couilles"
éduquer nos petits garçons comme on éduque les petites filles
pourquoi les hommes sont lâches
écoute ta peur et affronte ta peur
un courage qui fait semblant de ne pas avoir peur
la virilité de l'onde de charme l'homme qui accepte ses failles qui cesse d'être violent, d'être brutal
il n'y a pas plus viril qu'un homme heureux
les femmes intellectuellement sont beaucoup moins dans le bluff que les hommes, elles ont de vraies questions philosophiques
donner le même matériel éducatif aux garçons et aux filles

éduquer les hommes à ne pas être dépendant d'une femme, de reporter ses responsabilités
éduquer un homme pour sortir des schémas débiles de la pornographie
exiger l'égalité des droits en permanence
le féminisme c'est l'égalité des droits il est à "déringardiser"
On est un pays barbare, on envoie à la morgue les femmes
l'avenir de la femme, c'est peut-être des hommes féministes
Il faut qu'on se mélange, moments de rire, de partage émotionnel
et des moments de dissociation
un point d'interrogation sur l'institution couple
vouloir faire couple, "l'encouplement", possession mutuelle, idée moyenâgeuse, machines à tuer l'amour
le couple doit découler d'une histoire d'amour mais ne doit pas être un préalable
l'amour est un évènement, dès qu'on aime il faut accepter l'insécurité (W Reich) et aujourd'hui, on a perdu cette leçon de sagesse.

Inutile de dire que je conseille la fréquentation de Vincent. Je l'ai conseillé à mon fils et ma fille que j'ai tenté d'élever dans cet état d'esprit. Ils sont, l'un et l'autre des humains plutôt sensibles et sensés.
Vous pouvez le retrouver sur son blog. je lui ai emprunté l'illustration de ce jour.

Spéciale dédicace à mon ami Francis pour la complicité qui nous lie sur ce sujet.

dimanche 14 novembre 2010

jeudi 11 novembre 2010

Une ville, la nuit.




Je marche, je rêve.
Je ne sais plus qui parle
L'eau m'englobe dans sa patience,
Les lumignons me clignent de leurs yeux mauves
Venise ou Prague, c'est tout comme.
Ce soir j'irai dormir chez Temporel.

Photo ZL. Toulouse. Le Pont Neuf

dimanche 7 novembre 2010

Vivons livres


Hier, je suis allée au Salon Vivons Livres organisé à Toulouse pour sa troisième année. Je ne mets pas de lien, aujourd'hui était le dernier jour. C'est bizarre, mais j'aurais dû aimer fureter dans les rangs, feuilleter les ouvrages, je n'ai pas pu. Chaque fois que je me penchais vers une couverture, le type ou la femme qui se tenait derrière l'étal me couvait du regard, voire me demandait si je souhaitais un conseil ou me recommandait instamment telle ou telle merveille. J'ai résisté aux sirènes mais pas suffisamment pour éviter de faire chauffer un brin ma carte bleue. Je suis donc repartie avec dans une poche en plastique aux couleurs vives à souhait et à l'enseigne des éditions du Rouergue (oui, il s'agit d'un salon des éditeurs de Midi-Pyrénées) quelques opus glanés dans ma déambulation.

Chez Anacharsis. Dictionnaire à l'usage des oisifs de Joan Fuster (1922-1992) un poète et essayiste espagnol, valencien plus exactement dont "toute l'œuvre littéraire et philosophique sans équivalent" (s'est ) réalisée dans l'ombre de la nuit franquiste. "Dans une langue ciselée avec la précision d'un travail d'orfèvre, chaque article ramasse et développe à soi seul des considérations incisives qui confondent avec bonheur tous les obscurantismes. Je promets d'en extraire quelques pépites.

Le roman: tout dire? Assises du roman.
Christian Bourgois, quelques 50 articles de 50 écrivains ont participé. J'aime beaucoup ce type de recension. Le corps tel qu'il s'impose, La folie à l'oeuvre, la puissance de l'intrigue, ils en ont parlé et ça me cause.

Les jardins statuaires
, Jacques Abeille aux Editions Attila. C'est une réédition (première parution en 1982, grâce à Bernard Noël, chez flamarion) d'une oeuvre polymorphe qui échappe aux catégories en étant tout à la fois fable, roman d'aventure, récit de voyage, conte philosophique. Ce roman semble avoir été entravé par de multiples circonstances fâcheuses et son auteur tenu dans un relatif anonymat. J'étais venue pour l'écouter. Interrogé par un jeune homme Jérôme Goude, critique au Matricule des Anges, il était prolixe. Je regardais ses belles mains voltiger pendant qu'il évoquait Julien Gracq ou sa relation étrange à l'identité (il est né d'un homme et d'une femme tous deux mariés mais pas ensemble et il n'a appris qu'à quinze ans l'affaire de ses origines), sa mise en abîme du terme "langue maternelle" citant les contre-exemples que sont Beckett ou Conrad. Tandis qu'il évoquait la genèse des jardins statuaires, je me demandais en regardant et en écoutant qu'est-ce qui distingue un écrivain du commun des mortels. Rien, si ce n'est ce délire verbal qui opère (ou non) comme un charme, un envoutement. Nous avons un peu bavardé, plus tard avant qu'il ne me dédicace d'une écriture fine et penchée son livre, dont je reparlerai quand je l'aurai vraiment lu (je n'ai fait, comme d'habitude quand je viens d'acheter un livre que papillonner entre les pages). J'y reviendrai, ce livre méritant bien mieux que ces quelques lignes.
A noter qu'en même temps les éditions Attila mettent en circulation un roman graphique intitulé, Les Mers Perdues, né de la rencontre et de la complicité de Jacques Abeille et de François Schuiten.

Et pour finir et commencer, du léger. Hameçonnée par l'officiante des éditions du Rouergue et mon intérêt pour la collection de Sylvie Gracia, La brune, je me suis laissé tenter par un titre Vivement l'avenir. Marie-Sabine Roger a surtout écrit pour les enfants et les ados. Je n'ai jamais rien lu d'elle. J'avais vu le film tiré d'un de ses romans La tête en friche, une histoire de rédemption par les livres qui tenait surtout grâce à la ravissante vieille dame qu'est Gisèle Casadesus. Ce matin j'ai entamé et terminé cet après-midi le roman tout nouveau de la drôlesse. Éminemment sympathique, touchant, truculent. Bon, ça finit (trop) bien, mais mon petit cœur de midinette ne boude pas les fins heureuses. N'empêche qu'elle a une sacrée patte pour dessiner ses personnages, qu'on rigole bien à ses trouvailles stylistiques, que son portrait du gogol, personnage central est particulièrement chaleureux, bref un bonbon fondant qui vous laisse un goût sucré et acide à la fois, parfait exutoire pour une journée pluvieuse et tristoune.

J'aurais dû retourner au Salon, il parait qu'un certain Fransesco Pittau dédicaçait ses derniers ouvrages . Mais voilà, je ne l'ai appris qu'après avoir terminé ma lecture. Il était bien trop tard. Je crois savoir qu'il avait rendez-vous avec de délicieuses succubes. J'espère qu'elles l'auront entrainé dans quelque tournée toulousaine, parce que le Palais des Congrès, froid et aseptisé , ce n'est pas un lieu de franche rigolade.

lundi 1 novembre 2010

La sorcière du placard aux balais range son grenier




- Bonsoir bienveillante sybille, je vous trouve bien occupée.
- Je ne vous ai pas entendu arriver, vous auriez dû prévenir.
- J'ai manifesté ma venue mais vous semblez n'avoir rien entendu.
- J'étais occupée à débarrasser toutes ces cochonneries
accumulées au gré de cadeaux idiots que se croient obligés de me faire certains visiteurs.
- Vous semblez vénère chère magicienne.
- J'ai retrouvé un livre que j'avais rangé: Le sexocide des sorcières de Françoise d'Eaubonne. Il m'avait fait bouillir le sang à l'époque où il est sorti (en 1999). En remettant le nez dedans j'ai eu à nouveau une montée d'ire.
- Une ire ancienne, vous n'avez pas motifs plus récents ?
- D'agacement, c'est plus léger. C'est que je viens de parcourir les carnets de JLK, (une petite drogue), il y épingle "Ceux qui ne manquent pas d'air" et suggère que
« la rébellion c’est l’école des sentiers battus qui se prend pour le chemin des écoliers »
- Oui et alors,
- J'ai peur qu'il n'ait un peu raison.
- Mais vous, vous êtes une rebelle par nature.
-
N'utilisez pas de termes que vous connaissez mal, voulez-vous? Pour m'énerver plus encore, ce JLK a dressé 15 listes de 15 livres pour lui inoubliables et je m'aperçois du nombre insensé de ceux que je n'ai pas lus. Et il faut voir la liste s'allonger avec ceux des commentateurs.
- Vous lisez donc suave thaumaturge ?
- Pensez-vous que quelque savoir qu'on possède tombe du ciel, jeune blanc-bec ? Pour comprendre l'âme humaine il n'y a pas mieux que la littérature. Mais vous me faites dire des truismes.
- Sont-ce là toutes les raisons de votre courroux ?
- Ah! J'en vois passer des inepties dès que je me branche sur les ondes. Tenez une très récente et qui vous concerne, jeune écervelé, car vous pourriez bien en faire les frais. Sachez qu'on peut désormais détecter le gène du gauchiste. Si on cherche à le détecter, je vous laisse deviner pourquoi. Qu'on me dise d'ailleurs ce qu'est cet animal !
- C'est bien suranné en effet.
- Pour m'achever, en rangeant tout ce fourbi j'ai retrouvé des traces de sorcières que j'aimais bien. Tenez celle-ci ne s'en laissait pas conter, par exemple, il faut voir la gueule des mecs quand elle révèle leurs turpitudes en pleine messe. Ah, ah ah! J'adorais!
Celle-ci était une des premières à oser un satané numéro, avec son Etienne.
Quant à elle, elle n'y allait pas par quatre chemins. C'est comme ça ! Quelle énergie ! On s'est fait quelques bons sabbats avec cette loustique. Depuis, son Roméo a passé l'arme à gauche. La mort est une redoutable concurrente
Quand à elle, avec la ouate elle s'est propulsée aux cieux et après, elle a un peu dégringolé. Je l'ai retrouvée dernièrement c'est encore une sacrée sorcière.
Ca m'a foutu un peu le bourdon ces vieux souvenirs. De plus, contrairement à ce qu'on prétend, je déteste Halloween, cette fête stupide où tout le monde se déguise avec de longs chapeaux noirs et le changement d'heure qui fait tomber la nuit plus tôt.
Jeune homme, il est temps de vous retirer et de me laisser à mes ruminations. Rassurez-vous, j'ai un bon antidote sous la main contre la morosité. Un vieux copain, Epicure. Tenez, ça vous fera du bien aussi.

«Souvenons nous d’ailleurs que l’avenir, ni ne nous appartient, ni ne nous échappe absolument, afin de ne pas tout à fait l’attendre comme devant exister, et de n’en point désespérer comme devant certainement ne pas exister. »

Epicure. Lettre sur le bonheur